DES­LI­MITES À RE­POUS­SER

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

Loin de s’es­souf­fler mal­gré trente an­nées de mu­sique der­rière la cra­vate, Iron Mai­den conti­nue de se ré­in­ven­ter sur son quin­zième al­bum, The Fi­nal Fron­tier, tout en es­pé­rant dé­cro­cher la pre­mière place des pal­ma­rès nor­da­mé­ri­cains.

Bruce Di­ckin­son en avait d’ailleurs fait la de­mande ex­presse aux fans lors des spec­tacles que le lé­gen­daire groupe mé­tal a don­nés en Amé­rique du Nord cet été, dont ce­lui de Québec, sur les plaines d’Abra­ham, le 9 juillet.

« Nous vou­lons que vous fas­siez en sorte que The Fi­nal Fron­tier soit nu­mé­ro un à sa sor­tie », avait lan­cé Di­ckin­son au pu­blic qué­bé­cois.

Dans une en­tre­vue ré­cente ac­cor­dée au site Web spé­cia­li­sé Mu­sicRa­dar, le bat­teur, Ni­cko McB­rain, a re­con­nu qu’un nu­mé­ro un pour The Fi­nal Fron­tier se­rait « fan­tas­tique, une belle ac­co­lade ».

« Est-ce que ça vou­drait dire la même qu’il y a quinze ou vingt ans? Je ne sau­rais dire. Ce qui compte, c’est que je sais que nous avons fait un ex­cellent al­bum. C’est une oeuvre d’art à mon avis. Et s’il n’est pas nu­mé­ro un la pre­mière se­maine, peut-être le se­ra-t-il la deuxième ou la troi­sième? »

OU­VER­TURE EN DEUX TEMPS

Nu­mé­ro un ou pas, s’il est une chose qu’il faut concé­der au sex­tuor, c’est son aver­sion pour le sur­place. Iron Mai­den pour­rait ai­sé­ment se conten­ter de sur­fer sur ses suc­cès pas­sés et nous faire le coup du « nou­vel al­bum qui sonne comme les pré­cé­dents ».

Pas de ça avec Iron Mai­den. Il nous le rap­pelle dès la plage d’ou­ver­ture de The Fi­nal Fron­tier, qui s’amorce avec une longue in­tro­duc­tion plu­tôt tech­nique (Sa­tel­lite 15). S’en­suit une rup­ture de ton qui nous amène à la pièce-titre, un mor­ceau plus clas­sique qui nous rap­pelle le bon vieux Mai­den.

Ce n’est d’ailleurs pas un ha­sard, puisque The Fi­nal Fron­tier a été en­re­gis­tré au stu­dio Com­pass Point, à Nas­sau, là où les clas­siques des an­nées 1980 Piece of Mind, Po­wer­slave et So­mew­here in Time avaient vu le jour.

« En­trer de nou­veau dans ce stu­dio était ren­ver­sant. Rien n’a chan­gé. Ce n’est pas un stu­dio à la fine pointe de la tech­no­lo­gie, mais il a tou­jours le même es­prit,», avait dit le gui­ta­riste Adrian Smith, lors d’un en­tre­tien avec Le Jour­nal de Québec, le mois der­nier.

DU ROCK PRO­GRES­SIF POUS­SÉ PLUS LOIN

Si la pre­mière par­tie de l’al­bum n’est ef­fec­ti­ve­ment pas sans rap­pe­ler le Mai­den d’époque, les ex­plo­ra­tions rock pro­gres­sif du groupe prennent en­suite le pas. Elles at­teignent une forme d’apo­théose avec la der­nière chan­son, When The Wild Wind Blows, une créa­tion de onze mi­nutes si­gnée Steve Har­ris.

« Quand Steve est ar­ri­vé avec cette chan­son, j’ai su im­mé­dia­te­ment que nous te­nions quelque chose de spé­cial », a dit McB­rain, qui ne croit pas que The Fi­nal Fron­tier est un re­tour en ar­rière.

« Nous avons plu­tôt re­vi­si­té une bonne par­tie de notre his­toire. Pre­nez l’al­bum A Mat­ter of Life and Death, par exemple : c’est un disque très aven­tu­reux qui pige dans le rock pro­gres­sif un­der­ground de la fin des an­nées 60, dé­but des an­nées 70. Main­te­nant, nous sommes re­tour­nés sur ce ter­ri­toire et avons pous­sé plus loin, beau­coup plus que tout ce que nous avons fait avant. Les segues, les struc­tures des chan­sons, nous ne nous sommes mis au­cune res­tric­tion. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.