VIL­LA AMA­LIA

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Le soir où elle dé­couvre l’in­fi­dé­li­té de son conjoint Tho­mas, Ann Hidden, cé­lèbre pia­niste pa­ri­sienne, re­trouve par ha­sard Georges, un vieil ami avec qui elle a gran­di en Bretagne. Cette ren­contre pro­vi­den­tielle se­ra l’élé­ment dé­clen­cheur de l’in­so­lite pro­jet de la concer­tiste : quit­ter Tho­mas, vendre son ap­par­te­ment, aban­don­ner sa car­rière et ten­ter de dis­pa­raître aux yeux de la so­cié­té, tout en lais­sant des fonds dans le compte en banque de Georges. Ann par­court ain­si l’Eu­rope, en train ou à pied, se lais­sant por­ter par les im­pré­vus et les aven­tures d’un soir. La voya­geuse ano­nyme abou­tit alors sur une île ita­lienne où elle a le coup de foudre pour une vil­la aban­don­née à flanc de mon­tagne, qu’une vieille pa­rente du pro­prié­taire dé­cé­dé ac­cepte de lui lé­guer. Peu après son ins­tal­la­tion, Ann s’amou­rache de Giu­lia, une jeune femme qui l’a sau­vée de la noyade.

CE QU’ON EN PENSE

Be­noît Jacquot signe une adap­ta­tion im­pres­sion­niste du ro­man de Pas­cal Qui­gnard sur le thème por­teur de la table rase et de la re­nais­sance à la vie. In­tri­gant, le ré­cit tourne dé­li­bé­ré­ment le dos à toute ex­pli­ca­tion psy­cho­lo­gi­sante, qui au­rait en­le­vé son pou­voir de fas­ci­na­tion à ce film en état d’ape­san­teur. La mise en scène ins­pi­rée, re­haus­sée par un montage brillant, joue avec ha­bi­le­té des dis­so­nances, tant dans l’al­ter­nance des mo­ments ten­dus et contem­pla­tifs que dans la par­ti­tion mu­si­cale très re­le­vée, aux am­biances tan­tôt an­gois­santes, tan­tôt apai­santes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.