Consen­sus à dé­faut d’una­ni­mi­té

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS -

VIN PLAI­SIR

pour of­frir ou se faire plai­sir

BRON­ZI­NELLE 2007

Co­teaux du Lan­gue­doc, Saint-Martin-de-la-Gar­rigue, 13 %, France Type : vin rouge Code : 11299116 Prix : 36 $ (format 1,5 litre) C’est la pre­mière fois dans cette co­lonne que le plai­sir se conjugue en mag­num. Mais à ce prix, on double presque son plai­sir. Avec ses notes de cuir et de rai­sins de Co­rinthe, le vin ac­cuse certes une cer­taine évo­lu­tion. Mais peu im­porte, puisque en même temps, il est à sa par­faite ma­tu­ri­té et de­vrait res­ter sur ce pla­teau pro­ba­ble­ment quelques an­nées en­core. Souple, fon­du, har­mo­nieux et, par-des­sus tout, ab­so­lu­ment sa­vou­reux. Mon coup de coeur de cette deuxième vague du Nou­vel ar­ri­vage du Cel­lier de la ren­trée. Nous ne goû­tons pas de la même ma­nière. En­fin, pas tous. C’est là une évi­dence, mais se le faire rap­pe­ler par­fois n’est pas in­utile. Alors for­cé­ment, en ma­tière de goût, il est dif­fi­cile de faire l’una­ni­mi­té. Il est néan­moins pos­sible d’ob­te­nir un re­la­tif consen­sus. Jus­qu’à quel point? Au­tour de 20 %, si on se fie à quelques ex­pé­riences me­nées ces der­nières an­nées. Celle me­née par le neu­ro­bio­lo­giste fran­çais Pa­trick MacLeod, de l’École pra­tique des Hautes Études de Paris, au­près d’un groupe d’étu­diants en par­fu­me­rie, mon­trait que seule­ment 17 % d’entre eux avait fait consen­sus sur cer­tains types d’odeurs. Au­tre­ment dit, 83 % de ces étu­diants n’avaient pas iden­ti­fié les odeurs que ce pe­tit groupe, lui, avait par­fai­te­ment re­con­nues. Une autre ex­pé­rience me­née par le pro­fes­seur Lin­da Bar­to­shuk de l’Uni­ver­si­té de Yale, aux États-Unis, ar­rive à peu près aux mêmes conclu­sions. Seule­ment le quart d’un groupe d’in­di­vi­dus a pu iden­ti­fier très fa­ci­le­ment l’arôme poi­vré que l’on trouve no­tam­ment dans la sy­rah et qui est dû à un ses­qui­ter­pène au­quel on a don­né le nom de « ro­tun­done ». À l’in­verse, pour un autre quart, cette odeur n’exis­tait tout sim­ple­ment pas. Les deux autres quarts sen­taient plus ou moins l’odeur, tout dé­pen­dant des doses de ro­tun­done aux­quelles les in­di­vi­dus avaient été ex­po­sés. Bref, pas fa­cile de faire l’una­ni­mi­té quand on parle d’un vin.

AL­COOL ET « BRETT »

Per­son­nel­le­ment, j’ai beau­coup de dif­fi­cul­tés avec l’al­cool, mon pa­lais y étant à l’évi­dence très sen­sible; de sorte qu’un vin qui sem­ble­ra équi­li­bré pour quel­qu’un me pa­rai­tra à moi « al­coo­leux ». Même chose pour ce qu’on ap­pelle com­mu­né­ment la « brett », ce type d’odeurs ani­males qui va de la selle de che­val hu­mide à l’étable, en pas­sant par le band-aid et la sueur, et qui est ap­por­té par les « bret­ta­no­myces », ces le­vures qui vivent à l’état na­tu­rel dans le vi­gnoble et qui, au mo­ment des vi­ni­fi­ca­tions, si on ne prend pas les pré­cau­tions qu’il faut, peuvent ve­nir com­plé­ter la trans­for­ma­tion du sucre en al­cool de la cuve et la conta­mi­ner du coup par ce type d’odeurs. Dans ce der­nier cas, pour com­pli­quer la chose, non seule­ment cer­tains n’y sont peu ou pas sen­sibles, mais d’autres au contraire l’ap­pré­cient, tan­dis que d’autres s’en ac­com­modent très bien à pe­tites doses. Pour moi, la grande ma­jo­ri­té des vins chi­liens en contiennent, d’où la dif­fi­cul­té que j’ai à les ap­pré­cier. J’ajoute tout de suite qu’il y a une dou­zaine d’an­nées, à quelques ex­cep­tions près dans mon sou­ve­nir, les vins chi­liens ne souf­fraient pas, com­ment dire, de cette « tare aro­ma­tique ». Mais il n’y en a pas qu’au Chili de ces vins. On en trouve aus­si dans le Lan­gue­doc-Rous­sillon, en Es­pagne, en Italie, en Aus­tra­lie, un peu par­tout en somme où le taux d’al­cool po­ten­tiel est éle­vé dans la cuve. Tout ce­la pour dire, en­core une fois, qu’en ma­tière de vin comme en toute chose, il faut fré­quen­ter les cri­tiques avec les­quels on par­tage un cer­tain consen­sus d’éva­lua­tion. Comme ça, on risque moins d’être dé­çu par ses re­com­man­da­tions.

