Plus réel que ça, tu meurs

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

De toutes les té­lé-réa­li­tés, celle de Dis­co­ve­ry Chan­nel in­ti­tu­lée The Co­lo­ny est lar­ge­ment la plus réelle. Pour sa deuxième sai­son, la sé­rie laisse à eux-mêmes ses par­ti­ci­pants dans une ban­lieue dé­vas­tée par l’ou­ra­gan Ka­tri­na. Ces braves vo­lon­taires n’ont ni élec­tri­ci­té ni eau cou­rante ni moyen de com­mu­ni­quer avec le monde ex­té­rieur. L’odys­sée de chaque par­ti­ci­pant a com­men­cé par trois jours d’iso­le­ment to­tal avant qu’il ne re­joigne les autres « si­nis­trés ». Tout ce­la n’a rien à voir avec les té­lé­réa­li­tés du même genre, puis­qu’il n’y a rien à ga­gner et per­sonne à éli­mi­ner. Plu­sieurs spé­cia­listes, in­gé­nieurs, psy­cho­logues, mé­de­cins, etc., com­mentent les gestes des par­ti­ci­pants, qui n’ont que leurs propres res­sources phy­siques et mo­rales pour leur per­mettre de sub­sis­ter dans un en­vi­ron­ne­ment tout à fait hos­tile. Je l’ai dé­jà dit, la té­lé­réa­li­té peut être une ex­cel­lente oc­ca­sion de re­cherche so­ciale ou scien­ti­fique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.