Sa­veurs

C’est vrai, les an­nées se suivent, mais ne se res­semblent pas. Mais, en ma­tière de mous­seux, de champagne sur­tout, on aime bien nous faire croire le contraire. En­fin, presque.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MONDE DE STARS - Claude Langlois clan­glois@jour­nalmtl.com

Pour­quoi? Parce que ce qui fait en prin­cipe la force des cham­pagnes, des grandes marques de champagne, c’est la ca­pa­ci­té qu’elles ont, an­née après an­née, de pro­duire un vin qui est conforme au style qui leur est propre et qui a fait leur re­nom­mée.

Avec le temps, les grandes mai­sons de champagne ont créé toutes sortes de cu­vées avec des styles dif­fé­rents, y com­pris for­cé­ment des cu­vées mil­lé­si­mées, mais au dé­part, le champagne est un pro­duit non mil­lé­si­mé.

C’est un as­sem­blage de dif­fé­rentes cu­vées pro­ve­nant des dif­fé­rentes com­munes de l’ap­pel­la­tion et que l’on as­semble jus­te­ment de fa­çon à éta­blir ce style qui est dé­fi­ni à la fois par la pro­por­tion des cé­pages uti­li­sés (pi­not noir, pi­not meu­nier et char­don­nay), l’âge des cuves de ré­serve et la li­queur d’ex­pé­di­tion, cette li­queur que l’on ajoute après le dé­gor­ge­ment et avant le bou­chage et qui est faite es­sen­tiel­le­ment de sucre et de vin de champagne et dont la pro­por­tion dé­ter­mi­ne­ra le do­sage du vin (brut, sec, de­mi-sec…).

Cer­taines mai­sons ont des ré­serves consi­dé­rables de vins plus âgés et elles y puisent gé­né­reu­se­ment pour don­ner un ca­rac­tère de ma­tu­ri­té à leur champagne. D’autres vont pri­vi­lé­gier da­van­tage la jeu­nesse et uti­li­ser des cuves de vins plus jeunes. Évi­dem­ment, entre les deux, on trouve toutes les nuances.

Cette an­née, l’As­so­cia­tion qué­bé­coise des agences de vins, bières et spi­ri­tueux a fait goû­ter, sur deux jours, en deux séances de dé­gus­ta­tions, en­vi­ron quatre-vingts cham­pagnes et mous­seux. Voi­ci donc ceux dans le lot qui m’ont plu da­van­tage.

MOUS­SEUX

J. P Che­net Brut Blanc de Blanc (11,95$) : rond, plu­tôt do­sé, mais char­meur et fa­cile d’ac­cès. À ce prix, on en a pour son ar­gent. Cu­vée de l’Écus­son Brut, Caves Ber­nardMas­sard (17,35$) : lé­ger, élé­gant, frais, j’aime son pe­tit cô­té aé­rien et la droi­ture de son style. Pres­tige Mon­geon Brut, Cré­mant de Bourgogne (20,15$) : brio­ché, jo­lies notes ran­cio­tées (une lé­gère oxy­da­tion, vou­lue, ap­porte des notes de ran­cio qui tirent sur l’amande, les noix, la noi­sette), de la vi­va­ci­té, très cham­pe­nois de style. Cu­vée Flamme Brut, Cré­mant de Loire, Gra­tien & Meyer (19,70$) : du corps, de la vi­va­ci­té, élan­cé, très cham­pe­nois de style lui aus­si. Roe­de­rer Brut An­der­son Val­ley, Ca­li­for­nie, Roe­de­rer Es­tate (28$) : chaque an­née, et sans sur­prise, ce mous­seux se classe par­mi les meilleurs : fines notes brio­chées, droit et plein de vi­va­ci­té, équi­li­bré, il a de quoi en confondre plus d’un avec un vé­ri­table champagne. Cu­vée No.1 Marl­bo­rough, No.1 Fa­mi­ly Es­tate (33$) : de Nou­velle-Zé­lande, voi­ci un très beau mous­seux éla­bo­ré par un Cham­pe­nois qui y vit de­puis de nom­breuses an­nées. Peu do­sé, notes io­dées, fin, dé­li­cat et to­ni­fiant. Mon­te­si­na Brut Fran­cia­cor­ta, Mar­che­si An­ti­no­ri (33$) : vi­neux, droit, peu do­sé, jo­lies notes de chè­vre­feuille (outre le char­don­nay et le pi­not blanc, l’as­sem­blage com­porte aus­si un peu de pi­not noir), c’est un mous­seux do­té d’une réelle per­son­na­li­té.

MOUSSEUXROSÉS

Perle d’Au­rore Louis Bouillot, Cré­mant de Bourgogne Ro­sé (21,75$) : plu­tôt do­sé, comme la plu­part des mous­seux ro­sés, mais il est frais, on y dé­note de la mi­né­ra­li­té, et les sa­veurs sont expressives. Bel­la­vis­ta Gran Cu­vée Brut 2005, Fran­cia­cor­ta (56,50$) : très jo­lie cou­leur « oeil de per­drix», fin et mi­né­ral, peu do­sé, du ca­rac­tère. C’est mon meilleur ro­sé avec le Pi­pier-Heid­sieck (voir note plus bas), mous­seux et cham­pagnes confon­dus.

CHAM­PAGNES

Drap­pier Brut Na­ture, Pi­not Noir, Zé­ro Do­sage (42,50$) : for­cé­ment, sans do­sage, le vin est droit et élan­cé, avec des notes de pomme et de pain grillé, et aus­si quelque chose qui rap­pelle le marc. Un ca­rac­tère cer­tain. Devaux Blanc de Noirs Brut (44,75$) : blanc de noir si­gni­fie que le vin a été vi­ni­fié en blanc, mais à par­tir de rai­sins rouges, en l’oc­cur­rence du pi­not noir et du pi­not meu­nier. D’où ces jo­lies notes de chè­vre­feuille. Un champagne où l’em­portent la jeu­nesse et le cro­quant du fruit. Pol Ro­ger Brut Champagne (60,75$) : fi­ne­ment brio­ché, tout en nuances et en sub­ti­li­tés, peu do­sé. La grande classe. Pi­per-Heid­sieck Brut (59$) : note de pain grillé au nez, du vo­lume, du ca­rac­tère, bel équi­libre entre la jeu­nesse et la ma­tu­ri­té. Chaque an­née, ce champagne sort par­mi mes pré­fé­rés. Et cette an­née, par­ti­cu­liè­re­ment, il laisse der­rière lui son pe­tit frère, le Charles-Heid­sieck, dont le style a beau­coup chan­gé. Gos­set Grande Ré­serve Brut (60,25$) : très jo­li nez, un peu brio­ché, note de pomme, un champagne qui a un pro­fil de vin à ma­tu­ri­té. Veuve Clic­quot Pon­sar­din Brut Champagne (134,50$ — mag­num) : pour les gros «par­ties», ce mag­num de Veuve Clic­quot; le vin a du vo­lume, il est riche en sa­veur, il est élé­gant, équi­li­bré et to­ni­fiant.

CHAMPAGNEROSÉ

Pi­per-Heid­sieck Ro­sé Sau­vage (60,60$) : in­té­res­santes notes de pe­tits fruits comme les gro­seilles avec des nuances de chè­vre­feuille; un beau vo­lume en bouche, une bouche moins do­sée que la plu­part des ro­sés, avec aus­si de la fraî­cheur, du to­nus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.