TOU­RISME FRAN­ÇAIS

pour scé­na­ristes amé­ri­cains

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND CINÉMA - Romain Ray­nal­dy Agence France-Presse

LOS AN­GELES | «Ex­pé­rience unique», «émo­tion his­to­rique»,«ins­pi­ra­tion nou­velle»... La France a in­vi­té dix scé­na­ristes amé­ri­cains à par­cou­rir la Lor­raine et les Pays de Loire, pour sti­mu­ler leur ima­gi­na­tion et fa­vo­ri­ser la nais­sance d’his­toires «made in France» à Hol­ly­wood.

C’est la troi­sième an­née consé­cu­tive que le con­su­lat de France à Los An­geles et Film France, l’or­ga­nisme char­gé de pro­mou­voir les tour­nages et les post-pro­duc­tions de films en France, mènent ce pro­jet ori­gi­nal mi­sant sur les scé­na­ristes pour at­ti­rer les pro­duc­tions hol­ly­woo­diennes en France.

« Au dé­but, j’étais sur­pris d’être in­vi­té, car les scé­na­ristes n’ont pas leur mot à dire sur les lieux de tour­nage, gé­né­ra­le­ment choi­sis par le pro­duc­teur. Mais après, j’ai réa­li­sé que c’était une idée brillante, car nous sommes les pre­miers à don­ner vie à un pro­jet », a no­té à son re­tour à Los An­geles, John Bran­ca­to, scé­na­riste de Ter­mi­na­tor 3 et Clones.

Dans la ba­taille à fleu­rets mou­che­tés que se livrent les pays eu­ro­péens pour at­ti­rer les dol­lars d’Hol­ly­wood, la France a dé­jà mar­qué des points en pro­po­sant un cré­dit d’im­pôt in­ter­na­tio­nal, qui a no­tam­ment convain­cu la War­ner de tour­ner en France plu­sieurs scènes d’Ori­gine de Ch­ris­to­pher No­lan, ou d’Au-de­là, le der­nier film de Clint East­wood.

Mais en in­vi­tant des scé­na­ristes à ar­pen­ter les ré­gions fran­çaises, Film France es­saie d’at­ti­rer Hol­ly­wood par son vo­let créa­tif.

« Vous sa­vez, quand on écrit, on a tou­jours ten­dance à re­ve­nir à ce qu’on connaît », dé­clare à l’AFP Josh Olson, au­teur du for­mi­dable scé­na­rio de A His­to­ry of vio­lence de Da­vid Cro­nen­berg.

« Avant de par­tir pour la France, je tra­vaillais sur un pro­jet où les per­son­nages s’échap­paient pour les va­cances dans les Hamp­tons, près de New York. Mais main­te­nant que je suis al­lé en France, je me dis qu’ils pour­raient plu­tôt al­ler faire un tour là-bas... », dit-il.

Ka­the­rine Fu­gate, qui a si­gné plu­sieurs co­mé­dies ro­man­tiques, dont le ré­cent Va­len­tine’s day de Gar­ry Mar­shall, re­ven­dique elle aus­si l’im­por­tance de l’ex­pé­rience vé­cue dans le pro­ces­sus créa­tif.

« Per­son­nel­le­ment, je n’ai ja­mais rien écrit que je n’aie ex­pé­ri­men­té au­pa­ra­vant , car je dois me sen­tir connec­tée émo­tion­nel­le­ment à ce que j’écris », sou­ligne-t-elle à l’AFP. « Les scé­na­ristes et les créa­teurs en gé­né­ral vivent dans un monde pa­ral­lèle qu’ils doivent ali­men­ter en per­ma­nence. »

En une se­maine, les dix au­teurs ont mul­ti­plié les vi­sites, de la ligne Ma­gi­not à un sur­vol de Metz en mont­gol­fière, en pas­sant par des vi­sites de châ­teaux, une halte aux chan­tiers de Saint-Na­zaire, une jour­née de ven­danges ou la vi­site d’un Mu­sée Jules Verne.

Stuart Beat­tie, scé­na­riste de Col­la­té­ral, Pi­rates des Ca­raïbes, GI Joe, Le ré­veil du co­bra ou Aus­tra­lia, a été frap­pé par « la pré­sence de l’his­toire, de toutes ces vies qui se sont suc­cé­dé pen­dant des siècles. Je n’avais ja­mais res­sen­ti ce­la au­pa­ra­vant », as­sure-t-il.

Les châ­teaux fran­çais, un nou­vel at­trait pour les scé­na­ristes amé­ri­cains en mal de beaux pay­sages?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.