LETOP DESCHANSONS DELADÉCENNIE

La mu­sique de la dé­cen­nie qui s’achève était à l’image de cette der­nière : tur­bu­lente.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Agence QMI

Il y a eu Brit­ney Spears, une pré­ten­dante très sé­rieuse à la cou­ronne de Reine de la pop qui orne la tête de Ma­don­na de­puis les an­nées 80, mais ça, c’était avant que Brit­ney perde la tête... et ses sous­vê­te­ments.

Pour les (vrai­ment) plus jeunes, ce fut la dé­cen­nie des Mi­ley Cy­rus et autres Jo­nas Bro­thers, tan­dis que Jus­tin Bie­ber, de Strat­ford en On­ta­rio, était bien par­ti pour se tailler une place dans l’arène de la pop pré­pu­bère, mais une jeune beau­té coun­try de 19 ans du nom de Tay­lor Swift a oc­cu­pé toute la place en 2009.

Elle n’est pas ca­pable de chan­ter en spec­tacle? Et alors?

Mais l’évé­ne­ment le plus si­gni­fi­ca­tif dans le monde de la mu­sique est sans au­cun doute la mort de Mi­chael Jack­son à la veille de sa tour­née d’adieu, un cha­pitre fi­nal tra­gique dans la vie de plus en plus étrange du Roi de la pop. Qui se sur­pren­dra que sa mort (qui fait tou­jours l’ob­jet d’une en­quête) ait stimulé les ventes de son ca­ta­logue.

Par­mi les autres suc­cès com­mer­ciaux des an­nées 2000, on pense à la chan­teuse R&B Ri­han­na, consa­crée l’ar­tiste ayant connu les meilleurs ventes de la dé­cen­nie. Mal­heu­reu­se­ment, elle est aus­si de­ve­nue le plus cé­lèbre vi­sage de la vio­lence conju­gale dans les pre­miers jours de 2009 après que son ex-pe­tit ami, Ch­ris Brown, l’ait bat­tue.

Même en fai­sant abs­trac­tion des chan­ge­ments dans les ha­bi­tudes de consom­ma­tion de la mu­sique, les chan­sons re­flé­taient l’époque tu­mul­tueuse dans la­quelle nous vi­vons. Qu’on pense à 9/11, à la guerre en Irak, à l’im­plo­sion de l’éco­no­mie mon­diale ou à l’élec­tion du pre­mier pré­sident noir aux États-Unis, les su­jets n’ont cer­tai­ne­ment pas man­qué pour les au­teurs-com­po­si­teurs en­ga­gés.

Ja­mais je n’ou­blie­rai cette image de David Bo­wie, as­sis les jambes croi­sées, seul sur scène au Ma­di­son Square Gar­den, et jouant d’une boîte à mu­sique alors qu’il don­nait par­fai­te­ment le ton au Concert for New York Ci­ty en in­ter­pré­tant la pièce Ame­ri­ca de Si­mon And Gar­fun­kel.

Ou cette pre­mière fois où j’ai re­gar­dé le vi­déo­clip de John­ny Cash in­ter­pré­tant la pièce Hurt de Nine Inch Nails. On au­rait dit des au re­voir et, en ef­fet, il est mort peu de temps après.

EX­HI­BI­TION

Cer­tains ar­tistes ont un ins­tinct pour trou­ver la bonne chan­son au bon mo­ment. Mal­heu­reu­se­ment, d’autres ne l’ont pas. Ja­net Jack­son l’a com­pris à ses dé­pens lors de sa per­for­mance en com­pa­gnie de Jus­tin Tim­ber­lake au Su­per Bowl en 2004, lors­qu’elle a ex­hi­bé son sein droit — le fa­meux in­ci­dent de la «dé­faillance de cos­tume» dif­fu­sé en di­rect à des mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. Sa car­rière ne s’en est ja­mais to­ta­le­ment re­mise.

En concert, trois mo­ments ont été mar­quants pour moi. Le pre­mier, c’était la foule de près d’un de­mi-mil­lion de per­sonnes ro­ckant au son de Back in Black par AC/DC lors «SRAS-stock» au Downs­view Park en 2003. Ce mo­ment est sui­vi de très près par deux per­for­mances que j’ai vues en 2007 : celle des White Stripes de­vant à peine 300 per­sonnes dans un pe­tit aré­na de ho­ckey à Iqaluit, au Nu­na­vut, pen­dant leur Great White North Tour et le re­tour de Neil Young au Mas­sey Hall de To­ron­to après 36 ans d’ab­sence.

Pour leur part, Ma­don­na, U2 et The Rol­ling Stones ont conti­nué d’en mettre plein la vue à leurs ad­mi­ra­teurs grâce à leurs mé­ga-tour­nées dans les aré­nas et les stades, alors que Ma­don­na et U2 ont fait pa­raître cer­taines de leurs oeuvres les plus fortes pen­dant cette pé­riode.

U2

PINK

LADYGAGA

EMINEM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.