Bou­le­ver­se­ments pré­vic­to­riens

Met­tant de cô­té le ro­man­tisme de la sé­rie Coeur de Gaël, la ro­man­cière qué­bé­coise So­nia Mar­men s’est pen­chée sur la pé­riode pré­vic­to­rienne pour mettre au monde sa nou­velle sé­rie à suc­cès, La fille du pas­teur Cul­len.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Marie-France Bor­nais Le Jour­nal de Québec

Les deux pre­miers tomes de la sé­rie, dé­jà ven­dus à 70 000 exem­plaires, té­moignent de son af­fec­tion pour l’his­toire, pour le monde mé­di­cal et pour les dé­buts du mou­ve­ment fé­mi­niste. Le prix de la vé­ri­té, troi­sième tome de la sé­rie, dé­peint une so­cié­té en pleine ré­vo­lu­tion où la li­ber­té — per­son­nelle et col­lec­tive — de­vient un im­por­tant en­jeu de so­cié­té.

Au tra­vers des re­cherches dé­jà faites pour écrire la sé­rie Coeur de Gaël, qui s’est ven­due à plus de 550 000 exem­plaires dans le monde, So­nia Mar­men s’est par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sée au mi­lieu mé­di­cal.

« J’ai dé­cou­vert par ha­sard l’exis­tence des ré­sur­rec­tion­nistes, ces gens qui al­laient dé­ter­rer les ca­davres dans les ci­me­tières pour les vendre aux chi­rur­giens, pour l’avan­ce­ment de la science. Je me suis pro­cu­ré de la lit­té­ra­ture pour es­sayer de com­prendre mieux ce mi­lieu et ce qui se fai­sait à l’époque. J’ai lu des bio­gra­phies d’ana­to­mistes de l’époque et ça m’a conduite au per­son­nage de Fran­cis Se­ton, un chi­rur­gien. J’ai vou­lu dé­crire le monde dans le­quel il évo­luait. Évi­dem­ment, ça pre­nait une in­trigue et tout le reste pour en faire un ro­man... De là est ve­nue La fille du pas­teur Cul­len. »

Cette sé­rie a été ex­trê­me­ment exi­geante du point de vue de la re­cherche his­to­rique. So­nia Mar­men a dû com­man­der des livres en Grande-Bretagne et les lire avec un dic­tion­naire à por­tée de main, même si elle est bi­lingue. Elle a consa­cré un an et de­mi à la re­cherche sur les bou­le­ver­se­ments qui ont mar­qué le XIXe siècle avant d’écrire le pre­mier tome de la sé­rie.

ÉCOSSE ET JA­MAÏQUE

Comme l’ac­tion fait voya­ger le lec­teur de l’Écosse à la Ja­maïque, elle s’est ins­pi­rée de do­cu­ments dé­cri­vant l’his­toire de la plan­ta­tion de Mont­pel­lier, de livres et de gra­vures qui dé­crivent la Ja­maïque au XIXe siècle, la so­cié­té es­cla­va­giste et la ré­bel­lion de 1831.

Une fois le cadre his­to­rique bien cer­né, il lui a fal­lu don­ner vie à ses per­son­nages. « C’est comme écrire deux ré­cits pa­ral­lèles : le ré­cit his­to­rique et le ré­cit hu­main des per­son­nages. Pour ça, je me suis fiée aux au­teurs du XIXe siècle que j’ai lus pour avoir une vi­sion comme celle des gens de l’époque. La na­ture hu­maine change se­lon le contexte, mais elle reste la même à la base. Je pour­rais sans trop me trom­per dire que ce que les gens vi­vaient à l’époque, ça res­semble beau­coup à ce que les gens vivent au­jourd’hui. »

LES DÉ­BUTS DU FÉ­MI­NISME

So­nia Mar­men a été par­ti­cu­liè­re­ment in­ter­pe­lée par les pre­miers bal­bu­tie­ments du fé­mi­nisme et elle aborde des su­jets dé­li­cats comme les liai­sons illé­gi­times, les gros­sesses non dé­si­rées, le viol conju­gal et la dé­pres­sion dans son ro­man.

« Les mou­ve­ments fé­mi­nistes tels qu’on les connaît au­jourd’hui ont vrai­ment dé­mar­ré à la fin du XIXe siècle. Mon his­toire se trouve au dé­but du XIXe siècle et, gé­né­ra­le­ment, les femmes se pliaient avec com­plai­sance à ce qu’on leur of­frait comme place dans la so­cié­té. Mon per­son­nage de Da­na, par exemple, est une femme in­tel­li­gente, mais elle se pliait à ce que la so­cié­té de­man­dait d’elle. Elle em­ployait des moyens plus sub­tils pour es­sayer de contour­ner comme elle le pou­vait le rôle qu’on lui pro­po­sait. »

Char­lotte, la fille aî­née du Dr Se­ton et de Da­na Cul­len, la fille d’un pas­teur pres­by­té­rien, offre tout un contraste. « C’est celle qui va vrai­ment te­nir son flam­beau et al­ler au front pour le droit des femmes, à sa fa­çon en­core, dans le res­pect de l’époque dans la­quelle elle vit. »

Dans le troi­sième tome de la sé­rie – Le prix de la vé­ri­té – le rythme s’ac­cé­lère et toutes les in­trigues qui avaient com­men­cé à se dé­ve­lop­per dans le deuxième tome com­mencent à conver­ger vers un point fi­nal. « Le troi­sième tome est un re­tour aux sources : on re­vient à Edim­bourg et à Wee­ping Willow, le do­maine fa­mi­lial des Se­ton », ré­sume l’au­teure, qui a dé­jà com­men­cé l’écri­ture du qua­trième tome. La ro­man­cière de So­rel-Tra­cy se­ra pré­sente au Sa­lon du livre de Mon­tréal, puis re­tour­ne­ra dans sa bulle pour écrire le qua­trième tome de la sé­rie La fille du pas­teur Cul­len. Ses fans de par­tout dans le monde pour­ront tou­te­fois avoir de ses nou­velles par Fa­ce­book.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.