PAS DE QUOI S’EN­FLAM­MER...

∫ Mille­nium 2 : la fille qui rê­vait d’un bi­don d’essence et d’une al­lu­mette ∂∂∂ Film de Da­niel Al­fred­son met­tant en ve­dette Noo­mi Ra­pace et Mi­chael Ny­q­vist. À l’af­fiche le 25 dé­cembre. L’adap­ta­tion au ci­né­ma du deuxième vo­let de la tri­lo­gie Mille­nium :

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Cé­dric Bé­lan­ger Agence QMI

Pas cer­tain, conclut-on, après le vi­sion­ne­ment de la ver­sion fran­çaise du deuxième film de la sé­rie, qui sort sur les écrans du Qué­bec le jour de Noël.

Dans Mille­nium 2, on re­prend l’ac­tion presque là où elle s’est ter­mi­né dans Les hommes qui n’ai­maient pas les femmes. Le cé­lèbre jour­na­liste Mi­chael Blomk­vist (Mi­chael Ny­q­vist) a re­pris les rennes de la re­vue Mille­nium. De son cô­té, après avoir voya­gé un peu par­tout dans le monde pen­dant un an, Lis­beth Sa­lan­der (Noo­mi Ra­pace) s’ap­prête à ren­trer à Stock­holm.

Tout bas­cule quand un jeune re­por­ter à la pige, Dag Svens­son, ren­contre la di­rec­tion du ma­ga­zine afin de leur vendre un re­por­ta­ge­choc qui rap­pel­le­ra des sou­ve­nirs aux gens de Qué­bec: une en­quête qui montre que des no­tables sué­dois se sont of­fert les ser­vices de pros­ti­tuées ex­por­tées d’Eu­rope de l’Est, dont cer­taines mi­neures.

On s’en doute, une telle en­quête cha­touille les per­sonnes vi­sées. Svens­son et sa con­jointe, criminologue, sont re­trou­vés as­sas­si­nés dans leur ap­par­te­ment par Blomk­vist. Presque au même mo­ment, le tu­teur de Lis­beth, le cruel Nils Bjur­man, est aus­si vic­time d’un meurtre.

Les em­preintes di­gi­tales de Lis­beth sont re­trou­vées sur l’arme qui a ser­vi à tuer le jeune couple. Les po­li­ciers en tirent ra­pi­de­ment la conclu­sion qu’elle est la cou­pable et pla­carde sa photo dans tout Stock­holm dans le but de lui mettre la main au col­let. De son cô­té, Blomk­vist est per­sua­dé que son amie, dont il est sans nou­velle de­puis un an, est innocente et en­tend tout faire pour le dé­mon­trer.

DES LON­GUEURS

Loin d’être un na­vet, le se­cond Mille­nium plai­ra aux fans des livres et aux adeptes d’in­trigues po­li­cières. Moins grand pu­blic, il ne vaut ce­pen­dant pas au­tant le dé­tour que son pré­dé­ces­seur. Le nou­veau réa­li­sa­teur, Da­niel Al­fred­son, qui a pris la re­lève de Niels Ar­den Oplev, a mi­sé sur une am­biance à la li­mite d’être terne. Cer­taines scènes, no­tam­ment celle où Lis­beth a une re­la­tion sexuelle avec une amante de longue date, s’étirent in­uti­le­ment en lon­gueur et gâchent le rythme du ré­cit.

Rien à re­dire par contre du jeu de Noo­mi Ra­pace, qui se donne corps et âme (et sang) pour son tour­men­té per­son­nage. Quant à Ny­q­vist, on le sent moins en­ga­gé. Et le scé­na­riste lui a mis dans la bouche quelques ré­pliques-cli­chés qu’on croi­rait di­rec­te­ment im­por­tées de Hol­ly­wood.

Avec un scé­na­rio res­ser­ré et une réa­li­sa­tion plus dy­na­mique, Mille­nium 2 au­rait pu être un film d’aus­si bonne qua­li­té que le pre­mier. Au lieu de ce­la, on se re­trouve avec un po­lar po­table qui se­rait sans doute pas­sé in­aper­çu s’il n’était pas l’adap­ta­tion d’un best sel­ler. Es­pé­rons qu’Al­fred­son au­ra su cor­ri­ger le tir avec Mille­nium 3, qui de­vrait nous par­ve­nir quelque part en 2010.

PHOTOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.