Moins vi­sible mais tou­jours pré­sent

Même s’il s’est écou­lé six ans de­puis la pa­ru­tion d’Amour oral, Lo­co Lo­cass n’a ja­mais ces­sé d’être pré­sent.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LOCO LOCASS - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Le Mou­lin à pa­roles, les spectacles de la Saint-Jean, les chan­sons M’ac­cro­cher et Le but: ré­gu­liè­re­ment, les trois rap­peurs ont gar­dé le contact avec leurs fans, d’une fa­çon ou d’une autre.

«Tu pour­rais te faire oublier et les gens ne s’in­té­res­se­raient plus à tes pro­jets s’ils n’en­tendent pas par­ler de toi pen­dant cinq ans. Mais on a quand même par­ti­ci­pé et or­ga­ni­sé, dans le cas du Mou­lin à pa­roles, des choses qui sont to­ta­le­ment autres qu’un groupe de mu­sique», note Bat­lam.

«Les fes­ti­vals nous ap­pellent pour des spectacles, ajoute Biz. C’est très tou­chant de voir que les gens ne nous ou­blient pas. Pour beau­coup d’ar­tistes, si tu n’en sors pas un autre aux six mois, tu n’existes plus, t’es mort. Je crois que les gens ont com­pris qu’on s’ins­crit dans la lon­gé­vi­té. Et ils sont prêts à re­ce­voir presque tout ce qu’on leur offre, que ce soit un mou­lin, une chan­son, un spec­tacle, un disque.»

Soyez sans crainte, fans de Lo­co Lo­cass, le trio n’a rien per­du de sa verve et conti­nue de croire dur comme fer à la sou­ve­rai­ne­té même si le su­jet semble avoir glis­sé sous le ta­pis de l’en­vi­ron­ne­ment. «Pour­tant, tout ce­la est lié. Qui parle au nom du Qué­bec d’un point de vue en­vi­ron­ne­men­tal? Un gros cow-boy de l’Ouest em­pê­tré dans les sables bi­tu­mi­neux. Est-ce qu’il y a un rap­port entre la po­li­tique et l’en­vi­ron- ne­ment? Cer­tai­ne­ment. On l’a vu à Co­pen­hague. Nous étions pris pour chia­ler dans les cor­ri­dors. Alors que si nous étions à la table des na­tions, on di­rait qu’on veut un ac­cord contrai­gnant avec des cibles très éle­vées et nous vou­lons que notre éner­gie propre soit re­con­nue», dit Biz, pen­dant que son col­lègue rap­pelle que Lo­co Lo­cass, ce n’est pas seule­ment un groupe qui prône l’in­dé­pen­dance du Qué­bec.

«Per­son­nel­le­ment, je trouve que la simple pré­ten­tion que nous avons d’écrire de la poé­sie, ça reste to­ta­le­ment louable et suf­fi­sant en soi. Je tra­vaille sur des textes qui ne traitent pas de po­li­tique, mais qui peuvent in­té­res­ser et sen­si­bi­li­ser des gens à plu­sieurs choses. Ap­pro­fon­dir la langue fran­çaise par l’écrit, c’est en soi quelque chose de puis­sant.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.