Re­créer la MAGIE

Com­bats à l’épée, ba­tailles, pour­suites, cho­ré­gra­phies avec des pi­rates, des in­diens et des en­fants per­dus, de nom­breuses pièces chan­tées et, en prime, des en­vo­lées... Après Annie, le pu­blic est in­vi­té à plon­ger dans la magie de Pe­ter Pan.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - De­nise Mar­tel Le Jour­nal de Québec

« Ça bouge beau­coup, c’est un spec­tacle très fes­tif, mais ce sont les mu­siques de la comédie mu­si­cale et non celle des films de Dis­ney », pré­vient le met­teur en scène Ber­trand Alain, qui avait éga­le­ment si­gné celle d’Annie, pré­sen­tée il y a deux ans, à la Salle Di­na-Bé­lan­ger. « Avec Annie, on était plus dans le drame. C’est une comédie mu­si­cale plus ro­man­cée, plus en émo­tion, tan­dis qu’avec Pe­ter Pan, c’est l’aven­ture épique, le di­ver­tis­se­ment pur », sou­tient-il. « Pe­ter Pan nous ra­mène dans l’en­fance et c’est bien le fun de voir la vi­sion des en­fants de la dis­tri­bu­tion pen­dant les ré­pé­ti­tions, ça fait un bel échange entre les in­ter­prètes », ajoute le met­teur en scène, en pré­ci­sant que le de­gré d’hu­mour, sur­tout ce­lui du Ca­pi­taine Cro­chet, amu­se­ra les grands. « Il y en a vrai­ment pour tout le monde ». Is­su du théâtre ( Le ma­lade ima­gi­naire, au Tri­dent), il sou­ligne que Pe­ter Pan lui per­met de faire l’ar­ri­mage entre toutes les dis­ci­plines, le chant, le théâtre, la di­rec­tion mu­si­cale et la danse. « Il faut que toute le monde aille dans le même sens et ra­conte la même his­toire, c’est mon rôle de co­or­don­ner toutes les forces en pré­sence ».

Même celles, plus tech­niques, qu’il ne peut contrô­ler comme les en­vo­lées de Pe­ter Pan et des en­fants Dar­ling, mais au mo­ment de l’en­tre­vue, Ber­trand Alain se di­sait très heu­reux après avoir vu ses jeunes in­ter­prètes s’en­vo­ler pour la pre­mière fois.

« On a une équipe très forte, la qua­li­té du cas­ting est ex­tra­or­di­naire. Ce sont tous des gens pas­sion­nés de comédie mu­si­cale », confie-t-il, pré­ci­sant que les 25 in­ter­prètes ont été choi­sis par Lyse Gué­rin, à la di­rec­tion ar­tis­tique et mu­si­cale, le cho­ré­graphe Ma­rio Mi­chel Le­blond, le di­rec­teur mu­si­cal Stéphane Le­brun et lui­même.

« Mon plus grand dé­fi était que les in­ter­prètes sur­montent toutes les dif­fi­cul­tés pour al­ler dans la joie. Il y a un ni­veau très naïf dans Pe­ter Pan et il faut le main­te­nir tout au long du spec­tacle pour re­créer la magie de la comédie mu­si­cale », ajoute-t-il en ter­mi­nant.

2

1. Le cho­ré­graphe Ma­rio Mi­chel Le­blond ex­plique aux in­ter­prètes des jeunes Dar­ling les mou­ve­ments qu’ils de­vront exé­cu­ter sur scène comme dans les airs. 2. « Avec les en­fants, on n’a pas le choix de tra­vailler en de­hors des heures de classe, aus­si les ré­pé­ti­tions ont dé­bu­té au len­de­main de la Fête du Tra­vail », dit le met­teur en scène Ber­trand Alain. 3. Em­ma­nuel Bé­dard prend un ma­lin plai­sir à in­car­ner Ca­pi­taine Cro­chet, le mé­chant de ser­vice dans Pe­ter Pan. 4. Meg­gie Proulx-La­pierre in­carne Pe­ter Pan en plein vol. 5. Da­vid Noël, l’in­ter­prète de John, a ado­ré son cours de vol à l’École de Cirque de Québec. 6. Va­lé­rie Laroche plonge tête pre­mière dans la cli­chés afin d’in­ter­pré­ter Wendy, l’aî­née de la fa­mille Dar­ling.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.