Loin de l’en­nui

MONT­RÉAL | Quand on a ven­du plus de dix mil­lions d’al­bums en seule­ment sept ans de car­rière, le suc­cès pour­rait fa­ci­le­ment mon­ter à la tête. Ce n’est tou­te­fois pas le cas de la chan­teuse Ka­tie Me­lua. De pas­sage à Mont­réal, la chan­teuse d’ori­gine géor­gienn

Le Journal de Quebec - Weekend - - MU­SIQUE - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin

« Je suis ve­nue à quelques re­prises à Mont­réal, prin­ci­pa­le­ment pour le Fes­ti­val de jazz, a-t-elle dit. Cette ville me donne l’im­pres­sion d’être vrai­ment un en­droit mu­si­cal. J’ai vu, l’autre jour, d’énormes af­fiches de concerts qui avaient eu lieu ici. C’est tou­jours ins­pi­rant et bouillon­nant de créa­ti­vi­té. »

Quel est son meilleur sou­ve­nir de Mont­réal? « Pro­ba­ble­ment tous les spec­tacles que j’ai don­nés, dont ce­lui au Club So­da. Et il y a aus­si les concerts de Paul Si­mon et de Leo­nard Co­hen que j’ai eu la chance de voir. »

L’au­teure-com­po­si­trice et in­ter­prète était d’abord en ville pour par­ler de son plus ré­cent al­bum, The House, pa­ru en juin ici. La chan­teuse a col­la­bo­ré pour ce qua­trième disque avec le pro­duc­teur William Or­bit. Ce der­nier est prin­ci­pa­le­ment connu pour son tra­vail sur l’al­bum Ray of Light, de Ma­don­na.

« Je suis très fière de l’al­bum. Au dé­part, je sou­hai­tais sim­ple­ment avoir du bon temps en stu­dio. Je me suis ren­du compte qu’il était pré­fé­rable de ne ja­mais pen­ser au ré­sul­tat en com­men­çant un pro­jet. Fi­na­le­ment, l’al­bum s’est avé­ré bon! »

Ka­tie af­firme ne pas es­sayer de se ré­in­ven­ter à chaque al­bum. « C’est un peu le syn­drome Ma­don­na. Es­sayer de faire dif­fé­rent la fois d’après. Mais je n’avais pas cette in­ten­tion. »

SPEC­TACLE ÉNER­GIQUE

Ka­tie Me­lua don­ne­ra un spec­tacle à la Place des Arts, le 11 sep­tembre, cinq jours avant son 26e an­ni­ver­saire. « J’au­rai mon groupe com­plet de mu­si­ciens avec moi, a af­fir­mé la chan­teuse. Ce se­ra un gros spec­tacle, mais il y au­ra aus­si des mo­ments plus in­times. Je trouve ça im­por­tant d’avoir les deux dans un concert. »

La jo­lie bru­nette voit évi­dem­ment une dif­fé­rence à se pro- duire de­vant quelques cen­taines de spec­ta­teurs, com­pa­ra­ti­ve­ment aux 3 300 per­sonnes de la salle Wil­frid-Pel­le­tier. « Quand je joue dans une pe­tite salle, je fais comme s’il y avait des mil­liers de per­sonnes. Et quand c’est une salle im­mense, j’es­saie de pré­tendre que c’est tout pe­tit et in­time. »

Étant consi­dé­rée comme l’une des ar­tistes bri­tan­niques les plus pros­pères à l’heure ac­tuelle (elle a chan­té pour Nel­son Man­de­la et la reine Éli­sa­beth II), Ka­tie Me­lua dit vou­loir es­sayer de rendre chaque mo­ment de la vie le plus ex­ci­tant pos­sible.

Celle que cer­tains dé­cri­vaient comme une « jun­kie d’adré­na­line » a rem­pla­cé les sauts en pa­ra­chute et les tours de mon­tagnes russes par des ex­pé­riences plus terre à terre. « J’ai de l’ex­ci­ta­tion quand je monte sur scène ou même par­fois quand je bois une dé­li­cieuse tasse de ca­fé. »

La chan­teuse, qui voyage ré­gu­liè­re­ment par­tout dans le monde, dit avoir peur que sa vie de­vienne en­nuyante. « C’est comme quel­qu’un qui mange du cho­co­lat tous les jours, il fi­nit par s’en las­ser. Si quel­qu’un pou­vait vivre dans mes sou­liers pen­dant une jour­née, ce se­rait sû­re­ment in­croyable. Mais puisque c’est ce que je vis de­puis sept ans, c’est de­ve­nu ma rou­tine quo­ti­dienne. »

Ka­tie Me­lua se­ra en spec­tacle à la salle Wil­frid-Pel­le­tier de la Place des Arts, le 11 sep­tembre.

KA­TIE ME­LUA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.