TRUCS POUR MA­GA­SI­NER EN LIGNE

Faire des achats en ligne est ex­trê­me­ment pra­tique. Pas be­soin de dé­nei­ger l’au­to et faire le tour du sta­tion­ne­ment quatre fois pour se trou­ver une place de sta­tion­ne­ment au centre com­mer­cial. Et sur­tout, il suf­fit de quelques clics pour com­pa­rer les prix

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Pas­cal For­get Col­la­bo­ra­tion spé­ciale pfor­get@jour­nalmtl.com

DES BOU­TIQUES DE CONFIANCE

Oui, il peut être sé­cu­ri­taire d’ache­ter en ligne. Mais évi­dem­ment, il ne faut pas don­ner son nu­mé­ro de carte de cré­dit ou de carte ban­caire à n’im­porte quel site.

N’uti­li­sez que les sites qui vous ins­pirent confiance, dont la connexion est sé­cu­ri­sée : l’adresse du site de­vrait com­men­cer par HTTPS, et vous de­vriez voir un ca­de­nas ou un in­di­ca­teur vert dans la barre d’adresse de votre fu­re­teur. Si­non, c’est louche. Vous pou­vez aus­si uti­li­ser le ser­vice Pay­Pal, qui sert d’in­ter­mé­diaire entre vous et le ven­deur : vous don­nez votre nu­mé­ro de carte de cré­dit à Pay­Pal, et ils se chargent de trans­fé­rer uni­que­ment l’ar­gent né­ces­saire au ven­deur.

PLUS VITE = MOINS VITE?

Il faut te­nir compte des frais d’en­vois quand on ma­ga­sine par In­ter­net, des frais qui peuvent rendre un achat beau­coup moins in­té­res­sant. Sur­tout que payer plus cher pour avoir une li­vrai­son plus ra­pide par ser­vice de mes­sa­ge­rie (FedEx, UPS) plu­tôt que par poste ré­gu­lière peut ra­len­tir les choses! Si une si­gna­ture est de­man­dée pour confir­mer la ré­cep­tion et que vous n’êtes pas à la mai­son au mo­ment de la li­vrai­son, vous au­rez peut-être à cher­cher le co­lis dans un dé­pôt à l’autre bout de la ville. Et les mar­chands en­voient par­fois par mes­sa­ger sans pré­ve­nir. Si vous le pou­vez, faites li­vrer vos co­lis au bu­reau : ça évite en plus que vos en­fants sur­prennent l’ar­ri­vée de leurs ca­deaux.

PAS POUR TOUT LE MONDE

Mal­gré ce qu’on pour­ra vous dire sur les éco­no­mies ex­tra­or­di­naires qu’on peut faire en ligne, ce n’est pas la meilleure fa­çon d’ache­ter pour tout le monde. Si la mar­chan­dise ar­rive bri­sée, dé­fec­tueuse ou si elle ne convient pas, vous au­rez à rem­bal­ler et re­tour­ner le co­lis, par­fois à vos frais : les po­li­tiques de re­tour des bou­tiques en ligne va­rient gran­de­ment. Vous au­rez peut-être à faire af­faire à du ser­vice à la clien­tèle en an­glais. Sans comp­ter la pos­si­bi­li­té de re­ce­voir une fac­ture sa­lée pour des frais de douane. Si ça vous in­quiète, les bou­tiques avec pi­gnon sur rue ont en­core du bon.

DER­NIERS CONSEILS

Sur­tout, si vous ma­ga­si­nez en ligne, ma­ga­si­nez tôt! C’est vrai que c’est pra­tique pour les achats de der­nière mi­nute, mais les bou­tiques en ligne peuvent avoir de la dif­fi­cul­té à gar­der en stock les pro­duits, par­ti­cu­liè­re­ment les plus po­pu­laires. Si vous ajou­tez d’éven­tuels délais de li­vrai­son et une re­te­nue aux douanes, vous ris­quez de re­ce­voir votre com­mande bien après Noël.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.