CHAN­SONS À PAR­TA­GER, SUC­CÈS AS­SU­RÉ!

« Tout ce que je sou­haite, c’est écrire des chan­sons ins­pi­rées de mes ex­pé­riences vé­cues et les par­ta­ger avec mes ad­mi­ra­teurs. Je ne fais pas ce­la pour conqué­rir le monde ou ga­gner le coeur de sept mil­liards de per­sonnes. »

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND -

L’as­ser­tion sonne bi­zarre ve­nant d’un ar­tiste qui a ven­du des mil­lions d’al­bums sur tous les conti­nents et dont la chan­son I’m Yours a été té­lé­char­gée à cinq mil­lions de re­prises en plus de battre le re­cord, vieux de 52 ans, de la pièce ayant ap­pa­ru le plus long­temps au pal­ma­rès Bill­board.

Mais Ja­son Mraz ne se met pas ce genre de pres­sion.

« La seule pres­sion que je sens et que je connais me vient de l’in­té­rieur, de mon équipe de gé­rance. Je n’ai pas ce be­soin de pen­ser que je dois faire mieux la pro­chaine fois, que je dois avoir un autre suc­cès », a confié le chan­teur lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique qu’il a ac­cor­dé au Jour­nal de Québec, en marge de son spec­tacle de mer­cre­di, au Colisée Pep­si.

Le suc­cès com­mer­cial, jure-t-il, il n’y a ja­mais son­gé. Au contraire, quand il a choi­si de de­ve­nir un au­teur-com­po­si­teur et in­ter­prète, il s’était fait à l’idée « de dor­mir sur un so­fa et d’être pauvre ».

« Pour moi, le suc­cès si­gni­fiait de pou­voir vivre de mon tra­vail et d’avoir une vie aven­tu­reuse et ro­man­tique. J’ai eu ce­la, mais j’ai aus­si le suc­cès com­mer­cial qui était un fan­tasme avec le­quel il est dif­fi­cile de com­po­ser. On se sent cou­pable d’être payé pour faire quelque chose qu’on aime et qu’on fe­rait de toute ma­nière. Mais la mu­sique est un puis­sant ou­til pour amas­ser des fonds. Je me sens un peu mieux grâce à ça », dit

Pa­ru en 2008, l’al­bum We Sing, We Dance, We Steal Things au­ra fi­na­le­ment un suc­ces­seur au cou­rant de 2011. Contrai­re­ment à une ru­meur qui a cir­cu­lé sur le Web, le chan­teur ca­li­for­nien ne met­tra pas deux al­bums sur le mar­ché.

« Il y au­rait même as­sez de ma­té­riel pour en faire trois. En fait, j’ai dé­cla­ré que en en­re­gis­trer deux me ren­drait les choses plus fa­ciles, mais il n’y en au­ra qu’un », lance ce­lui qui a bos­sé sur ce nou­vel al­bum, quand son ho­raire le lui per­met­tait, du­rant la der­nière an­née.

« Dif­fi­cile de dire, pour l’ins­tant, à quoi ça res­sem­ble­ra parce que j’ai des trucs tel­le­ment va­riés. Ça de­vrait être une ex­ten­sion de We Sing... Ce se­ra plus émou­vant, dis­co, reg­gae, dan­sant, op­ti­miste et en­joué. » Ja­son Mraz, qui s’as­so­cie d’ailleurs ré­gu­liè­re­ment à des causes hu­ma­ni­taires.

IL N’Y EN AU­RA QU’UN

DES NOU­VEAU­TÉS EN SPEC­TACLE

Ceux qui ont ré­ser­vé un billet pour merc- re­di soir en au­ront un bref aper­çu puisque en plus de ses in­con­tour­nables ri­tour­nelles, Ja­son Mraz joue­ra quelques-unes de ses nou­veau­tés.

Mais pas trop, parce qu’il ne faut pas « en­nuyer » les gens avec des chan­sons qu’ils ne connaissent pas.

« Je ne sais pas com­bien de nou­veau­tés nous joue­rons. Ça va dé­pendre des de­mandes des gens. Comme nous le fai­sons pour choi­sir les villes où on se pro­duit, nous al­lons nous fier aux re­quêtes que les fans nous adressent via les ré­seaux so­ciaux pour sa­voir ce qu’ils veulent en­tendre. »

En ter­mi­nant, pe­tit conseil aux fi­dèles de Mraz : n’hé­si­tez pas à ma­ni­fes­ter bruyam­ment votre ap­pro­ba­tion si vous ai­mez une nou­velle chan­son, puisque le chan­teur tien­dra compte de la ré­ac­tion du pu­blic quand vien­dra le temps de dé­ter­mi­ner quelles pièces trou­ve­ront re­fuge sur son pro­chain al­bum. Vous au­rez été aver­tis. Ja­son Mraz se­ra en spec­tacle le 6 oc­tobre, au Colisée Pep­si.

Cé­dric Bé­lan­ger CEDRIC.BE­LAN­GER@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.