ROYA­LE­MENT SOMP­TUEUX

Vic­to­ria : les jeunes an­nées d’une reine ∂∂∂ Un film de Jean-Marc Val­lée. Avec Emi­ly Blunt, Paul Bet­ta­ny, Ru­pert Friend, Mi­ran­da Ri­chard­son. À l’af­fiche pré­sen­te­ment. Si vous ai­mez les drames his­to­riques bri­tan­niques avec grand ap­pa­rat, alors Vic­to­ria : l

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

C’est à Emi­ly Blunt qu’est re­ve­nu le rôle de la fu­ture reine.

Elle in­carne donc Vic­to­ria, qui, mal­gré son jeune âge, tient tête à sa mère, la du­chesse de Kent (in­ter­pré­tée par Mi­ran­da Ri­chard­son) et à son cra­pu­leux conseiller, sir John Con­roy (in­ter­pré­té par Mark Strong), qui ont ten­té de faire ac­cep­ter une ré­gence à Vic­to­ria, ce qui leur au­rait per­mis de ma­ni­pu­ler son pou­voir.

Dans le film, Vic­to­ria cé­lèbre ses 18 ans, réa­lise ses res­pon­sa­bi­li­tés et, à la mort de l’émé­ché roi William IV, est prête à ac­cé­der au trône.

Ayant rem­por­té une vic­toire sur sa mère et Con­roy, Vic­to­ria doit main­te­nant af­fron­ter tous les ma­ni­pu­la­teurs de la cour en plus de tous ceux qui ten­te­ront de l’épou­ser, elle et sa mo­nar­chie.

Lors­qu’elle re­çoit la vi­site du prince Al­bert, ce­lui­ci et Vic­to­ria réa­li­se­ront en jouant aux échecs qu’ils sont ma­ni­pu­lés comme des pions. Une étin­celle naît tou­te­fois entre les deux jeunes têtes cou­ron­nées, mais Vic­to­ria veut ré­sis­ter à ce pré­ten­dant dont elle sait qu’il est le fa­vo­ri de tout le monde.

Elle fi­ni­ra par ac­cep­ter qu’elle éprouve de l’af­fec­tion pour Al­bert et ils se ma­rie­ront.

Tou­te­fois, le fait que Vic­to­ria et Al­bert étaient des cou­sins ger­mains semble avoir été re­lé­gué aux ou­bliettes.

En ar­rière-plan de cette jeune Vic­to­ria, et tou­jours en cos­tumes ma­gni­fiques, nous re­trou­vons no­tam­ment lord Mel­bourne (Paul Bet­ta­ny), l’au­to­ri­taire ba­ronne Leh­zen (Jea­nette Hain), le ba­ron Sto­ck­mar (Jes­per Ch­ris­ten­sen) et le duc de Wel­ling­ton (Julian Glo­ver).

LENT ET BEAU

Vic­to­ria : les jeunes an­nées d’une reine est un film lent et beau. Les cos­tumes, les meubles, les bi­joux et les dé­cors somp­tueux sont nom­breux, mais ce n’est tout de même pas suf­fi­sant pour em­pê­cher quelques spec­ta­teurs de faire un pe­tit rou­pillon.

Le film est his­to­ri­que­ment in­té­res­sant, mais est dé­nué d’as­pects ex­ci­tants comme pou­vait en avoir Deux soeurs pour un roi.

Vic­to­ria : les jeunes an­nées d’une reine est une ten­ta­tive sin­cère d’ex­plo­rer les pre­mières an­nées de celle qui al­lait ré­gner le plus long­temps sur l’An­gle­terre, mais il est peut-être un peu trop sin­cère.

On nous y pré­sente les faits sans émo­tion pour les mettre en pers­pec­tive. Emi­ly Blunt joue bien, mais semble un peu ef­fa­cée dans ce rôle : on ap­prend beau­coup sur la po­li­tique, mais très peu sur la jeune reine elle-même.

Dom­mage, car les Ca­na­diens connaissent sur­tout de Vic­to­ria l’an­ni­ver­saire qui nous offre la pre­mière longue fin de se­maine de l’été... an­ni­ver­saire rem­pla­cé au Qué­bec par ce­lui de la fête des Pa­triotes.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.