Le ma­ga­si­nage

Les seules bou­tiques que je fré­quente en­core avec quelques plai­sirs quand ar­rive la joyeuse co­hue du non moins joyeux temps des fêtes, ce sont celles de la SAQ.

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS -

Le seul hic, si vous me par­don­nez le jeu de mots fa­cile, c’est que les ta­blettes se vident à une vi­tesse telle que j’ai peine à trou­ver ce que je cherche.

Je me fais donc ser­vir abon­dam­ment du « ma­dame vient de prendre la der­nière bou­teille », du « on n’en a plus de­puis deux jours » et du « on en au­ra d’autres en fé­vrier » par des conseillers en vin dé­voués, mais dé­bor­dés.

Aus­si, ne m’abreu­vez pas d’in­jures si, au mo­ment où vous li­sez ces lignes, cer­taines bou­teilles sont dif­fi­ciles à trou­ver.

Bref, pour cette der­nière chro­nique avant Noël (elle fe­ra re­lâche jus­qu’au 9 jan­vier), je me suis per­mis de vous pro­po­ser des vins un peu plus chers que d’ha­bi­tude, mais qui de­vraient ra­vir au­tant ma tante Berthe que mon oncle Re­né et le cou­sin Mar­cel (ma cou­sine Fran­cine ne boit que du jus… avec un peu de vod­ka).

BLANCS

Col­ba­ra­ca 2008, Soave Clas­si­co, Ma­si (17,90) : très jo­li nez flo­ral, frui­té aus­si, frais et vi­vi­fiant; ir­ré­sis­ti­ble­ment bon. Me­ne­tou-Sa­lon 2007, Hen­ry Pel­lé (22,45 $) : du sauvignon comme je les aime, c’est-à-dire sans au­cune note her­ba­cée, droit et ten­du et, sur­tout, d’une vi­brante mi­né­ra­li­té. Montagny 2005, Do­maine Fai­ve­ley (23,60 $) : la belle Bour­gogne clas­sique à prix abor­dable, avec cet éle­vage si ca­rac­té­ris­tique qui lui ap­porte de fines notes d’amandes grillées, mais sur­tout de noi­settes, dans un en­semble par­fai­te­ment pro­por­tion­né. Comme je dis tou­jours, voi­là du char­don­nay comme le Nou­veau Monde ne sait pas en faire. Per­nand-Ver­ge­lesses « Les Com­bottes » 2007, Do­maine Jean Fé­ry (41,25 $) : tou­jours en Bour­gogne, on monte d’une coche avec ce vin éla­bo­ré par Pas­cal Mar­chand, qui est d’une droi­ture, d’une fraî­cheur et d’une fi­nesse qui com­ble­ra les plus exi­geants.

ROUGES

Do­maine Mas du Bou­quet 2008, Vac­quey­ras (20,20 $) : il en reste mal­heu­reu­se­ment peu dans le ré­seau, mais vous ne re­gret­te­rez pas votre achat si vous met­tez la main sur une bou­teille de ce sa­vou­reux vac­quey­ras aux beaux ac­cents de sy­rah, souple et un rien poi­vré. Ca­ber­net Sauvignon Stag’s Leap 2005, Na­pa Val­ley, Stag’s Leap Wi­ne­ry (55,25 $) : un « cab » svelte et sty­lé, plus bor­de­lais que ca­li­for­nien, di­rais-je. J’aime son élé­gance et sa re­te­nue. Cher, mais comme dit l’autre, c’est plus que du bon­bon. Beaune 1er Cru Les Épe­nottes 2006, Pierre Bou­rée Fils (50 $) : un bour­gogne dé­li­cat et fin, une bal­le­rine sur ses pointes, ai-je no­té. Ama­teur de vins à gros sa­bots, s’abs­te­nir. Côte Rô­tie 2007, Pierre Gaillard (72,50 $) : le pro­to­type de la grande sy­rah du Rhône sep­ten­trio­nal : com­plexe au nez (poivre noir, vio­lette, viande fu­mée, ba­con, ré­glisse…), fin et dis­tin­gué en bouche, bref la race et la classe ; tout sim­ple­ment du grand vin!

PE­TITS PRIX

En ter­mi­nant je vous laisse sur ces quatre vins à pe­tit prix, deux blancs et deux rouges, fa­ciles à trou­ver et dé­jà commentés dans cette chro­nique et qui, pour cette rai­son, ne fi­gurent pas dans le ta­bleau du bas de la page.

En blanc, je ne passe ja­mais les fêtes sans quelques bou­teilles de Gen­til Hu­gel, Al­sace (on trouve pré­sen­te­ment en ta­blette du 2007 et du 2008 - 16,95 $ code : 367284) aus­si gé­nial en apé­ro que sur les mul­tiples en­trées à ca­rac­tère asia­tique. Ou alors le Ge­no­li 2008, Rio­ja, Vi­na Ijal­ba (13,40 $, code 883033), un su­per blanc passe-par­tout et un rap­port qua­li­té-prix in­com­pa­rable.

En rouge, le San­gio­vese Far­nese 2008, Dau­nia IGT, Far­nese Vi­ni (9,85 $ - code : 10669331), im­bat­table lui aus­si dans sa ca­té­go­rie de prix, et fi­na­le­ment, pour le plai­sir sen­suel du pi­not noir, le Bour­gogne Pi­not Noir La Croix St-Jo­seph 2007, J. Mo­reau (17,75 $ code : 643429).

PA­TRICK PIUZE

Les vins que fait à Cha­blis Pa­trick Piuze, notre autre Qué­bé­cois par­ti pour la gloire dans la dé­jà glo­rieuse Bour­gogne, ne sont pas en­core of­ferts à la SAQ. Mais plu­sieurs ont pu les goû­ter au der­nier Sa­lon des im­por­ta­tions pri­vées.

Ce sont des vins d’une pré­ci­sion, d’une pu­re­té d’ex­pres­sion, d’une fi­nesse ab­so­lu­ment re­mar­quables. Ce jeune homme de Saint-Lam­bert, qui a tra­vaillé un temps pour Jean-Marc Bro­card, mais aus­si pour Jean-Ma­rier Guf­fens (Ver­get) et la mai­son Oli­vier Le­flaive, est dé­ci­dé­ment très doué.

En 2008, il a créé sa propre mai­son de né­goce et, bien que pe­tite de taille (il sou­haite d’ailleurs qu’elle le de­meure), elle n’en est pas moins très grande en qua­li­té. Aux der­nières nou­velles, il y avait en­core cer­tains de ces vins qui étaient of­ferts en im­por­ta­tion pri­vée ( La Cé­leste Le­vure, www.la­ce­les­te­le­vure.ca). Tous sont hau­te­ment re­com­man­dables.

PRO­TÉ­GEZ-VOUS

En pas­sant, dans le nu­mé­ro de dé­cembre du ma­ga­zine Pro­té­gez-vous, il y a un banc d’es­sai qui a été fait sur une tren­taine de pro­duits choi­sis par­mi les plus ven­dus à la SAQ (mous­seux, sau­vi­gnons blancs, rouges et cidres de glace).

Comme j’ai eu le plai­sir de faire par­tie de ce ju­ry, je me per­mets de sou­li­gner qu’il y a là ma­tière à faire de bons achats à pe­tits prix pour le temps des fêtes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.