DER­RIÈRE LA TROUSSE DE MA­QUILLAGE

De­puis près de 20 ans, Pascale La­na­ri ma­quille les ve­dettes du pe­tit écran, les spor­tifs et les po­li­ti­ciens. Elle re­çoit leurs se­crets et leurs confi­dences. Dans un livre in­ti­tu­lé Ma­quilleuse de stars, pu­blié aux édi­tions La Se­maine, Pascale La­na­ri parle

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEKEND - Serge Drouin Le Jour­nal de Québec

Avis à tous ceux et celles qui vou­draient lire des «bit­che­ries» sur nos ve­dettes ou des se­crets non dé­voi­lés à ce jour. Ma­quilleuse de stars ne va pas de ce cô­té des choses. «Ça ne me ten­tait pas de me sou­ve­nir des mau­vaises shots. On a tous nos moins bonnes jour­nées, mais j’ai ai­mé le monde avec qui j’ai tra­vaillé et je veux me rap­pe­ler que des bons sou­ve­nirs», ex­plique la ma­quilleuse en en­tre­vue. «Même avec une femme comme Mi­chèle Ri­chard, consi­dé­rée comme pas fa­cile, ça s’est tou­jours bien pas­sé», dit-elle.

GRÂCE À PAO­LO

C’est grâce à son beau-père, Pao­lo Noël, que Pascale La­na­ri a fait car­rière comme ma­quilleuse de ve­dettes (elle est ma­riée avec Ti­no, le fils de Pao­lo Noël). « Pao­lo (Noël) vou­lait que je le ma­quille dans le cadre d’une en­tre­vue qu’il ac­cor­dait à un ma­ga­zine. Le ma­ga­zine a re­fu­sé, mais plus tard, ils m’ont rap­pe­lée pour que je tra­vaille avec eux », ra­conte celle qui a dé­jà vou­lu de­ve­nir co­mé­dienne.

Au fil de sa car­rière, Pascale La­na­ri a ren­con­tré presque toute la faune ar­tis­tique du Québec. Elle a ma­quillé Cé­line Dion -− « une ren­contre mé­mo­rable » − , Na­tha­lie Si­mard, Roch Voi­sine, Marc Du­pré et, sur­tout, la bande de Ram­dam, qu’elle a sui­vie pen­dant les huit ans qu’a du­ré la sé­rie. « Pour faire ce mé­tier, il faut être sen­sible, rendre les ar­tistes à leur meilleur, être à leur ser­vice. »

LES SPOR­TIFS

Ra­con­tant une anec­dote sur Roch Voi­sine, elle se rap­pelle sa pre­mière ren­contre avec lui. « C’était au temps de la roch­ma­nia. J’étais en train de le ma­quiller. J’ai vou­lu frot­ter une tâche, mais il m’a dit : ‘’C’est un grain de beau­té.’’ » Se­lon Mme La­na­ri, les spor­tifs sont moins à l’aise avec les séances de ma­quillage. « Ils re­gardent tout sur un pla­teau; comme s’ils ob­ser­vaient le jeu. C’est comme s’ils étaient obli­gés de se prê­ter à ce jeu », men­tionne celle qui se rap­pelle avoir re­con­tré Pa­trice Bri­se­bois le jour où le ho­ckeyeur pré­sen­tait son amie à un ma­ga­zine. Quant aux po­li­ti­ciens, ils sont comme des éclairs sur un pla­teau...

ET TI­NO

Si elle est ve­nue au ma­quillage de stars grâce à Pao­lo Noël, c’est à cause de son conjoint si elle pu­blie un livre sur les confi­dences de ve­dettes. « J’avais écrit, pour moi, des sou­ve­nirs de mes ren­contres avec Ja­son Roy-Lé­veillée, Ca­the­rine Bé­gin et Guy Nadon... Quand mon chum a lu ça, il m’a sug­gé­ré d’en faire un livre. »

Au­jourd’hui, Pascale La­na­ri de­meure dans le BasSaint-Laurent et tra­vaille à contrats, no­tam­ment pour la com­pa­gnie Sa­ga­film, à Québec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.