UNE REINE MO­DERNE

L’ac­trice an­glaise Emi­ly Blunt, qui a dé­cro­ché le rôle prin­ci­pal dans Vic­to­ria : les jeunes an­nées d’une reine, est com­plè­te­ment folle de C.R.A.Z.Y., éga­le­ment du réa­li­sa­teur mon­tréa­lais Jean-Marc Val­lée.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

« J’ai vu C.R.A.Z.Y., dit-elle en par­lant de ce brillant clas­sique qué­bé­cois à pro­pos du pas­sage à l’âge adulte d’un jeune homme ho­mo­sexuel, et j’ai tout de suite su que j’étais entre de bonnes mains. C’est un grand film. »

Il n’en fal­lait pas plus pour qu’Emi­ly Blunt ait une confiance ab­so­lue en son nou­veau réa­li­sa­teur, qui fait son en­trée sur la scène an­glo­phone.

Vic­to­ria : les jeunes an­nées d’une reine est un film his­to­rique à pro­pos de la jeu­nesse de la reine Vic­to­ria d’An­gle­terre, qui a ac­cé­dé au trône le 20 juin 1837 et qui a ré­gné pen­dant 63 ans et sept mois (le plus long règne de l’his­toire bri­tan­nique) jus­qu’à sa mort, le 22 jan­vier 1901.

Le pro­jet a été mis sur pied par la du­chesse d’York, Sa­rah Fer­gu­son, qui a af­fir­mé en sep­tembre qu’elle avait no­té une forte res­sem­blance entre sa vie et celle de Vic­to­ria, dont l’en­fance s’est avé­rée si trou­blée qu’elle a « fer­mé son coeur ».

La du­chesse d’York s’iden­ti­fie éga­le­ment au fu­tur ma­ri de Vic­to­ria, le prince Al­bert, parce qu’il était « l’in­trus » au sein de la fa­mille royale bri­tan­nique. Se­lon elle, c’est grâce à lui si Vic­to­ria a fi­ni par ap­prendre à ai­mer.

Mais re­ve­nons à nos mou­tons… ou plu­tôt à Jean-Marc Val­lée et à sa car­rière au Qué­bec.

Emi­ly Blunt est convain­cue que Val­lée était le can­di­dat idéal pour im­pré­gner cette pro­duc­tion bri­tan­nique d’une éner­gie mo­derne et contem­po­raine, sur­tout parce qu’il est si pas­sion­né par la mu­sique.

« C’est un ma­niaque de mu­sique », af­firme-t-elle en par­lant des in­té­rêts de Val­lée. Blunt, qui a fré­quen­té le chan­teur canadien Mi­chael Bu­blé pen­dant trois ans, en est tout aus­si friande.

« Il a le don de créer une am­biance unique sur le pla­teau de tour­nage, ajoute-t-elle. Non pas avec des pièces clas­siques de luth et de cla­ve­cin, mais avec (des groupes comme) les Rol­ling Stones. Ça pou­vait at­teindre de tels ex­trêmes. J’ai trou­vé son ap­proche par­ti­cu­liè­re­ment tou­chante et ça nous a vrai­ment ai­dés à sai­sir toute la jeu­nesse du scé­na­rio en évi­tant une ap­proche trop guin­dée et cé­ré­mo­nieuse. »

D’après Blunt, Vic­to­ria : les jeunes an­nées d’une reine de­meure « contem­po­rain et mo­derne. C’est très im­por­tant parce que les films his­to­riques peuvent fi­nir par éga­rer le pu­blic lors­qu’ils de­viennent trop im­per­son­nels. Ils créent un sen­ti­ment de so­li­tude chez des spec­ta­teurs qui cherchent plu­tôt à éta­blir des liens avec les per­son­nages en les re­gar­dant s’ai­mer ou se dis­pu­ter. »

HIS­TOIRE D’AMOUR

Le film met l’ac­cent sur les tri­bu­la­tions de la fa­mille royale pen­dant et im­mé­dia­te­ment après le cou­ron­ne­ment de Vic­to­ria.

Il aborde éga­le­ment l’his­toire d’amour entre Vic­to­ria et Al­bert, dont le ma­riage avait été ar­ran­gé. À no­ter que cer­tains faits his­to­riques ont été mo­di­fiés, entre autres le sort d’Al­bert lors d’une ten­ta­tive d’as­sas­si­nat contre Vic­to­ria.

Jean-Marc vou­lait évo­quer le drame per­son­nel (non pas seule­ment his­to­rique) de cette his­toire. « Il a tou­jours com­pris cette jeune femme et c’est pour­quoi il a eu une ré­ac­tion aus­si vis­cé­rale en li­sant le script (de Julian Fel­lowes) », as­sure Emi­ly Blunt.

« À mon avis, s’il a in­sis­té avec au­tant de pas­sion pour réa­li­ser ce film, c’est parce qu’il a com­pris d’em­blée que c’était une oc­ca­sion pour lui de pré­sen­ter Vic­to­ria et sa fa­mille telles qu’elles étaient réel­le­ment. En fin de compte, c’est une his­toire d’amour, mais c’est aus­si l’his­toire d’une fa­mille éprou­vée et tour­men­tée. »

Emi­ly Blunt et Ru­pert Friend in­carnent la reine Vic­to­ria et le prince Al­bert.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.