UN NOU­VEAU ROUND

Pour ses dix ans de car­rière, le rap­peur Sir Pa­thé­tik lance son sep­tième al­bum, 10e round, sur le­quel il s’est en­tou­ré de plu­sieurs col­la­bo­ra­teurs, dont Ma­rieC­han­tal Tou­pin, Dave Bour­geois, Sens, Da­vid Jal­bert et Rick Hu­ghes...

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND MUSIQUE - Serge Drouin Le Jour­nal de Québec

« J’aime par­ta­ger le mi­cro avec d’autres. On a sou­vent ten­dance à confi­ner les ar­tistes dans un style mu­si­cal. Per­son­nel­le­ment, je n’ai pas qu’un seul style », dit Sir Pa­thé­tik en en­tre­vue.

COL­LA­BO­RA­TIONS

Au su­jet de ses nom­breux col­la­bo­ra­teurs, Sir Pa­thé­tik dit que « ce sont des gens que j’ai ren­con­trés au fil des ans. Col­la­bo­rer avec d’autres ne change pas né­ces­sai­re­ment mon écri­ture, mais ma fa­çon de li­vrer n’est pas la même avec un col­la­bo­ra­teur. »

La pièce qu’il pro­pose avec Marie-Chantal Tou­pin, Mau­vais dé­part, était d’abord des­ti­née à la chan­teuse. Elle de­vait d’ailleurs l’in­clure sur son nou­veau disque, Pre­mier bai­ser. « C’était une chan­son écrite pour elle. Je vou­lais qu’elle la chante. Pour toutes sortes de rai­sons, ça ne s’est pas fait. Par contre, Marie-Chantal me l’a re­tour­née et j’ai dé­ci­dé de la faire avec elle sur mon disque. »

LES THÈMES

Le titre du nou­vel al­bum de Sir Pa­thé­tik évoque bien ce qu’il an­nonce. « C’est comme un boxeur. Ça a pris neuf rounds avant d’en ar­ri­ver à dix ans de car­rière. Je sais que sept al­bums en dix ans, ça peut pa­raître beau­coup pour bien du monde, mais je ne fais que ça. C’est comme quel­qu’un qui joue au ho­ckey trois ou quatre fois par se­maine. Il fi­ni­ra bien par avoir des ré­sul­tats. »

Les com­bats de tout aca­bit sont au centre de ses thèmes. L’al­cool au vo­lant fait d’ailleurs l’ob­jet d’un thème d’une chan­son. Le rap­peur avait de­man­dé au pu­blic de lui écrire et de ra­con­ter une his­toire. « Comme le thème de l’al­cool au vo­lant re­ve­nait sou­vent dans les su­jets, j’en ai pro­fi­té pour faire une chan­son. » La pièce s’in­ti­tule Gra­ver dans ma mé­moire. Plus de 35 000 fans sur Fa­ce­book avaient ré­pon­du à l’ap­pel du chan­teur.

Sir Pa­thé­tik montre que le hi­phop n’est pas seule­ment un genre mu­si­cal violent et vul­gaire. La ren­contre avec un sans-abri lui a entre autres ins­pi­ré une chan­son.

LA TOUR­NÉE

Sir Pa­thé­tik est gé­né­reux. Son al­bum compte rien de moins que 20 pièces, un phé­no­mène rare . « Moi, je ne suis pas d’ac­cord avec les ar­tistes qui n’offrent que 11 ou 13 tounes sur leur disque. Je trouve ça épou­van­table. »

De­puis trois ans, Sir pa­thé­tik tourne par­tout au Québec. Sa pro­chaine tour­née de­vrait dé­bu­ter au prin­temps 2011. « Il faut que je laisse le temps aux gens de dé­cou­vrir le disque », ter­mine-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.