Pré­sence élec­trique au Hil­ton

LAS VE­GAS | «C’était élec­trique », se sou­vient James Dean­ge­lo, em­ployé du Hil­ton de­puis 41 ans, en par­lant des jours où «El­vis was in the buil­ding ».

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Da­ny Bou­chard Le Jour­nal

«Les gens com­men­çaient à ar­ri­ver à 10 h le ma­tin pour voir le spec­tacle à 8 h le soir », se sou­vient l’an­cien crou­pier, au­jourd’hui su­per­vi­seur des tables de bla­ck­jack.

James Dean­ge­lo se sou­vient qu’El­vis ai­mait d’ailleurs jouer au bla­ck­jack, tout comme le co­lo­nel Par­ker.

«Au dé­but, il n’y avait pas de sé­pa­ra­tion entre lui et les autres joueurs. Il don­nait dif­fé­rentes choses comme des fou­lards aux jeunes filles. Après, il a fal­lu mettre un cordon», ra­conte-t-il en riant.

Par­fois, les gens pou­vaient le voir en­trer et sor­tir du théâtre. Ai­mable, le King sa­luait les fans et les em­ployés.

«C’était élec­trique. Ab­so­lu­ment élec­trique. «C’était le pre­mier vrai gros nom à ve­nir ici, à Las Ve­gas. En plus, il est res­té long­temps. C’est un exemple pour les autres ve­dettes», es­time M. Dean­ge­lo en ci­tant, au pas­sage, le nom de Cé­line Dion, res­tée près de cinq ans à l’af­fi­che­du Cea­sars Pa­lace.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.