Ré­tros­pec­tive Mo­net à Paris

Si vous avez pré­vu un voyage à Paris d’ici à jan­vier, un dé­tour au Grand Pa­lais s’im­pose pour voir la grande ré­tros­pec­tive consa­crée à Claude Mo­net. En tout, près de 200 pein­tures pro­ve­nant de par­tout dans le monde re­tracent le par­cours du peintre im­press

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND -

Ça n’ar­rive qu’une fois dans une vie ou presque. Voir de ses propres yeux un si grand nombre de toiles de Mo­net ras­sem­blées dans la même ex­po­si­tion. Des oeuvres qui pro­viennent de mu­sées et de col­lec­tions pri­vées du monde en­tier (Los An­geles, Co­pen­hague, Zu­rich, Mel­bourne, Mos­cou, Londres) et bien sûr du mu­sée d’Or­say, à Paris.

L’ef­fet est sai­sis­sant, sur­tout lors­qu’il est ques­tion des fa­meuses sé­ries réa­li­sées par l’ar­tiste à par­tir de 1890. Éta­bli à Gi­ver­ny où il s’adonne à sa pas­sion pour l’hor­ti­cul­ture, Mo­net se crée un jar­din aqua­tique.

Il peint alors Le bas­sin aux nym­phéas, qui donne lieu à plu­sieurs dé­cli­nai­sons. Le Grand Pa­lais en ex­pose trois, pla­cées côte à côte afin de mieux sai­sir les va­ria­tions de lu­mière et de cou­leurs cap­tées par l’ar­tiste.

Mais Mo­net ne s’ar­rête pas là. Les an­nées 1890 cor­res­pondent à la dé­cen­nie des sé­ries. Le peintre s’in­té­resse à l’évo­lu­tion de la lu­mière et aux va­ria­tions at­mo­sphé­riques. Il peint alors Les meules, Les peu­pliers ou en­core Le Par­le­ment de Londres à l’aube, en plein so­leil ou par temps gris. Par­fois, le su­jet se dis­tingue à peine du dé­cor et de­vient presque abs­trait. La ca­thé­drale de

Rouen, par exemple, a don­né lieu à trente ver­sions dif­fé­rentes dont cinq se re­trouvent dans cette ex­po­si­tion ex­cep­tion­nelle.

LES NYM­PHÉAS

Les nym­phéas, peintes par Mo­net à la fin de sa vie, l’orientent vers la dé­co­ra­tion. Une salle en­tière est dé­diée à ce thème. Mais l’ex­po­si­tion montre aus­si les pre­miers ta­bleaux de Mo­net réa­li­sés en Nor­man­die à la fin des an­nées 1860, où il peint no­tam­ment Ter­rasse à Sainte

Adresse prê­tée par le Me­tro­po­li­tan Mu­seum of Art de New York. Le peintre dé­mé­nage en­suite à Ar­gen­teuil et à Vé­theuil, en plus de pas­ser du temps sur la côte d’Azur, à Belle-Île-en-Mer, à Ve­nise et à Londres.

On suit ain­si Mo­net au gré de ses dé­pla­ce­ments, avec une im­mer­sion dans sa vie pri­vée comme lors­qu’il peint sa femme, Ca­mille, et leurs deux fils, voya­geant avec lui à tra­vers ses toiles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.