LE­PONT ENTRE LE QUÉBECETL’EU­ROPE

Mi­chelle Coudé-Lord

Le Journal de Quebec - Weekend - - RENTREE CULTURELLE 2010 - Mi­chelle Coudé-Lord MCLORD@JOUR­NALMTL.COM

MON­TRÉAL | Il a eu 21 ans en mai et lors­qu’il peut se payer le luxe d’un mo­ment de so­li­tude, Bob­by Ba­zi­ni avoue se de­man­der ce qui lui est ar­ri­vé, ins­tal­lé de­puis des mois sur la pla­nète du suc­cès. Heu­reu­se­ment, ses pa­rents et ses grands-pa­rents, de Mont-Lau­rier, le sur­veillent afin qu’il ne s’égare pas du­rant cette belle et grande as­cen­sion. Il se­ra dé­fi­ni­ti­ve­ment une tête d’af­fiche de l’au­tomne dans le do­maine mu­si­cal.

« Les miens me pro­tègent en­core fort bien et moi, je garde fa­ci­le­ment les deux pieds sur terre », confie le jeune au­teur­com­po­si­teur qui a ven­du plus de 65 000 exem­plaires de son al­bum Bet­ter in ti

me.

Lors­qu’il a re­mis un disque d’or à sa grand-mère, elle lui a dit sa­ge­ment ce­ci : « Sur­tout, ne te perds pas, mon Bob­by », ra­conte-t-il, se ré­pé­tant cons­tam­ment ces pa­roles dans son coeur. On connaît l’at­ta­che­ment que ce jeune homme a pour ses grands-pa­rents. C’est dans leur mai­son de Mont-Lau­rier qu’il a écrit ses pre­mières chan­sons.

Vivre un tel suc­cès en quelques mois, à 21 ans, peut faire perdre les pé­dales à qui­conque. Bob­by Ba­zi­ni dit dé­jà ne rien te­nir pour ac­quis.

« Je prends une jour­née à la fois et, sur­tout, je tra­vaille fort. Il n’y a rien de gra­tuit dans la vie », dé­clare-t-il au

Jour­nal.

GROS PRO­GRAMME

Son au­tomne se­ra char­gé, étant ré­cla­mé au Québec comme dans plu­sieurs pays d’Eu­rope.

Et dire qu’au prin­temps der­nier, Bob­by Ba­zi­ni n’avait ja­mais voya­gé, en­core moins mis les pieds à Paris!

« C’est in­croyable comme je me sens bien dans ce Vieux Conti­nent. J’ai eu un vé­ri­table coup de coeur pour Bruxelles », dit-il.

Il n’a pas fi­ni de faire connais­sance avec l’Eu­rope, car en plus de ses 50 concerts de l’au­tomne au Québec, l’au­teur-com­po­si­teur se ren­dra en Allemagne, en Hol­lande, en Bel­gique, en France, en Suisse, en Suède et en Nor­vège pour faire de la pro­mo et don­ner des spec­tacles dès le mois de no­vembre. Il com­men­ce­ra éga­le­ment à tes­ter le mar­ché du Ca­na­da an­glais.

« Je pense que de belles salles m’at­tendent, là-bas. Nous sommes à fi­na­li­ser le tout », as­sure-t-il.

Le week-end der­nier, il a tour­né ses pre­miers vi­déo­clips pour I Won­der et

Oh Ka­ty, deux suc­cès à la ra­dio. Dès le dé­but de sep­tembre, ses fans du Québec et de l’Eu­rope y au­ront ac­cès.

« Je ne suis pas un ac­teur et je suis gê­né na­tu­rel­le­ment, mais je dois dire que j’ap­pri­voise de plus en plus la scène. Je bouge plus. Je me sens de mieux en mieux. C’est tel­le­ment un beau trip avec mes chums mu­si­ciens que je me paye. J’ai hâte de prendre la route du Québec », avoue-t-il.

Il dit vou­loir « gar­der les deux mains sur le vo­lant de sa vie ».

« Ça fait peur, par­fois, car tout va tel­le­ment vite et je n’ai que 21 ans. Tou­te­fois, j’es­père que ça va conti­nuer, car je veux chan­ter jus­qu’à ma mort. Il y a tant à faire ».

Y CROIRE

Que dit-il à tous ces jeunes qui rêvent dans leur sous-sol de vivre le trip de Bob­by Ba­zi­ni?

« De conti­nuer à y croire. Moi, j’ha­bi­tais la fo­rêt et quel­qu’un m’a trou­vé et a cru en moi. C’est une belle le­çon de vie, celle de ne ja­mais lâ­cher », dit-il comme un vieux sage.

Cet été, il dit s’être payé une belle soi­rée au spec­tacle du fils de Bob Dylan, Jack, en com­pa­gnie de son père, un ébé­niste, fan de coun­try.

« Ça m’a fait du bien. Je me nour­ris de tels mo­ments. Ca me per­met de gar­der mon équi­libre. Je vois au­jourd’hui toute l’im­por­tance de ma fa­mille », conclut le sur­pre­nant Bob­by Ba­zi­ni. Son tout pro­chain spec­tacle se­ra le 3 sep­tembre, au Fes­ti­val de mont­gol­fières de Ga­ti­neau, et par la suite, il par­cour­ra le Québec pour pré­sen­ter 50 spec­tacles. Bob­by Ba­zi­ni vante son en­tou­rage, dont Ce­sar Boes­ten, son ma­na­ger, et Diane Pi­net, sa pro­duc­trice de Mun­go Park Re­cords, celle qui fut la pre­mière à croire en lui. En fin de se­maine der­nière, plus de 120 per­sonnes ont par­ti­ci­pé au tour­nage de son vi­déo­clip à Louis-H. La­fon­taine, où une pri­son a été créée pour sa chan­son Oh Ka­ty. Le pro­duc­teur de Voyous Film était Martin Hen­ri pour les deux vi­déo­clips.

PHOTO GRA­CIEU­SE­TÉ VOYOUS FILM PRO­DUC­TION

Bob­by Ba­zi­ni en plein tour­nage de ses pre­miers vi­deo­clips des­ti­nés au mar­chés ca­na­dien et eu­ro­péen.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.