À VI­SAGE DÉ­COU­VERT

MON­TRÉAL | Cette fois-ci, Pa­trick Groulx a le mé­rite d’être clair. Dans Job : hu­mo­riste, son 3e spec­tacle qu’il pré­sente cette se­maine à Mon­tréal, il n’in­vite pas les Bas blancs et ne fait au­cun per­son­nage. Que du stand-up, à vi­sage dé­cou­vert.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Da­ny Bou­chard Le Jour­nal de Mon­tréal

«Dans la der­nière tour­née, je fai­sais mon spec­tacle au com­plet et les Bas blancs (son groupe de mu­sique) ve­naient me re­joindre après. C’était un bo­nus. Là, je vou­lais que ça soit clair», ex­plique-t-il.

Le titre de son spec­tacle, Job : hu­mo­riste, lui donne rai­son. De sur­croît, Pa­trick Groulx s’est ins­pi­ré de l’émis­sion qu’il anime à Ztélé, Job de bras.

« Je ren­contre plein de monde qui font des af­faires su­per ex­ci­tantes. Je re­ve­nais à la mai­son (après les tour­nages) et je di­sais tou­jours à ma blonde que j’avais pro­ba­ble­ment pas­sé à cô­té de ma vie.»

Pa­trick Groulx a com­men­cé à écrire son troi­sième spec­tacle il y a exac­te­ment un an. Contrai­re­ment à ses spec­tacles pré­cé­dents, il s’est cette fois en­tou­ré de deux col­la­bo­ra­teurs : Pierre Fio­la, et François Avard à la script-édi­tion.

«Quand t’écris tout seul, t’es dans ton sous-sol pen­dant cinq mois et tu as be­soin de l’opi­nion de quel­qu’un d’autre à un mo­ment don­né.

«Cette fois-ci, j’avais pas en­vie de m’em­bar­rer tout seul. C’est pour l’ave­nir aus­si; peut-être que je pour­rais prendre d’autres contrats», laisse-t-il en­tendre.

L’hu­mo­riste s’est ins­pi­ré de dif­fé­rents thèmes, dont l’en­vi­ron­ne­ment, la tech­no­lo­gie, et la vie d’hô­tel. Une bonne par­tie du spec­tacle, pour ne pas dire la moi­tié, tourne au­tour du bon­heur.

«Je me suis tou­jours po­sé des ques­tions exis­ten­tielles (...) et le show est un peu ba­sé sur ça.»

Dans Job : hu­mo­riste, Pa­trick Groulx se pré­sente tel qu’il est, sans per­son­nages ni cos­tumes.

«Dans la pre­mière tour­née, j’avais 13 chan­ge­ments de cos­tumes et je trou­vais ça plate d’al­ler me chan­ger, de re­ve­nir, et de re­tour­ner cher­cher le pu­blic. Je suis un gars qui adore le stand-up et j’ai en­vie de pas­ser une soi­rée avec le pu­blic.»

D’ici à avril 2011, Pa­trick Groulx sillon­ne­ra la pro­vince, avec une qua­ran­taine de dates de spec­tacles à son agen­da. « J’ai un faible pour Chi­cou­ti­mi, à la salle du Cé­gep, ad­met-il. L’éner­gie, l’en­thou­siasme qu’il y a là-bas… Les gens sont près de toi et il y a tel­le­ment d’am­biance », di­til en ajou­tant que le pu­blic de Monc­ton a aus­si un pe­tit quelque chose de par­ti­cu­lier. « Monc­ton, c’est hal­lu­ci­nant. On a hâte d’al­ler jouer à Monc­ton. C’est pas la salle, c’est le pu­blic. Le pe­tit cô­té bla­sé qu’on peut re­trou­ver dans cer­taines salles à Mon­tréal, il n’y a pas ça là-bas. Quand t’ar­rives là-bas, ils ont en­vie de rire. »

TÉ­LÉ ET GA­LA

Pa­trick Groulx a ter­mi­né le tour­nage des émis­sions de la qua­trième sai­son de Job de Bras. Lui et François Avard mi­jotent aus­si un pro­jet de té­lé com­mun, qui a dé­jà été pré­sen­té à une chaîne gé­né­ra­liste. « C’est un concept que j’aime beau­coup (...) sur l’art du stand-up ».

Pa­trick Groulx ad­met qu’il ai­me­rait, un jour, qu’on pense à lui pour ani­mer un ga­la.

« Le meilleur ga­la à ani­mer, c’est Louis-Jo­sé Houde qui l’anime ; il y a quelque chose de spé­cial avec le ga­la de l’Adisq. Il y a aus­si le ga­la Les Olivier. J’ai­me­rais ça, ça me trotte dans la tête », confie-t-il. Pa­trick Groulx pré­sen­te­ra trois soirs de pre­mières à Mon­tréal, à Québec et en Ou­taouais. Il se­ra aus­si en sup­plé­men­taires, au Théâtre St-De­nis, les 24 et 25 fé­vrier 2011.

PHOTO LES ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.