Du cha­pi­teau àl'aré­na

Le Journal de Quebec - Weekend - - QUIDAM - Da­ny Bou­chard DBOU­CHARD@JOUR­NALMTL.COM

MON­TRÉAL | Au lieu d’être re­mi­sé, Qui­dam, créé en 1996, a droit à une deuxième vie, qui lui per­met­tra d’éblouir les spec­ta­teurs pour en­core cinq ou six ans.

De­puis 2007, le Cirque du So­leil donne une deuxième chance à ses spec­tacles plus âgés qui ter­minent leur vie de tour­née sous le cha­pi­teau en les ame­nant dans une for­mule pour les aré­nas.

Sal­tim­ban­co a été le pre­mier spec­tacle de la troupe à com­men­cer une nou­velle tour­née dans une for­mule pour les aré­nas. Ale­gria et Dra­lion ont connu le même sort.

Dans le cas de Qui­dam, le chan­ge­ment est en­core tout ré­cent. En fait, la pre­mière re­pré­sen­ta­tion en aré­nas a lieu ce soir, à King­ston, en On­ta­rio.

«La du­rée de vie des spec­tacles en cha­pi­teau est d’au moins dix ans. En aré­nas, les spec­tacles vivent pour au moins cinq ou six ans», sou­tient Al­do Giam­pao­lo, pro­duc­teur exé­cu­tif du Cirque du So­leil, en charge des spec­tacles en aré­nas.

En aré­nas ou sous le cha­pi­teau, les spec­tacles du Cirque du So­leil res­tent exac­te­ment les mêmes, à quelques pe­tites mo­di­fi­ca­tions près (voir autre texte).

« Il faut que le show soit exac­te­ment fi­dèle à ce qu’il a été sous le cha­pi­teau. C’est une règle qu’a fixée Guy La­li­ber­té dès le dé­part. Ce sont des shows qui sont comme des oeuvres d’art. C’est leur vie, c’est la fa­çon dont les gens doivent les voir », plaide M. Giam­pao­lo.

Sous le cha­pi­teau, les spec­tacles du Cirque du So­leil at­tirent en moyenne 2500 spec­ta­teurs. En aré­nas, chaque re­pré­sen­ta­tion est vue par au moins 5000 per­sonnes. L’am­biance n’est pas la même que sous le cha­pi­teau, mais l’aré­na offre aus­si de grandes pos­si­bi­li­tés.

«Les aré­nas, ça a une belle am­pleur, ça nous donne beau­coup plus de places, fait va­loir Al­do Giam­pao­lo.

«On voyage avec en­vi­ron 55 ar­tistes et on a une pa­tine de 100 pieds de long. Ça reste un spec­tacle de grande en­ver­gure», ajoute-t-il à pro­pos de Qui­dam.

DE NOU­VEAUX FANS

Le cha­pi­teau du Cirque du So­leil vi­site des mar­chés plus im­por­tants, sur une pé­riode de temps plus longue, alors que les spec­tacles de tour­née en aré­nas vi­sitent plus de villes tout en y res­tant moins long­temps.

«On fait des mar­chés où on ne pour­rait pas al­ler avec le cha­pi­teau, ex­plique M. Giam­pao­lo. Ça nous per­met de dé­ve­lop­per des mar­chés, de faire connaître le Cirque. Ça nous amène de nou­veaux fans.» Au Québec, par exemple, la tour­née de

Qui­dam vi­si­te­ra Chi­cou­ti­mi, mais pas Trois-Ri­vières.

« C’est tou­jours une ques­tion de tour­née, de po­pu­la­tion. Il faut pou­voir ren­ta­bi­li­ser le spec­tacle, il faut une ville où on peut avoir la ca­pa­ci­té. Trois-Ri­vières est près de Québec et de Mon­tréal.»

Mon­tréal, avec sa ving­taine de re­pré­sen­ta­tions au Centre Bell, entre les 18 et 30 dé­cembre, est l’une des villes où Qui

dam pas­se­ra le plus de temps. «On donne sept à huit re­pré­sen­ta­tions par se­maine dans une même ville, dit Al­do Giam­pao­lo à pro­pos des spec­tacles en aré­nas. Ça donne à peu près 300 spec­tacles par an­née, dans une qua­ran­taine de villes.

«Le Cirque a un in­té­rêt fa­vo­rable dans plu­sieurs villes. (...) Il y a des places où on joue deux se­maines com­plètes, comme à Ed­mon­ton, ou à Chi­ca­go. C’est se­lon la de­mande du pu­blic et la dis­po­ni­bi­li­té des aré­nas. On a joué à To­ron­to une seule se­maine cet été. On a fait dix shows et on au­rait pu en faire plus, mais l’aré­na n’était plus dis­po­nible. »

MI­CHAEL JACKSON

De toute l’his­toire du Cirque du So­leil, un seul spec­tacle a été spé­ci­fi­que­ment créé pour le mar­ché des aré­nas: De­li

rium, qui est main­te­nant re­mi­sé. L’an pro­chain, la troupe qué­bé­coise ré­ci­di­ve­ra avec The Im­mor­tal World Tour, le spec­tacle pour les aré­nas mi­sant sur la mu­sique de Mi­chael Jackson.

« Le Cirque a la ré­pu­ta­tion, dans le mi­lieu des ar­tistes, de bien faire les choses », fait va­loir M. Giam­pao­lo en ci­tant l’exemple des as­so­cia­tions avec les Beatles et El­vis Pres­ley.

«Tous les jours, on a des gens qui viennent co­gner à notre porte », dit-il.

Dans le cas du spec­tacle qui re­crée­ra un concert de Mi­chael Jackson, Al­do Giam­pao­lo agit à titre de res­pon­sable de la tour­née, avec Finn Tay­lor, alors que le pro­duc­teur exé­cu­tif est Stéphane Mon­geau ( Love, Koo­za, Zaia, Zed, Be­lieve et Win­tuk).

« C’est un beau dé­fi, c’est ex­ci­tant », confie M. Giam­pao­lo en rap­pe­lant que la tour­née s’ar­rête pour l’ins­tant dans une tren­taine de villes nord-amé­ri­caines.

« On est émer­veillé et ex­ci­té de voir qu’on a ven­du au­tant de billets alors que le show n’est que dans un an et de­mi», ad­met-il.

Qui­dam est pré­sen­té à King­ston, en On­ta­rio, à comp­ter de ce soir. Le spec­tacle compte une di­zaine de nu­mé­ros, dont un de ban­quine, de cordes vo­lantes, de roue al­le­mande, d’équi­libre sur canne et de cer­ceaux aé­riens.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.