LA FEMME AUX MUL­TIPLES TA­LENTS

Ac­trice, ani­ma­trice, res­tau­ra­trice... Chantal Fon­taine al­lie ses pas­sions. Son uni­vers est loin de ce­lui de la Ju­lie d’Avi­gnon qu’elle dé­fend dans Ya­mas­ka, à TVA, une femme au bout du rou­leau.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin Le Jour­nal de Québec

Dans le pro­chain épi­sode de la po­pu­laire sé­rie écrite par Anne Boyer et Mi­chel D’As­tous, William (Nor­mand D’Amour), le ma­ri de Ju­lie, re­vient de son voyage ré­flexion. « Ju­lie fonde plein d’es­poir sur ce re­tour. Elle sou­hai­te­rait re­prendre une vie plus nor­male avec William, mais sans tout dé­voi­ler, ce der­nier re­vient avec un es­prit de confron­ta­tion », ex­plique Chantal Fon­taine.

PAS FA­CILE

La vie n’a pas été fa­cile pour Ju­lie dans les der­niers mois. Outre sa rup­ture d’avec William, un de ses fils, Lambert (Adam Kosh), est mort, un autre, Fred (Ga­briel Maillé), vient de com­mettre un vol à l’éta­lage. « Fred est en mode re­proches face à sa mère », dit Chantal Fon­taine. Heu­reu­se­ment, les re­la­tions avec sa fille In­grid (Roxane Gau­dette-Loi­seau) sont au beau fixe. « Elles se res­semblent beau­coup fi­na­le­ment », note Chantal Fon­taine.

Se­lon l’ac­trice, même si sa Ju­lie est une femme forte, « ça com­mence à faire beau­coup ». « Elle ne voit rien de bon dans ce qu’elle fait. Aus­si, écar­tée du tra­vail par son beau-père Za­cha­ry (Mi­chel Du­mont), elle se re­trouve à la mai­son, avec les en­fants, si­tua­tion qu’elle n’a pas connue dans sa vie. Elle avait sur­tout été à l’ex­té­rieur de la mai­son jus­qu’à main­te­nant. C’était William qui était à la mai­son », dit-elle.

Heu­reu­se­ment, il y a de la lu­mière au bout du tun­nel et une chose est claire : sa re­la­tion avec Geof­froy (Pas­cal Dar­lius) est tou­te­fois chose du pas­sé. « Dans sa tête, c’est ré­glé. C’est fi­ni avec Geof­froy. Elle a as­sez payé pour ce mo­ment de fai­blesse. »

PAR-DES­SUS LE MAR­CHÉ

Chantal Fon­taine a ajou­té une nou­velle corde à son arc ces der­niers mois : l’ani­ma­tion de Par­des­sus le mar­ché, émis­sion qui fait la pro­mo­tion des pro­duits du Québec en même temps que celle des pro­duc­teurs et des trans­for­ma­teurs en agroa­li­men­taire. Si les émis­sions sont tour­nées, Chantal Fon­taine de­vrait être à la base d’un spé­cial Noël – Par des­sus le mar­ché. La ve­dette a ado­ré son ex­pé­rience. « Je suis une grande gour­mande et une cu­rieuse de bouffe. J’ai tou­jours ai­mé m’in­for­mer sur dif­fé­rents as­pects de l’alimentation. Ren­con­trer les pro­duc­teurs et les ma­raî­chers me plaît énor­mé­ment, dit celle qui aime aus­si le cô­té bio de l’aven­ture. Il faut es­sayer le plus pos­sible d’ache­ter près de chez nous pour évi­ter trop de tran­sports pour nos pro­duits. »

Il faut dire que Chantal Fon­taine, en com­pa­gnie de Guy A. Le­page et d’un autre as­so­cié, gère le res­tau­rant Ac­cords, dans le Vieux-Mon­tréal, éta­blis­se­ment qui se spé­cia­lise dans les ac­cords mets-vins.

ET VIR­GI­NIE

Pour com­plé­ter l’agen­da de celle qui vit en « ice » (ac­trice, ani­ma­trice, res­tau­ra­trice), Chantal Fon­taine re­vien­dra dans Vir­gi­nie, dans les deux der­niers épi­sodes du té­lé­ro­man de Fa­bienne La­rouche.

La co­mé­dienne af­firme qu’elle a ré­flé­chi avant d’ac­cep­ter l’in­vi­ta­tion. On se rap­pelle du froid qui s’était ins­tal­lé entre elle et Fa­bienne La­rouche lorsque la co­mé­dienne a quit­té la quo­ti­dienne. « C’était un pen­sez-y bien. Je n’étais pas sûre de bien com­prendre le move. Fi­na­le­ment, je me suis dit qu’il fal­lait bien faire les choses. J’ai pen­sé au pu­blic et c’est avec plai­sir que j’y se­rai. Je n’ai pas en­core re­çu les textes; je ne peux pas dire ce qu’on ré­serve au per­son­nage », dit-elle en ter­mi­nant.

CHANTAL FON­TAINE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.