RAPT

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Alors qu’il s’ap­prête à ac­com­pa­gner le pré­sident fran­çais pour une mis­sion com­mer­ciale en Chine, Stanislas Graff, puis­sant chef d’en­tre­prise, est kid­nap­pé puis sé­ques­tré dans un ma­noir aban­don­né. Aus­si­tôt, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de sa com­pa­gnie, qui a re­çu des ra­vis­seurs le doigt am­pu­té de Graff, place à sa tête An­dré Pey­rac, conseiller de ce der­nier. De son cô­té, le com­mis­saire Pao­li su­bit les pres­sions de la classe po­li­tique et de l’avo­cat per­son­nel de l’otage afin de faire avan­cer l’af­faire. Dans la tour­mente, la vie pri­vée de Graff, ses in­fi­dé­li­tés conju­gales, sa pas­sion in­con­trô­lée pour le jeu, sont éta­lées sur la place pu­blique, au grand désar­roi de son épouse Fran­çoise, impuissante à réunir les 50 mil­lions d’eu­ros exi­gés par les ra­vis­seurs. Les se­maines passent et l’étau se res­serre sur Graff.

CE QU’ON EN PENSE

Après avoir bros­sé un por­trait in­ci­sif du mi­lieu ou­vrier dans La rai­son du

plus faible, le Belge Lu­cas Bel­vaux vi­site cette fois la classe di­ri­geante, son pôle op­po­sé, tou­jours sur le mode du thril­ler. Bien qu’in­tri­gant et ponc­tué de bonnes mon­tées de ten­sion, cette oeuvre moins fine, ins­pi­rée d’une his­toire vraie, pro­pose une ga­le­rie mon­daine sou­vent proche du cli­ché. Le scé­na­rio ef­fi­cace obéit sans trop d’in­ven­tion, mais sans mal­adresse non plus, aux conven­tions du genre, avant d’op­ter pour un dé­noue­ment en queue de pois­son dont l’au­dace est en contra­dic­tion avec ce qui a pré­cé­dé. Bel­vaux filme ce­pen­dant le tout avec un flair cer­tain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.