UNE BOUF­FÉE DE FRAέCHEUR

An­na Ga­val­da a écrit L’échap­pée belle en 2001 pour faire une fleur aux fi­dèles adhé­rents du club de livres France Loi­sirs. Elle nous offre main­te­nant tout le bou­quet en la pu­bliant of­fi­ciel­le­ment.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Agence QMI

Un cer­tain Hu­bert se marie à la cam­pagne par une belle jour­née d’été en France. Comme c’est plu­tôt loin de Paris, Ga­rance de­mande à Si­mon, son frère aî­né, de la prendre au pas­sage. Elle est à des lieux de se dou­ter que, ce fai­sant, elle réus­sit une fois de plus à ir­ri­ter sa pé­nible belle-soeur phar­ma­cienne, qui en a ras le bol de tou­jours avoir à la traîne un des membres de la fra­trie La­riot.

Alors quand Lo­la, l’autre soeur, les ap­pelle de fa­çon im­promp­tue pour sa­voir s’ils peuvent aus­si ve­nir la cueillir en cours de route dans une gare per­due, la si­tua­tion dé­gé­nère un brin...

Mais si Si­mon et ses deux soeurs sont vrai­ment heu­reux de se re­trou­ver, leur bon­heur n’est pas par­fait. Vincent, le ca­det de la fa­mille, manque en ef­fet à l’ap­pel. Le trio dé­cide donc de fi­ler à l’an­glaise pen­dant la messe pour al­ler le re­trou­ver dans le châ­teau qu’il fait vi­si­ter.

DOUCE FO­LIE

Une douce fo­lie que per­sonne ne re­gret­te­ra, d’au­tant plus que c’est pro­ba­ble­ment la der­nière que cha­cun pour­ra s’of­frir avant long­temps.

D’un bout à l’autre, ce ro­man est une vraie bouf­fée de fraî­cheur. Et comme il ne se lit qu’en deux ou trois heures, il n’y a au­cune ex­cuse va­lable pour pas­ser à cô­té... à moins de te­nir à se pri­ver d’un pe­tit plai­sir de la vie!

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.