PARCE QUE TOUT EST POS­SIBLE

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Marie-France Bor­nais

Choi­sis­sant d’ap­pro­fon­dir la Loi de l’at­trac­tion pré­sen­tée il y a quelques an­nées dans le best­sel­ler Le se­cret de Rhon­da Byrne, Mel Gill – «le gou­rou du bon­heur» – pro­pose à son tour Le Mé­ta­Se­cret, «l’idée qui va au-de­là du se­cret».

Cet ou­vrage de crois­sance per­son­nelle pro­pose d’in­té­grer dans sa vie cer­tains prin­cipes an­ciens re­vam­pés par Mel Gill et com­men­tés par plu­sieurs pen­seurs in­vi­tés, afin que tout – bon­heur, san­té, amour, pros­pé­ri­té – soit à por­tée de main. Le livre, dé­jà ven­du dans 25 pays, est dé­jà troi­sième au pal­ma­rès des ventes en Italie, alors qu’il vient tout juste d’y être pu­blié. Le DVD Le Mé­ta­Se­cret se­ra éga­le­ment lan­cé en an­glais cet au­tomne.

« J’ai écrit Le Mé­ta­Se­cret pour faire sa­voir aux gens que tout est pos­sible main­te­nant, sim­ple­ment en chan­geant sa ma­nière de conce­voir les choses », dé­clare po­sé­ment Mel Gill, qui consi­dère la Loi de l’at­trac­tion comme « ef­fi­cace », mais qu’elle n’est que « l’équi­valent des hors-d’oeuvre dans un fes­tin ».

MIS­SION TER­RESTRE

Ce motivateur po­pu­laire, consul­tant au­près de mil­lion­naires et de mil­liar­daires de la liste des For­tune 500 en Asie et en Amé­rique, a pris conscience de sa mis­sion ter­restre et a en­tre­pris une vé­ri­table quête spi­ri­tuelle après avoir été dé­cla­ré cli­ni­que­ment mort pen­dant plus de 15 mi­nutes, à la suite d’un ter­rible ac­ci­dent. Il par­tage son ex­pé­rience dans Le Mé­ta­Se­cret et fait hum­ble­ment part des nom­breux dé­boires qui l’ont conduit à de grands chan­ge­ments.

Les grands prin­cipes de la phi­lo­so­phie her­mé­tique – une doc­trine éso­té­rique dont les ori­gines re­montent à l’époque gré­co-ro­maine — l’ont convain­cu hors de tout doute que, dans la vie, tout est pos­sible. Ab­so­lu­ment tout.

« Chan­gez les his­toires que vous pro­je­tez dans votre tête et vous chan­ge­rez le monde. Si vous ne chan­gez pas ces his­toires, c’est le monde qui vous chan­ge­ra. Vous se­rez alors in­fluen­cé par votre en­vi­ron­ne­ment, par vos gains et vos pertes, par les choses que vous avez ou que vous n’avez pas, ain­si de suite, car tout ce­la com­mence à l’in­té­rieur de soi », conseille-t-il sa­ge­ment, en en­tre­vue té­lé­pho­nique de­puis son bu­reau de Sin­ga­pour.

Le spé­cia­liste de la crois­sance per­son­nelle en mi­lieu cor­po­ra­tif à l’échelle in­ter­na­tio­nale dit qu’il a ob­te­nu son di­plôme à l’Uni­ver­si­té de Can­ter­bu­ry et tra­vaillé pour Pep­siCo, IBM, 3M, Mo­to­ro­la, entre autres. Il ex­plique qu’il est ici pour rap­pe­ler aux gens que le pré­fixe me­ta veut dire « au-de­là de, plus grand que », et qu’un mes­sage plus vaste que la simple Loi de l’at­trac­tion doit être dif­fu­sé. « La vie, c’est ce qui im­porte vrai­ment. Éta­blis­sez vos ob­jec­tifs, es­sayez de les at­teindre mais si vous échouez, c’est la vie, lâ­chez prise et pas­sez à l’étape sui­vante », dit-il.

L’HÔ­TEL TERRE

« Au­cune des choses qu’on ac­cu­mu­le­ra dans sa vie – ar­gent, mai­sons, voi­tures, amis, res­pect de la part de ces amis, san­té, corps par­fait – ne se­ra conser­vé à l’Hô­tel Terre où on s’enre- gistre et où on quitte sans ba­gage. Ce qui compte vrai­ment, c’est le sou­ve­nir que les gens au­ront de vous lorsque vous se­rez par­tis, et de sa­voir à qui vous man­que­rez vrai­ment. »

Son ex­pé­rience au­près des mou­rants dans de nom­breux hos­pices par­tout dans le monde, et spé­cia­le­ment au­près des en­fants at­teints de can­cer en phase ter­mi­nale, lui a per­mis d’ap­prendre beau­coup de choses. « Il y a une grande force à l’oeuvre dans ce chaos qu’on ap­pelle la vie, qui semble connaître ce qui est es­sen­tiel à cha­cun. On se connecte alors avec l’âme qui est à l’in­té­rieur de cha­cun de nous. Je pense que nous sommes tous beau­coup plus grands que ce qu’on voit dans le mi­roir. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.