Un ter­rain de jeu in­croyable

(DM) En­ne­mi ju­ré de Pe­ter Pan, le Ca­pi­taine Cro­chet est un per­son­nage haut en cou­leurs tout à fait à la me­sure d’Em­ma­nuel Bé­dard, le très suf­fi­sant Pierre Bro­chand dans Le dî­ner de cons.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND -

« Ca­pi­taine Cro­chet, c’est un fa­bu­leux per­son­nage et un ter­rain de jeu in­croyable pour un co­mé­dien », af­firme-t-il, en en­tre­vue.

« Il est hor­ri­ble­ment mé­chant et en même temps, c’est la pire an­douille. S’il est le chef des pi­rates, c’est parce que ce sont des idiots et non parce qu’il est plus brillant que les autres. Il n’a pas de cou­rage pour deux cents. Il est de­meu­ré un en­fant dans un corps d’adulte, c’est un ga­min bi­po­laire.

C’est le gros mé­chant de l’his­toire, c’est par lui qu’ar­rivent tous les re­bon­dis­se­ments, mais il vit dans l’ins­tant pré­sent et est in­ca­pable d’être consé­quent avec les gestes qu’il vient de po­ser, comme s’il n’en­re­gis­trait rien », ajoute Em­ma­nuel Bé­dard.

« Bien sûr, il dé­teste fé­ro­ce­ment Pe­ter Pan, parce que c’est à cause de lui si le cro­co­dile a man­gé sa main. J’ai un plai­sir in­croyable à l’in­car­ner d’au­tant plus que j’ai eu une li­ber­té to­tale pour le créer. Le per­son­nage est connu, mais c’est tel­le­ment le

fun de pou­voir lui don­ner un nou­veau souffle, une nou­velle fo­lie. C’est un plai­sir in­croyable d’in­ter­pré­ter un per­son­nage comme ce­lui là. Du vrai bon­bon! », ex­prime le co­mé­dien.

3

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.