Émo­tions fortes au Nu­na­vik

Ma­rio Fau­bert, un pi­lote aguer­ri dou­blé d’un spé­cia­liste de la photo aé­rienne, sou­haite que Nu­na­vik, son livre, fasse dé­cou­vrir notre voi­sin d’en haut suf­fi­sam­ment pour qu’on ait en­vie de mieux connaître et de pro­té­ger ses vastes éten­dues sau­vages et leur

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Marie-France Bor­nais

Deux ex­pé­di­tions au nord du 55e pa­ral­lèle ont été né­ces­saires pour réunir les photos de pay­sages à cou­per le souffle qui sont pré­sen­tées dans le livre tri­lingue (fran­çais, an­glais et in­uk­ti­tut) pu­blié aux Édi­tions du Pas­sage. De vé­ri­tables oeuvres d’art, 31 d’entre elles ont d’ailleurs fait l’ob­jet d’une ex­po­si­tion.

Le pre­mier voyage, fait en 2007, s’est sol­dé par un re­tour ra­pide à Mon­tréal en rai­son d’une in­tense dé­pres­sion qui créait un épais brouillard sur la Baie-James.

L’été sui­vant, Ma­rio Fau­bert et son co­pi­lote Gra­ham Bat­ty ont re­pris la route du Nord. En quatre jours, à bord de leur Cess­na 172, ils ont par­cou­ru « le Québec qu’on ne connaît pas ». Quit­tant l’aé­ro­port des Cèdres, à l’ouest de Mon­tréal, ils ont mis le cap sur East­main, Kuu­j­jua­ra­pik, la baie d’Hud­son et Kuu­j­juaq. Ils ont sur­vo­lé la ré­gion du lac d’Iber­ville, le cra­tère de Pin­ga­luit, la toun­dra du nord-ouest de Kuu­j­juaq, Ivu­ji­vik, Inuk­juak.

LA GRANDE AVEN­TURE

Un iti­né­raire de rêve pour tout voya­geur en quête d’aven­ture et de sen­sa­tions fortes. « Il n’y a pas de route au Nu­na­vik. Les gens n’ont pas ac­cès au ter­ri­toire au­tre­ment qu’en avion. Même les vil­lages ne sont pas re­joints entre eux par des routes. C’est notre jungle. On pour­rait dire que c’est l’Ama­zone du Québec », par­tage Ma­rio Fau­bert en en­tre­vue.

« De LG-2 à Kuuk­juak, on tra­verse le Québec au com­plet et ça prend six heures. C’est comme Paris-Mon­tréal, mais au-des­sus de la toun­dra.

« Il n’y a rien entre les deux, que des lacs, à perte de vue! Pen­dant six heures, on n’a plus de repères. C’est de la na­vi­ga­tion pure et ça prend un pi­lote d’ex­pé­rience pour faire ça. »

Les deux hommes ont été par­ti­cu­liè­re­ment émus par le sur­vol des trou­peaux de ca­ri­bous qui mon­taient vers Ivu­ji­vik, le spec­tacle des puis­santes ma­rées de la baie de Tas­si­ju­jak et la côte aux cou­leurs d’ocre de la ré­gion d’Ivu­ji­vik. « Pour pho­to­gra­phier le cra­tère de Pin­ga­luit, il a fal­lu que je monte à 9 000 pieds. Son dia­mètre est d’à peu près quatre ki­lo­mètres. »

CH­LOÉ SAINTE-MARIE

Ses fas­ci­nantes pho­to­gra­phies sont ac­com­pa­gnées de courts com­men­taires, lais­sant toute la place aux textes d’une di­zaine de per­son­na­li­tés ayant toutes en com­mun un amour in­con­di­tion­nel pour le Nu­na­vik et son peuple : l’ac­trice et chan­teuse Ch­loé Sain­teMa­rie, la chan­teuse in­nue Eli­sa­pie Isaac, l’ar­tiste Ta­qua­lik Par­tridge, la po­li­ti­cienne Shei­la Watt-Cloutier, le pho­to­graphe et réa­li­sa­teur Yann Ar­thus-Ber­trand et le pré­sident de la So­cié­té Ma­ki­vik, Pi­ta Aa­ta­mi, entre autres. Chaque texte est tou­chant et fait preuve d’op­ti­misme face à l’ave­nir. « J’ai pris le che­min du cô­té de l’es­poir. Je suis un peu comme ça dans la vie. Je prends le che­min po­si­tif et dans le sillage, ça en amène quelques-uns et c’est tant mieux.

« Les Inuits sont très contents, parce qu’on parle d’eux en bien dans ce livre. On montre la beau­té de leur ter­ri­toire. Je vou­lais les faire par­ti­ci­per en écri­ture et rendre les photos plus hu­maines. »

Si­tôt cette aven­ture ter­mi­née, Ma­rio Fau­bert en a bien d’autres en ré­serve.

En dé­cembre, il se ren­dra au Pé­rou, puis en jan­vier, il sur­vo­le­ra le Ke­nya, pour y pho­to­gra­phier les grands ani­maux en voie de dis­pa­ri­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.