MAR­JO ET ÉRIC C’EST LE ROCK AUMAX

MON­TRÉAL | Ma­rieMai se fait pré­sen­te­ment ré­veiller par des chan­sons de Noël de Ma­riah Ca­rey. Elle laisse al­ler au maxi­mum son coeur d’en­fant et sa­voure chaque ins­tant de son bon­heur. Se re­trou­ver sur scène avec Éric La­pointe et Mar­jo, les deux plus gros r

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - – MARIE-MAI Mi­chelle Cou­dé-Lord Le Jour­nal

« Avec ces deux-là, c’est in­croyable l’éner­gie qui se dé­gage. Être sur scène avec eux est une grande ex­pé­rience pour moi. Ça va être tout un par­ty », lance Marie Mai to­ta­le­ment ré­jouie.

De Mar­jo, elle di­ra : « c’est quel­qu’un qui va au bout de tout. D’une in­ten­si­té in­croyable sur scène. C’est une fon­ceuse et c’est né­ces­sai­re­ment un mo­dèle pour moi à 25 ans. C’est en­core la ro­ckeuse du Qué­bec. Elle nous donne le goût de conti­nuer. »

ÉRIC LA­POINTE... AU NA­TU­REL

D’Éric La­pointe, elle sou­ligne : « Je suis tel­le­ment contente pour lui. Le der­nier par­ty des Fêtes fut pé­nible pour lui. On le sen­tait qu’il était ren­du au bout de la route. Et quelques se­maines plus tard, on an­non­çait qu’il était hos­pi­ta­li­sé. Or le voir comme ce­la au­jourd’hui est un ca­deau. C’est quel­qu’un qui aime tel­le­ment la vie, je sa­vais qu’il al­lait réus­sir à s’en sor­tir. Mais quelle belle dif­fé­rence », pré­cise la jeune chan­teuse.

LE SUC­CÈS, OUI, MAIS PRU­DENCE

À 25 ans, après trois al­bums sa­crés or, un der­nier ver­sion 3.0 qui a fait fu­reur cette an­née, on peut dire que Ma­rieMai a le par­fait contrôle de sa car­rière.

« Je suis heu­reuse parce que cet al­bum marque une étape im­por­tante de ma car­rière et sur­tout une belle évo­lu­tion. Je suis gâ­tée, car j’ai des fans qui ac­ceptent mes chan­ge­ments. On di­rait qu’ils marchent à mes cô­tés comme de fi­dèles com­plices et, sur­tout, ils me per­mettent de faire ce que j’ai en­vie de faire. Donc, oui, je me sens en contrôle de ma vie », dit-elle sur un ton dé­ci­dé.

Elle dit si­gner des tonnes d’au­to­graphes, de longues heures après ses shows.

« Je suis réa­liste, le suc­cès est là, je le sa­voure et je tra­vaille fort pour le pré­ser­ver, mais je sais aus­si que tout ce­la peut dis­pa­raître, c’est pour­quoi j’en fais bien at­ten­tion », s’ex­prime Ma­rieMai avec une belle ma­tu­ri­té.

Elle vit avec son chum, Fred St-Ge­lais, son com­plice de chaque ins­tant. Elle ha­bite main­te­nant la ban­lieue et sa mai­son est bien dé­co­rée pour Noël.

L’AN­NÉE SI­GNÉE MARIE-MAI

Cette fille-là sent le bon­heur. «C’est in­croyable la chance que j’ai de bien vivre de ce mé­tier à mon âge.»

Et l’an­née 2010 est drô­le­ment char­gée pour elle.

«Je pars en tour­née au Qué­bec dès le 30 jan­vier; le 11 juin, il y a ce gros ar­rêt au Centre Bell; le 23 avril au Ca­pi­tole de Qué­bec, mais avant je don­ne­rai des spectacles aux Jeux olym­piques de Vancouver en fé­vrier. Ce se­ra une belle ex­pé­rience et pos­si­ble­ment de l’as­su­rance pour moi qui dé­sire faire un disque en an­glais. »

Elle dit mer­ci à sa fa­mille de l’avoir tou­jours en­cou­ra­gée.

«À six ans, je vou­lais don­ner des spectacles de­vant toute ma fa­mille. Et je di­sais à ma mère: Tu sais, moi je se­rai chan­teuse plus tard. Et en bonne ma­man, elle m’a ré­pon­du: ‘‘Oui ma fille.’’ Elle y a cru avec moi. Et voi­là, je me re­trouve sur scène avec mes deux ro­ckeurs pré­fé­rés et mes fans me font confiance.»

Marie-Mai a dé­jà tout. Donc, que de­man­der de plus au père Noël ?

Que ça conti­nue peut-être et que la France l’adop­te­ra.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.