NA­THA­LIE PAR­DONNE à son prince char­mant

Elle craque pour Charles. Na­tha­lie n’a ja­mais ca­ché son coup de coeur de­puis le dé­but de l’aven­ture Oc­cu­pa­tion double. Sa­vez-vous quoi : la can­di­date ori­gi­naire du Nou­veau-Bruns­wick qui ré­side à Québec et le pom­pier de Lé­vis font par­fois leur épi­ce­rie au

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin SERGE.DROUIN@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Tout est donc en place pour que leur re­la­tion conti­nue à se dé­ve­lop­per après Oc­cu­pa­tion double. Sauf que di­manche der­nier, Charles a été cruel en­vers Na­tha­lie, la rem­pla­çant au pied le­vé par Judith dans la mai­son de l’amour.

BLES­SÉE

La can­di­date s’ex­plique : « J’ai été bles­sée. Je ne la com­pre­nais pas (la si­tua­tion), dit la conseillère chi­rur­gi­cale. Ce qui m’a fait mal, c’est que, lorsque Pierre-Yves est ar­ri­vé et a cou­pé notre conver­sa­tion, Charles et moi nous par­lions de su­jets qui me tiennent à coeur, comme la fa­mille, la vie... Si nous avions par­lé de ba­na­li­tés, ce­la ne m’au­rait pas dé­ran­gée, mais notre conver­sa­tion était sé­rieuse et Charles a choi­si de me rem­pla­cer par Judith », note Na­tha­lie.

Mais l’eau a cou­lé sous les ponts de­puis – les fans l’ont vu lors de leur chaude nuit de mar­di – et Na­tha­lie a par­don­né à son prince char­mant. « Charles est tou­jours mon coup de coeur et je pense que c’est ré­ci­proque. Au point où nous en sommes dans l’aven­ture, je ne crois pas que ce­la chan­ge­ra », dit-elle.

LA VIE À OD

Quoi qu’il en soit, mal­gré les hauts et les bas des émo­tions, Na­tha­lie adore son aven­ture à Oc­cu­pa­tion double. « Il nous ar­rive tou­jours des sur­prises. C’est in­croyable comme aven­ture. J’adore ce contexte et je n’au­rais ja­mais cru vivre ça. »

Na­tha­lie n’a pas sui­vi toutes les sai­sons d’Oc­cu­pa­tion double. Tou­te­fois, elle a re­gar­dé l’édi­tion pré­cé­dente, celle où Marie-Ève et Guillaume ont ga­gné. « Ça fait quelques an­nées que je pense m’ins­crire à Oc­cu­pa­tion double. C’est le genre d’ex­pé­rience que tu fais avant de fon­der une fa­mille et d’avoir des en­fants. »

La can­di­date de 25 ans dit qu’à la longue, elle fi­nit par ou­blier les ca­mé­ras. « Au dé­part, je pen­sais être po­gnée à cause des ca­mé­ras, mais tu fi­nis par ne plus les voir. Je suis moi-même à 100 % à Oc­cu­pa­tion double. Quel­qu’un qui n’agi­rait qu’en fonc­tion des ca­mé­ras ne se­rait pas na­tu­rel. »

JUS­QU’À LA FIN

Na­tha­lie af­firme ne pas éta­blir de stra­té­gies avec Charles pour que le couple gagne l’aven­ture. « Il n’y a pas de stra­té­gie. On y va avec notre coeur. »

La jeune femme reste op­ti­miste. « Moi, je suis po­si­tive dans la vie. Je pense que j’ai de bonnes chances de me rendre loin, mais on ne sait ja­mais ce qui peut ar­ri­ver », ter­mine-t-elle, si­gna­lant que plus il y a de filles qui partent, plus il y a de la place et que ça rend la vie plus agréable dans la belle mai­son des filles de huit mil­lions.

Na­tha­lie ne change pas : son coup de coeur est Charles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.