JEFF MECKSTROTH

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Robert La­tu­lippe Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Je vous pré­sente cette se­maine une main jouée lors des der­niers championnats nord-amé­ri­cains par ce­lui que tous les ana­lystes consi­dèrent comme le meilleur joueur au monde : Jeff Meckstroth. Je vous rap­pelle que, lors des championnats du monde de l’an­née 2009 dis­pu­tés à Sao Pau­lo, lui et son par­te­naire Éric Rod­well ont joué les 320 mains de la ronde éli­mi­na­toire. Ce­la ne s’était ja­mais vu au­pa­ra­vant. Meckstroth est as­sis en Sud et Rod­well en Nord.

Don­neur : Nord. Nord-Sud vul­né­rables. Ouest en­tame l’as de coeur et conti­nue avec le 6 de la même cou­leur. Meckstroth coupe et avance le 7 de trèfle. Ouest gagne de l’as et en­chaîne avec le 2 de trèfle que Sud laisse fi­ler vers son va­let. Ar­rive alors le mo­ment cru­cial de la main.

En ef­fet, si Meckstroth joue un pique vers le roi du mort et es­saie de re­ve­nir dans sa main en cou­pant un trèfle pour sous­traire par après les atouts ad­verses, Ouest coupe du 10 de pique et pro­meut alors une le­vée d’atout pour son par­te­naire. La même main fut jouée à 24 tables et seul Meckstroth trou­va la so­lu­tion. Il joua un pique vers son roi et cou­pa un coeur de sa dame. Certes, ce­la entraîne une pro­mo­tion d’atout pour Ouest, mais ob­ser­vez la po­si­tion fi­nale après le jeu de l’as d’atout et un pique pour le va­let d’Ouest. Ce der­nier est sans re­tour. S’il re­vient car­reau, Sud laisse fi­ler vers sa dame ; s’il re­tourne un trèfle, c’est une im­passe gra­tuite.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.