Une lutte de pou­voir et de gé­né­ra­tions

MON­TRÉAL | Ale­gria, qui veut dire « al­lé­gresse » en es­pa­gnol, trans­porte le spec­ta­teur à une époque où le monde de chaque in­di­vi­du se li­mi­tait à sa fa­mille et aux fron­tières de son vil­lage.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Da­ny Bou­chard Le Jour­nal

Dé­peint comme un « car­na­val », comme « un re­tour aux sources des cirques de fa­mille iti­né­rants », Ale­gria op­pose le monde de l’Ordre an­cien, de vieux oi­seaux nos­tal­giques ac­cro­chés au pou­voir, à ce­lui de l’Ordre nou­veau, peu­plé des jeunes Bronx et des Nymphes.

Le spec­tacle re­pose aus­si sur dif­fé­rents per­son­nages, comme ce­lui de Fleur, le guide des spec­ta­teurs dans le monde d’Ale­gria, et ce­lui de Ta­mir, un être gé­né­reux, tou­jours prêt à ai­der son pro­chain.

Le spec­tacle compte neuf nu­mé­ros dis­tincts : les tra­pèzes syn­chro­ni­sés, le po­wer track, l’équi­libre, la danse du feu, la ma­ni­pu­la­tion, l’homme vo­lant, les barres russes, la con­tor­sion et les barres aé­riennes.

IL Y A 15 ANS

Le spec­tacle a été pré­sen­té en grande pre­mière mon­diale à Mon­tréal, le 21 avril 1994.

« Les gens qui le re­ver­ront quinze ans plus tard se­ront contents de le faire dé­cou­vrir à leurs en­fants », croit Car­men Ruest, di­rec­trice de pro­duc­tion pour le Cirque du So­leil.

Ale­gria compte 55 ar­tistes, dont cer­tains, plus dif­fi­ciles à rem­pla­cer, font par­tie de nu­mé­ros uniques.

« Par ex­pé­rience, per­sonne n’est ir­rem­pla­çable, ajoute Mme Ruest, qui a fait des au­di­tions pour le Cirque du So­leil pen­dant douze ans.

« En 1994-1995, on était cinq per­sonnes aux au­di­tions. Au­jourd’hui, c’est une équipe de 70 per­sonnes qui ont des an­tennes un peu par­tout sur la pla­nète. On fait des au­di­tions à lon­gueur d’an­née. »

De­puis sa créa­tion, Ale­gria a vi­si­té plus de 65 villes sur cinq conti­nents. Le spec­tacle a été vu par plus de dix mil­lions de per­sonnes.

Dé­sor­mais pré­sen­té dans les aré­nas, le spec­tacle est le même que sous le cha­pi­teau. « Tous les nu­mé­ros acro­ba­tiques sont là, y com­pris ce­lui des barres aé­riennes », dit Mme Ruest, évo­quant les consi­dé­ra­tions tech­niques par­ti­cu­lières à l’exé­cu­tion de ce nu­mé­ro.

guide d’Ale­gria nomme Fleur, per­son­nage qu’on dé­peint comme « dou­teux, im­pré­vi­sible et sur­na­tu­rel ».

Le guide se nomme un per­son­nage qu’on comme im­pré­vi­sible sur­na­tu­rel

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.