JO­SEPH AR­THUR PAR­TAGE LES PRO­JEC­TEURS

Pour la pre­mière fois de sa car­rière, Jo­seph Ar­thur n’oc­cupe pas seul le de­vant de la scène au sein de Fist­ful of Mer­cy, le su­per groupe qu’il vient de for­mer avec Ben Har­per et Dha­ni Har­ris­son, et il ap­pré­cie par­ta­ger les pro­jec­teurs.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Québec

Ac­tif de­puis le mi­lieu des an­nées 90, que ce soit en so­lo ou avec les Lo­ne­ly As­tro­nauts, le pro­li­fique au­teur, com­po­si­teur et in­ter­prète a créé une dou­zaine d’al­bums avant de joindre les rangs de Fist­ful of Mer­cy, au dé­but de 2010.

« C’est su­per d’être une par­tie d’un groupe. Ça ne m’était ja­mais ar­ri­vé. Je vou­lais que les Lo­ne­ly As­tro­nauts soient un groupe, mais je me suis quand même re­trou­vé à la barre. Et quand tu tiens le gou­ver­nail, il y a beau­coup de pres­sion, no­tam­ment fi­nan­cière. Avec Fist­ful of Mer­cy, c’est dif­fé­rent et c’est plai­sant. »

C’est une ren­contre entre Har­per et Ar­thur à Los An­geles qui est à l’ori­gine de ce pro­jet, dont l’abou­tis­se­ment est l’al­bum As I Call You Down, lan­cé le 5 oc­tobre. « Je lui ai pro­po­sé de ve­nir en stu­dio pour en­re­gis­trer une chan­son ou deux. Il était in­té­res­sé et m’a de­man­dé si je connais­sais Dha­ni Har­ris­son (le fils de George), ce qui n’était pas le cas. Il lui a fait la pro­po­si­tion, nous nous sommes re­trou­vés en stu­dio pen­dant trois jours pour ten­ter d’en­re­gis­trer un al­bum et voi­là le ré­sul­tat. »

As I Call You Down re­groupe neuf com­po­si­tions de genre acous­tique, au style dé­pouillé et mi­sant sur les har­mo­nies. Em­bal­lé par le ré­sul­tat, Jo­seph Ar­thur ne di­rait pas non à une suite à ce pro­jet.

« Le bon Dieu rit quand on fait des plans, mais Fist­ful of Mer­cy pour­rait bien avoir un ave­nir. Tout dé­pen­dra de la ré­ac­tion du pu­blic. Mais je se­rais par­tant. »

LE RE­TOUR DE LA PEIN­TURE

Le groupe par­ti­ra même sur la route, en no­vem- bre et en dé­cembre, pour pré­sen­ter une sé­rie de concerts aux États-Unis et en Eu­rope. Mais avant, Jo­seph Ar­thur li­vre­ra quelques spec­tacles en so­lo, dont deux chez nous, à La­val et à Québec.

Pour l’oc­ca­sion, l’ar­tiste mul­ti­dis­ci­pli­naire re­noue­ra avec une vieille cou­tume alors qu’il pro­dui­ra une pein­ture en di­rect, du­rant son spec­tacle. L’Amé­ri­cain avait lais­sé tom­ber, il y a quelques an­nées, cet as­pect de sa per­for­mance qui avait fait sa re­nom­mée sur scène, du­rant la pre­mière por­tion de sa car­rière.

« J’ai ar­rê­té quand j’ai sen­ti que ça de­ve­nait for­cé. J’ai alors mis sur pied mon groupe. Je crois qu’il faut tou­jours chan­ger la re­cette pour que les choses de­meurent ex­ci­tantes. »

« Puis, pour­suit-il, mon gé­rant ou je ne sais plus trop qui m’a dit que je de­vrais re­com­men­cer à peindre sur scène. Ça m’a ef­frayé et j’ai ré­pon­du que je ne vou­lais plus le faire. Mais quand j’ai réa­li­sé que ça m’ef­frayait, je me suis dit que ça se­rait une bonne idée. C’est bon d’avoir peur. Ça si­gni­fie qu’on est mis au dé­fi et quand on est dé­fié, on est prêt à in­ven­ter. »

TOU­JOURS EN TRAIN DE CRÉER

In­ca­pable de s’ar­rê­ter de créer, Jo­seph Ar­thur a dans ses boîtes un al­bum presque prêt, un pro­jet pa­ral­lèle qui ver­ra le jour ou pas, se­lon l’hu­meur du mo­ment.

« C’est un al­bum de spo­ken word, avec de la mu­sique ex­pé­ri­men­tale et même un peu de rap. Mais le truc, quand on crée quelque chose, c’est que lors­qu’on ar­rive à la fin, on manque d’éner­gie pour lui don­ner une forme et on aban­donne le pro­jet », dit Ar­thur, qui avoue avoir de la dif­fi­cul­té à mettre de l’ordre dans ses idées. « Je com­pose tou­jours, mais ça cause le pro­blème in­verse. J’aime tout et j’au­rais be­soin de quel­qu’un pour m’ai­der à faire le tri. Je pour­rais lan­cer un al­bum de­main ma­tin, j’ai as­sez de ma­té­riel. Je dois juste dé­mê­ler ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. » Jo­seph Ar­thur est en spec­tacle le 21 oc­tobre, à la Mai­son des arts de La­val, et le 22 oc­tobre, au Théâtre du Pe­tit-Cham­plain, à Québec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.