Voya­geé­pi­queau­pays­du­tis­su

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND CINÉMA - Steve Tilley

Ma­rio? Ma­rio qui? Le joyeux plom­bier et sa dul­ci­née en pé­ril, Prin­cess Peach, sont évi­dem­ment les ve­dettes de tout jeu où ils ap­pa­raissent. Nin­ten­do dis­pose tou­te­fois d’une sé­lec­tion im­por­tante de per­son­nages se­con­daires qui, par­fois, oc­cupent l’avant-scène d’un titre pro­mis au suc­cès.

Kir­by’s Epic Yarn met jus­te­ment de l’avant une fi­gure fa­mi­lière aux in­con­di­tion­nels de Nin­ten­do, bien que ce soit un des membres les plus étranges de la fa­mille, un per­son­nage de laine rose ap­pe­lé Kir­by.

Epic Yarn est un jeu tra­di­tion­nel de style plate-forme dans le­quel le joueur guide son per­son­nage à tra­vers un mon- de par­se­mé d’obs­tacles, d’en­ne­mis et d’autres dan­gers dé­fi­lant à l’ho­ri­zon­tale, tout en pre­nant soin d’amas­ser des tré­sors et des ca­deaux sur son pas­sage. Ce qui dis­tingue ce jeu des autres du genre est son al­lure gé­né­rale, puisque tout ce qui s’y trouve, in­cluant Kir­by lui-même, semble être fait de laine, de feutre ou d’un autre ma­té­riau tex­tile.

MONDE TEX­TILE

Voi­ci la pré­misse de l’his­toire : après avoir man­gé une to­mate ma­gique, Kir­by s’est fait as­pi­rer dans une chaus­sette por­tée par un mé­chant sor­cier et trans­por­ter dans un monde en­tiè­re­ment fait de tis­su.

En d’autres mots, un scé­na­rio de rou­tine pour la fié­vreuse ma­chine oni­rique de Nin­ten­do. Dans les jeux du fa­bri­cant ja­po­nais, les scé­na­rios com­pré­hen­sibles sont aus­si rares que ne l’est la pré­sence de sexe et de sang. Qu’à ce­la ne tienne, puisque Kir­by’s

Epic Yarn dé­borde d’amu­se­ment. Aus­si, il ne faut pas se lais­ser dé­cou­ra­ger par une pré­sen­ta­tion de style BD ju­vé­nile ou par sa nar­ra­tion fa­çon livre pour en­fants.

Si le jeu exer­ce­ra un at­trait cer­tain au­près de la jeune clien­tèle, il pré­sente éga­le­ment des dé­fis in­té­res­sants aux joueurs sé­rieux.

LES MÉ­TA­MOR­PHOSES DE KIR­BY

Au cours de la tra­ver­sée de Kir­by et de son nou­vel ami, le prince Fluff, de nou­velles va­ria­tions sont cons­tam­ment in­tro­duites, sou­vent en rap­port aux pou­voirs de trans­for­ma­tion de Kir­by. La pe­tite boule rose peut en ef­fet adop­ter di­verses formes : voi­ture, char d’as­saut, sou­coupe vo­lante, fo­reuse ou dau­phin, pour ne ci­ter qu’une poi­gnée de ses mé- ta­mor­phoses pos­sibles. Pour la plu­part, ces trans­for­ma­tions sont liées à des en­droits par­ti­cu­liers, mais elles in­jectent un flot conti­nu de nou­veaux styles de jeu à un en­vi­ron­ne­ment fa­mi­lier.

Kir­by’s Epic Yarn ne pro­pose pas d’in­no­va­tions qui fe­ront époque, mais sa jo­lie pré­sen­ta­tion com­bi­née à des dé­fis in­té­res­sants pour les joueurs ex­pé­ri­men­tés, son so­lide mode coop à deux joueurs et une concep­tion de ni­veaux par­fai­te­ment au point en font l’un des prin­ci­paux jeux à dé­fi­le­ment ho­ri­zon­tal de l’an­née. Mal­gré l’ab­sence de Ma­rio.

VER­DICT

Kir­by’s Epic Yarn n’a rien pour sa­tis­faire la li­bi­do, écar­quiller les yeux ou étan­cher la soif de des­truc­tion des joueurs, mais cette épo­pée tex­tile pro­met des heures de plai­sir va­rié et une por­tion géante de dé­fis à re­le­ver.

KIR­BY’S EPIC YARN

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.