SANS AMOUR NI HUMOUR

∫ Où sont pas­sés les Mor­gan? Un film de Marc La­wrence. Avec Hugh Grant, Sa­rah Jes­si­ca Par­ker, Ma­ry Steen­bur­gen, Sam El­liott.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Liz Braun Agence QMI

Où sont pas­sés les Mor­gan? est une co­mé­die ro­man­tique dé­pour­vue à la fois d’humour et d’amour. À moins que je n’aie pas sai­si cette nou­velle ap­proche, je dois dire que ce film est ab­so­lu­ment pour­ri.

Hugh Grant et Sa­rah Jes­si­ca Par­ker in­ter­prètent les membres d’un couple sé­pa­ré qui vit à Man­hat­tan. Il est avo­cat, elle est agente im­mo­bi­lière. Ils se sont sé­pa­rés pen­dant trois mois et il veut qu’elle re­vienne.

Bi­zarre, puisque le per­son­nage de Par­ker est une femme ob­ses­sive sans humour, avec une touche de fri­gi­di­té, et ils se sont sé­pa­rés parce que le per­son­nage de Grant l’avait trom­pée.

Quoi qu’il en soit, ils vont sou­per en­semble un soir et sont té­moins d’un meurtre. Ils sont for­cés de s’exi­ler dans un centre de pro­tec­tion de té­moins au Wyo­ming, sans quoi le meur­trier pour­rait les pour­suivre.

Vous ne le croi­rez ja­mais, mais une fois qu’ils ont quit­té la grande ville, leur re­la­tion s’amé­liore. Ils ha­bitent chez Sam El­liott et Ma­ry Steen­bur­gen qui sont, dans le film, le shé­rif d’une bour­gade du Wyo­ming et son ad­joint.

Les Mor­gan parlent de leur re­la­tion, af­frontent des ani­maux sau­vages, ap­prennent à ti­rer à la ca­ra­bine et s’ac­com­modent de la pé­nu­rie de ma­ga­sins.

Pour cor­ser le tout, on ajoute un ours près de la mai­son, une scène de ci­ta­dins fai­sant de l’équi­ta­tion, un ro­déo, des pour­par­lers à pro­pos de l’adop­tion d’un en­fant, les idio­ties des gens du coin et le re­tour du meur­trier.

DES DÉ­FAUTS

Même le char­mant Hugh Grant n’ar­rive pas à res­ca­per Où sont pas­sés les Mor­gan? Son humour et ses bons mots tombent à plat et toute ten­ta­tive de rire pa­raît for­cée.

De plus, le film est vi­suel­le­ment sombre et mo­no­tone. Pas fa­cile de faire pas­ser le Wyo­ming pour un en­droit mer­dique, mais le film y par­vient.

Il n’y a au­cune chi­mie entre Grant et Par­ker. Sans oublier que chaque blague est an­non­cée et soulignée trois fois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.