AVEN­TURE ma­gique et sym­pho­nique

Il y a des dates et des évé­ne­ments qui marquent, comme le 11 dé­cembre 2009, pour Le Vent du Nord. Les membres du groupe ne sont pas près d’ou­blier l’ef­fet ma­gique de la tem­pête qui a ren­du leur ren­contre avec l’Or­chestre sym­pho­nique de Québec en­core plus

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND MUSIQUE - De­nise Mar­tel Le Jour­nal de Québec

« Il y avait une fée­rie par­ti­cu­lière dans l’air. On avait des fans des États-Unis, des amis de par­tout et de la fa­mille qui fai­saient tous le voyage pour être là. Il y avait vrai­ment un en­goue­ment, il fal­lait qu’il se passe quelque chose. Le vent du nord souf­flait de­hors et Le Vent du Nord était trans­por­té en de­dans », sou­ligne gros­so mo­do Ni­co­las Bou­le­rice, membre fon­da­teur du groupe trad avec Olivier De­mers, il y a neuf ans.

Le mu­si­cien convient qu’il y a très peu de disques du genre. « Au Québec, c’est pos­sible que ce soit une pre­mière et même à l’étran­ger, c’est rare. Il faut dire qu’au dé­part, la mu­sique tra­di­tion­nelle est sy­no­nyme de folk­lore, donc de mu­sique du peuple, alors que la mu­sique sym­pho­nique est en quelque sorte l’apo­théose de la mu­sique dite savante. Le spec­tacle a donc ame­né deux mi­lieux dif­fé­rents à se ren­con­trer », ajoute ce­lui qui joue de la vielle à roue, du pia­no et de l’ac­cor­déon, en plus de chan­ter comme les trois autres membres du groupe.

DE PORT­LAND À QUÉBEC

L’aven­ture sym­pho­nique du Vent du Nord a tou­te­fois dé­bu­té en 2007, à l’in­vi­ta­tion de l’Or­chestre sym­pho­nique de Port­land pour in­ter­pré­ter quatre mor­ceaux dans un pro­jet sym­pho­nique spé­cial. « Nous avons eu la chance de tra­vailler avec Tom My­ron, qui a fait les ar­ran­ge­ments sym­pho­niques de nos pièces.

« Il a vrai­ment tri­pé et nous a dit que si on re­fai­sait quelque chose de sym­pho­nique, il em­bar­que­rait. Au re­tour, notre gé­rante a lan­cé des perches à dif­fé­rents or­chestres et c’est l’Or­chestre sym­pho­nique de Québec qui a em­bar­qué, avec le chef Ai­rat Ich­mou­ra­tov. On a rap­pe­lé Tom My­ron qui a tout de suite ac­cep­té », pour­suit Bou­le­rice.

« Comme c’est un Amé­ri­cain, il ne connais­sait pas du tout la mu­sique tra­di­tion­nelle et n’avait pas les pré­ju­gés que plu­sieurs ont en­core ici au Québec. Il a fait tous les ar­ran­ge­ments du concert. Le CD suit la même sé­quence que le concert et on en­tend la fer­veur du pu­blic mon­ter jus­qu’à la fin, alors que tout le monde était de­bout. Les mu­si­ciens de l’OSQ aus­si se sont lais­sé em­bar­quer. C’était vrai­ment ma­gique! », dit Bou­le­rice.

Au dé­part, le concert fai­sait l’ob­jet d’une cap­ta­tion par Es­pace Mu­sique de Ra­dioCa­na­da pour un spé­cial du jour de l’An et il n’était pas ques­tion de disque. Mais à la sug­ges­tion de la gé­rante du groupe, le spec­tacle a eu droit à un en­re­gis­tre­ment mul­ti­pistes. Il y a quelques mois à peine, Es­pace Mu­sique a dé­ci­dé de pro­duire le disque, of­fert en ma­ga­sins de­puis peu.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.