NOU­VEL AR­RI­VAGE

Les vins de la se­conde vague du Nou­vel Ar

ri­vage du ma­ga­zine Cel­lier de l’au­tomne ont été mis en vente jeu­di. Comme la pre­mière fois, un cer­tain nombre de beau­jo­lais (six) en fai­sait par­tie. Vous trou­ve­rez plus bas mes deux choix. J’ai aus­si mis comme Vin Plai­sir de la se­maine un des vins de Cel­lier. Par ailleurs, dans ce même ar­ri­vage, je ne peux m’em­pê­cher de dire que les prix de­man­dés pour le Don Mel­chor, le vin haut de gamme de la mai­son chi­lienne Con­cha Y

To­ro, sont ri­di­cu­le­ment éle­vés. Les mil­lé­simes 2004, 2005 1995 et 1997 coûtent res­pec­ti­ve­ment 74 $, 79,75 $ et 89,75 $. Mais il est vrai que le Wine Spec­ta­tor et Ro

bert Par­ker les avaient en­cen­sés lors de leur sor­tie. Grand bien leur fasse.

BEAU­JO­LAIS

Saint-Amour 2009, Mai­son Coquard (19,45 $) : un jo­li beau­jo­lais, bien pro­por­tion­né, as­sez bien dé­taillé, frais et sym­pa­thique.

La Voûte Saint-Vincent 2009, Mor­gon, Louis Claude Des­vignes (19,45 $) : à mon sens, le meilleur beau­jo­lais de cette deuxième va­gu; le nez, flo­ral, n’est pas sans mon­trer une pa­ren­té aro­ma­tique avec le pi­not noir; en bouche il est lé­ger, gou­leyant, franc et di­geste. On en re­de­mande.

AUTRES VINS

Voi­ci d’autres vins goû­tés ré­cem­ment :

Les Fu­mées Blanches 2009, Sau­vi­gnon Blanc, Vin de pays du Com­té To­lo­san, François Lur­ton (13,85 $) : un sau­vi­gnon na­ture avec de belles notes de pam­ple­mousse, im­pec­cable comme tou­jours.

Pi­not Noir Ma­rion’s Vi­neyard 2008, Wai­ra­ra­pa, Schu­bert Wines (32,75 $) : un bon pi­not noir char­nu, aux courbes sen­suelles, mais avec aus­si de la struc­ture. Dif­fi­cile de ne pas ai­mer.

ER­RA­TUM

La se­maine der­nière, j’ai don­né le mau­vais code, le mau­vais millésime et le mau­vais prix pour le Châ­teau­neuf-du-Pape Haute

Pierre De­las. Je sais, ça fait beau­coup mais, comme di­rait l’autre, quant à se trom­per, aus­si bien ne pas y al­ler de main morte avec le dos de la cuiller. Heu­reu­se­ment, mon com­men­taire et ma note étaient cor­rects. Voi­ci ce qu’il au­rait fal­lu lire : Châ­teau­neuf-du-Pape Haute-Pierre 2007, De­las 47,25 $, code 11194269 ***1/2 $$$$

Claude Langlois clan­glois@jour­nalmtl.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.