Les en­fants poètes haï­tiens

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND -

« En Haïti, les poètes poussent plus vite que les arbres. » C’est cette phrase de l’au­teur qué­bé­cois d’ori­gine haï­tienne Da­ny La­fer­rière qui sert d’in­tro­duc­tion au très jo­li livre Haïti mon pays, un re­cueil de poèmes d’éco­liers haï­tiens écrits avant le trem­ble­ment de terre de jan­vier 2010. Les en­fants y parlent d’un pays co­lo­ré, où poussent les mangues, les figues, les oranges à pro­fu­sion et où les jar­dins dé­bordent d’hi­bis­cus. « Jo­lies fleurs de mon pays sont pour moi/Comme des pa­pillons roses/Qui sou­rient au so­leil », écrit Judes-Roldes. « Pays ma­gni­fique de­vient/Terre bri­sée/Tous les sou­rires se perdent », écrit Annie Hum. Pour­quoi de­vriez-vous lire ce livre? Parce que les poèmes en­fan­tins sont char­mants et pleins d’amour pour un pays au­jourd’hui en ruines. Parce que les des­sins de l’illus­tra­teur qué­bé­cois Ro­gé nous montrent des en­fants rieurs et amou­reux de la vie. Et parce que les droits d’au­teur se­ront re­mis à une fon­da­tion qui forme des pro­fes­seurs dans le sud-ouest d’Haïti. En­fin, der­nière rai­son, parce que c’est un livre qui parle d’Haïti et d’es­poir, et non pas de des­truc­tion, de cho­lé­ra et de mi­sère hu­maine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.