Les bulles des Fêtes

Avoir réus­si à as­so­cier les bulles à tout ce qui est joyeux, fes­tif, écla­té, li­bé­ra­teur et ju­bi­la­toire est sû­re­ment l’une des grandes réus­sites de mar­ke­ting de l’his­toire du vin.

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS -

Une réus­site dont le mé­rite re­vient d’abord et avant tout aux Cham­pe­nois qui ont su de sur­croît — grande tra­di­tion fran­çaise oblige — les as­so­cier éga­le­ment au raf­fi­ne­ment, à la dis­tinc­tion et au bon goût, tout comme les par­fums, la gas­tro­no­mie, la joaille­rie et la haute cou­ture... Bref, à l’in­dus­trie du luxe. Évi­dem­ment, avec des prix consé­quents. Mais les ventes des cham­pagnes sont en baisse d’en­vi­ron 10 % au Qué­bec, plus en­core pour les cham­pagnes de spé­cia­li­tés, alors que les mous­seux sont en pro­gres­sion de 16 %.

Rien d’éton­nant là-de­dans puis­qu’en pé­riode de crise éco­no­mique — en­core qu’elle ne soit pas si mar­quée chez nous, comme on nous le ré­pète constam­ment — ce sont les pro­duits de luxe qui écopent les pre­miers.

Or, les cham­pagnes, pro­duits de luxe par ex­cel­lence, sont chers, très chers, trop chers même, sur­tout sur notre mar­ché, pour des rai­sons liées bien sûr au sys­tème de taxa­tion de nos gou­ver­ne­ments, mais aus­si en rai­son même du prix de dé­part de ces pro­duits.

Or, hon­nê­te­ment, quand on les com­pare avec cer­tains mous­seux qui coûtent deux et même trois fois moins cher, ce se­rait men­tir de dire que ces der­niers sont deux ou trois fois moins bons.

Les cham­pagnes sont très sou­vent meilleurs, re­mar­quez, mais ra­re­ment dans la pro­por­tion que ré­vèle la dif­fé­rence de prix.

Dans la dé­gus­ta­tion an­nuelle des cham­pagnes et des mous­seux or­ga­ni­sée par l’AQAVBS, l’As­so­cia­tion qué­bé­coise des agences de vins, bières et spi­ri­tueux — en pas­sant, la 13e du genre cette an­née — soixante-dix-neuf vins ont été ser­vis en quatre vagues suc­ces­sives.

Dans cha­cune de ces vagues, des mous­seux cô­toyaient des cham­pagnes. Or, en les goû­tant à l’aveugle comme je le fais tou­jours, le pas­sage des mous­seux aux cham­pagnes était loin d’être tou­jours évident, fai­sant res­sor­tir da­van­tage les prix sou­vent ex­ces­sifs qu’on de­mande pour les cham­pagnes.

Bref, voi­ci donc ma sé­lec­tion an­nuelle de mous­seux et de cham­pagnes.

J’ajoute qu’outre les pro­duits goû­tés cette jour­née-là, d’autres l’ont été dans une autre séance de dé­gus­ta­tion faite cette fois chez moi.

À cette oc­ca­sion, his­toire de com­pa­rer des pommes avec des pommes, j’ai uti­li­sé comme ré­fé­rence deux cham­pagnes et un mous­seux qui se si­tuaient dans les mêmes ca­té­go­ries de prix et qui s’étaient par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gués lors de la dé­gus­ta­tion de l’AQAVBS.

MOUS­SEUX

Blanc de Blancs Brut J.P. Che­net, France (11,95 $) : simple peut-être, mais im­pec­cable pour le prix; fran­che­ment bon. Un achat sûr dans sa ca­té­go­rie. Hun­ga­ria Grande Cu­vée Brut, Hun­ga­ro­vin (12,10 $) : la qua­li­té de ce mous­seux ne se dé­ment pas an­née après an­née; si ça se trouve, je l’ai trou­vé en­core meilleur que l’an der­nier. Il m’a sem­blé plus ser­ré, plus sé­rieux, plus équi­li­bré. Se­gu­ra Viu­das Brut Re­ser­va 2002 (13,95 $) : rond et souple, frais et char­meur et non dé­nué de fi­nesse. Cu­vée Flamme, Cré­mant de Loire (19,95 $) : droit et svelte, frin­guant et to­nique. Simple im­pres­sion? Il me semble plus épu­ré qu’au­pa­ra­vant. Cu­vée de l’Écus­son Brut, Caves Bernard Mas­sard (19 $) : belle note un peu vian­dée qui rap­pelle le pi­not noir; sty­lé et sa­vou­reux. Un de mes pré­fé­rés. Cré­mant de Bour­gogne Louis Pi­ca­me­lot Brut (21,25 $) : ample et dé­li­cat, avec un cô­té un peu vian­dé (il contient 65 % de pi­not noir), très cham­pe­nois de style; for­mi­dable pour le prix. Mon coup de coeur de

