SUR­VIVRE àl’en­fance

Il s’ap­pelle Tom­my (Robert Nay­lor) et il a 10 ans et de­mi. Après un pas­sage dans plu­sieurs fa­milles d’ac­cueil, il se re­trouve dans un centre pour jeunes « dif­fi­ciles ». Et il y ren­contre Gilles (Claude Legault), un édu­ca­teur qui lui of­fri­ra une planche de

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isabelle Hontebeyrie

Do­té d’un bud­get de 3,8 mil­lions de dol­lars, le long mé­trage a été tour­né en 28 jours au prin­temps 2009. Après Les sept

jours du ta­lion, Da­niel Grou (Podz) aborde dans 10 ½ , un autre su­jet dur : la mal­trai­tance des en­fants. L’his­toire du jeune Tom­my lui a été pro­po­sée par Claude La­londe, co­au­teur bien connu des 3 p’tits co­chons.

Ce qui a im­mé­dia­te­ment sé­duit le ci­néaste dans 10 ½ est le manque to­tal de ju­ge­ment por­té sur les pro­ta­go­nistes. Pas ques­tion de lan­cer la pierre aux pa­rents de l’en­fant in­ca­pables de s’oc­cu­per de leur fils. Im­pos­sible éga­le­ment de stig­ma­ti­ser Tom­my et d’en faire un monstre. Pas plus qu’il n’est sou­hai­table de blâmer le sys­tème, qui ne dis­pose vi­si­ble­ment pas d’as­sez de moyens pour pré­ve­nir ce genre de si­tua­tion. L’in­té­rêt de l’his­toire, pour Da­niel Grou, est l’as­pect de « chro­nique de la vie du centre ». De plus, d’un point de vue psy­cho­lo­gique et émo­tif, il sou­ligne avoir « trou­vé que ce­la res­sem­blait à un po­lar. Je n’avais ja­mais ren­con­tré quel­qu’un comme Tom­my et [j’ai tout de suite été in­té­res­sé par] ces en­fants qui ne peuvent s’ex­pri­mer au­tre­ment que par la vio­lence. »

UN POR­TRAIT DE SO­CIÉ­TÉ

Claude La­londe a été in­ter­ve­nant en psy­chia­trie et en dé­lin­quance et 10 ½ est ti­ré de son ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle. Afin de se plon­ger dans ce mi­lieu qu’il ne connais­sait pas, Da­niel Grou a pas­sé une jour­née dans un centre jeu­nesse. Il en est res­sor­ti avec une com­pré­hen­sion vis­cé­rale du per­son­nage prin­ci­pal : « C’est quand j’ai vu la gueule des en­fants du centre que j’ai tout de suite com­pris qui était Tom­my. C’est une ex­pé­rience as­sez in­ou­bliable. » Le ci­néaste a aus­si pu par­ler à des édu­ca­teurs et en a ti­ré une for­mi­dable ex­pé­rience de vie. « On trouve de tout. Des gens qui veulent sau­ver le monde et d’autres qui sont dé­cou­ra­gés. J’ai ren­con­tré une édu­ca­trice qui avait pas­sé sa vie dans des centres et qui a dé­ci­dé d’ai­der les en­fants comme elle », ra­conte-t-il.

UNE LU­MIÈRE

De son jeune ac­teur prin­ci­pal, le réa­li­sa­teur in­dique qu’il l’a trou­vé au cours d’un pro­ces­sus d’au­di­tion nor­mal. « On a vu 25 en­fants et Robert [Nay­lor] s’est im­po­sé tout de suite. » Les séances de cas­ting se sont dé­rou­lées avec Claude Legault, pres­sen­ti im­mé­dia­te­ment pour le rôle, Podz vou­lant s’as­su­rer de la chi­mie et de la com­pli­ci­té entre les deux pi­liers de 10 ½ .

Mal­gré la noir­ceur du pro­pos, Da­niel Grou ne veut pas tom­ber dans l’abat­te­ment. « Tom­my s’en sor­ti­ra peut-être, avec de l’amour et de l’at­ten­tion. J’ai beau­coup d’es­poir pour l’être hu­main – ça ne pa­raît peut-être pas dans mes films –, mais je constate aus­si qu’il n’y a pas beau­coup d’es­poir. »

QUÊTE DE VÉ­RI­TÉ

Iro­nique de voir qu’un film ra­con­tant l’his­toire d’un en­fant de 10 ans et de­mi est ré­ser­vé aux 16 ans et plus. Le ci­néaste n’a ja­mais eu, pen­dant le tour­nage, d’in­ter­ro­ga­tions ni de craintes à mon­trer la réa­li­té de la vie de Tom­my dans toute sa bru­ta­li­té. Les cris de l’en­fant sont om­ni­pré­sents, de même que les sacres, et on trouve aus­si une sé­quence d’une cru­di­té sexuelle qui ne pas­se­ra pas in­aper­çue. Quand on lui de­mande s’il n’a pas eu peur de cho­quer, Podz ré­pond avec na­tu­rel : « Non, ce n’est pas le genre de ques­tion que je me pose. Peut-être plus au montage... mais non, je suis juste en train de cher­cher la vé­ri­té de ce que je suis en train de dé­peindre. » Le ci­néaste as­sène : « [Tom­my] est lais­sé à lui-même, il ne vit pas comme les autres en­fants. »

La car­rière de 10 ½ risque de ne pas s’ar­rê­ter au Québec. Fort du suc­cès de Les sept

jours du ta­lion, pré­sen­té au Fes­ti­val de Sun­dance en jan­vier der­nier, Da­niel Grou es­père que son deuxième long mé­trage fran­chi­ra les fron­tières : « On va es­sayer de le vendre à d’autres pays et de trou­ver des dis­tri­bu­teurs ailleurs. » Et il men­tionne que plu­sieurs fes­ti­vals ont ac­cep­té de le pré­sen­ter, même s’il ne peut pas les dé­voi­ler pour l’ins­tant.

10 ½ se­ra à l’af­fiche dès le 29 oc­tobre par­tout au Québec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.