LA FORCE des mots

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND MUSIQUE - Mi­chelle Coudé-Lord Le Jour­nal de Mon­tréal

MON­TRÉAL | Chaque mot compte, chaque syl­labe nous fait chan­ter, Robert Char­le­bois se ra­conte comme ja­mais dans cet al­bum, sû­re­ment l’un des plus in­ti­mistes.

«La chan­son Sa­tis­fac­tion, c’est moi avec mon père. Je n’ai ja­mais écrit une chan­son aus­si per­son­nelle, je crois. » En voi­ci un aper­çu. « Quand j’étais pe­tit, j’rê­vais d’un ca­mion rouge, j’ai eu une au­to bleue, mon pre­mier coup d’blues.

Un soir d’été, mon père m’a fait mon­ter sur mes épaules, au ciel, plus haut que les étoiles. C’était mon pre­mier feu d’ar­ti­fice, la veille de la St-Jean-Baptiste. J’avais les yeux grands, j’me di­sais : “Ma­man, pour­vu que ja­mais que ça fi­nisse…” Le sa­me­di soir, on al­lait au Fo­rum, en­tou­ré de gros bons­hommes qui bu­vaient d’la Mol­son. J’ai­mais le bruit des pa­tins qui fi­laient sur la glace et sur­tout quand, der­rière le fi­let, la pe­tite lu­mière rouge s’al­lu­mait. »

TEXTES RICHES

Tout l’al­bum est rem­pli de textes riches et de pa­roles qui nous des­sinent des tonnes de belles images.

«Ces chan­sons, ce sont des mo­ments d’émo­tion qui au­jourd’hui ne m’ap­par­tiennent plus. Ils ap­par­tiennent main­te­nant à ceux qui les écoutent; tan­tôt ils ri­ront, tan­tôt ils pleu­re­ront peut-être. C’est ce­la qui est beau dans la créa­tion », af­firme l’au­teur-com­po­si­teur.

Robert Char­le­bois parle beau­coup de son équipe: Da­niel La­coste, son col­la­bo­ra­teur à la réa­li­sa­tion, Vincent Ré­hel et Martin Roy et tous ses mu­si­ciens. Ne sous-es­ti­mez pas les cordes sur cet al­bum. François Pi­lon au vio­lon, Mé­la­nie Bé­lair, Marie-Claire Cou­si­neau, Martin Ga­gné, Pascale Ga­gnon, So­fia Gen­ti­lé, Shei­la Han­ni­gan, François Val­lières...

Il croit que cet al­bum offre de belles chan­sons pour les ra­dios.

« Viens t’en coun­try, 7 heures du soir... y’en a beau­coup qu’ils peuvent choi­sir, mais y’a tel­le­ment de disques qui sortent, ça pas de bon sens. C’est comme les ro­mans, moi, j’en lis 30 par an­née, et y’en sort au moins 700, je crois », lance Robert Char­le­bois.

Il se dit pri­vi­lé­gié par rap­port à d’autres col­lègues. Oui, il a la li­ber­té fi­nan­cière, mais il est triste pour ces lois qui ne viennent pas pro­té­ger le tra­vail des au­teurs-com­po­si­teurs.

« Tout ce co­piage sur In­ter­net... on va tuer ce mé­tier », es­time Robert Char­le­bois. Il ai­me­rait vivre jus­qu’à la fin des temps. «J’ai­me­rais que le pa­ra­dis soit sur terre. Ma pla­nète, plus je l’ha­bite, plus je l’aime. Mon Québec, plus je l’ha­bite, plus je l’aime», lance-t-il, sur un ton convain­cu, avec son air d’ado heu­reux.

Bien, Robert Char­le­bois? Et com­ment! Pas éton­nant que son al­bum parle d’amour.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.