l’an­née en mous­seux. Lau­rens Clos des De­moi­selles 2006 Tête de Cu­vée, Cré­mant de Li­moux (22,05 $): très cham­pe­nois de style lui aus­si; vi­neux, sa­veurs de vin à ma­tu­ri­té, sa­vou­reux et ori­gi­nal. Glo­ria Fer­rer Blanc de Blancs 2004, So­no­ma (27,20 $): frui­té, un rien brio­ché, un peu ra­co­leur peut-être, mais il plaît in­dé­nia­ble­ment. Roe­de­rer Es­tate Brut, An­der­son Val­ley (28,75 $): de­puis long­temps une ré­fé­rence en ma­tière de bulles: la droi­ture du style Roe­de­rer as­so­ciée à la gé­né­ro­si­té ca­li­for­nienne du fruit. Une belle réus­site!

CHAM­PAGNES

Paul Goerg 1er Cru 2004 (52,50 $): une autre va­leur sûre que ce cham­pagne au nez bis­cui­té, avec de belles sa­veurs de ma­tu­ri­té; dom­mage que son prix ne cesse d’aug­men­ter au fil des ans.

Pi­per Heid­sieck Brut (59,25 $) : comme tou­jours, un heu­reux mé­lange de jeu­nesse et de ma­tu­ri­té; d’an­née en an­née, il se dé­marque par sa qua­li­té et son prix (re­la­ti­ve­ment) avan­ta­geux. Charles Heid­sieck Brut Ré­serve (60,50 $) : dans le style du Pi­per, avec un pe­tit quelque chose de plus com­plexe, de plus abou­ti. Pol Ro­ger Ex­tra Cu­vée de Ré­serve Brut (64,25 $) : un cham­pagne tout en fi­nesse et en dis­tinc­tion, comme une bal­le­rine en équi­libre sur ses pointes, dans une cho­ré­gra­phie de grand style. Éblouis­sant! Deutz Brut Clas­sic (67,25 $) : un cham­pagne à la forte per­son­na­li­té, avec des sa­veurs mar­quées de vins à ma­tu­ri­té; à la fois puis­sant et har­mo­nieux. Coup de coeur! Roe­de­rer Brut Pre­mier (65,50 $): fi­ne­ment bis­cui­té, dé­li­cat en même temps que com­plexe. Tou­jours très « classe ». Tait­tin­ger Brut Ré­serve (70 $) : du style et du ca­rac­tère, mais sur­tout de la fi­nesse et de la fraî­cheur. Hen­riot Blanc Sou­ve­rain Brut (74,25 $) : race et no­blesse; ca­rac­tère af­fir­mé. Un style vrai­ment dis­tinc­tif. √ Bol­lin­ger Spé­cial Cu­vée Brut (74,75 $): de la vi­va­ci­té et de la droi­ture, très mas­cu­lin en même temps, mais aus­si très élé­gant. Un pro­fil ori­gi­nal qui le fait se dé­mar­quer net­te­ment de la plu­part des autres. Ab­so­lu­ment sa­vou­reux. J’adore. Mais ce n’est pas don­né. CHAM­PAGNES RO­SÉS Ils sont gé­né­ra­le­ment plus chers que les bruts non mil­lé­si­més et ont un cô­té moel­leux, pour ne pas dire ra­co­leur, ac­cen­tué par un do­sage plus évident (l’ajout de la li­queur d’ex­pé­di­tion, fait après dé­gor­ge­ment, au mo­ment de la mise en bou­teille).

En toute fran­chise, je n’ai guère été im­pres­sion­né par la gamme des cham­pagnes ro­sés goû­tés cette jour­née-là.

Mais il est vrai qu’ils étaient ser­vis en fin de dé­gus­ta­tion et que, for­cé­ment, nos pa­lais étaient fa­ti­gués.

En voi­ci néan­moins deux qui m’ont sem­blé se dé­mar­quer dans le lot. √ Brut Pre­mière Cu­vée Ro­sé Do­maine Bru­no Paillard (79 $) : cou­leur rose sau­mon; frais et, m’a-t-il sem­blé, plus droit, moins do­sé, plus équi­li­bré en fait que les autres. √ Pi­perHeid­sieck Ro­sé Sauvage, Cham­pagne P & C Heid­sieck (78 $): un ro­sé beau­coup plus co­lo­ré, de beaux arômes de pi­not noir au nez, des sa­veurs gé­né­reuses de vin à ma­tu­ri­té. Le style Heid­sieck.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.