UN DÉ­LIRE HAL­LU­CI­NA­TOIRE

La mort de Heath Led­ger a fait pas­ser L’ima­gi­na­rium du doc­teur Par­nas­sus d’un simple film à un vé­ri­table phé­no­mène cultu­rel. Peu im­porte la rai­son pour la­quelle vous irez le voir, vous pas­se­rez deux heures en plein dé­lire hal­lu­ci­na­toire.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Agence QMI

Cette mix­ture fan­tai­siste met en ve­dette Christopher Plum­mer dans le rôle du doc­teur Par­nas­sus, un homme im­mor­tel âgé de 1000 ans qui di­rige une troupe de théâtre am­bu­lant. L’his­toire dé­bute à Londres alors que le doc­teur, sa fille Va­len­ti­na (Li­ly Cole) et sa troupe s’ap­prêtent à don­ner une re­pré­sen­ta­tion.

Peu après qu’un groupe d’ivrognes bruyants se soit mas­sé au­tour de la ca­ra­vane, l’un d’entre eux monte sur scène pour ra­pi­de­ment tom­ber de l’autre cô­té d’un mi­roir ma­gique, s’ou­vrant sur un uni­vers mer­veilleux et où les ap­pa­rences phy­siques changent (ce qui per­mit à John­ny Depp, Co­lin Farrell et Jude Law d’in­ter­pré­ter tour à tour le rôle de Led­ger, qui n’avait pas pu ter­mi­ner toutes les scènes avant son décès).

Der­rière ce doc­teur mys­té­rieux se cache ce­pen­dant un ter­rible se­cret : un goût pour le jeu qui l’ame­na dans le pas­sé à trai­ter avec le diable (Tom Waits, brillant), par­fois pour le meilleur (son im­mor­ta­li­té), par­fois pour le pire (la main de sa fille pro­mise au diable, le jour de ses 16 ans).

UNI­VERS FAS­CI­NANT

À cette joyeuse bande se joint To­ny (Led­ger), un condam­né à mort au pas­sé énig­ma­tique qui, grâce à Par­nas­sus et sa troupe, échappe à la pen­dai­son.

S’en­suit alors une course folle contre la montre dans la­quelle non seule­ment la fille de Par­nas­sus doit être sau­vée, son an­ni­ver­saire ar­ri­vant à grands pas, mais au cours de la­quelle le doc­teur doit aus­si se dé­faire de ses vi­laines ten­ta­tions avec le diable.Mal­gré un scé­na­rio qui manque un peu de co­hé­rence, l’es­thé­tique du film est à cou­per le souffle et le rythme, pre­nant. L’uni­vers der­rière le mi­roir re­gorge d’ani­ma­tions et de per­son­nages d’une beau­té in­croyable. Il est aus­si triste que fas­ci­nant de voir ce qui est de­ve­nu la der­nière per­for­mance de Led­ger. Bref, du Ter­ry Gilliam à la sauce Mon­thy Py­thon­nienne, comme vous ne l’avez ja­mais vu au­pa­ra­vant. À voir.

PHOTOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.