UNE TECH­NO­LO­GIE DE POINTE

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Ke­vin William­son

Dans Tron : L’hé­ri­tage, Jeff Bridges re­prend son rôle de cow­boy cy­ber­spa­tial Ke­vin Flynn.

Les ef­fets spé­ciaux pour les be­soins du film sont ba­sés sur la même tech­no­lo­gie qui a trans­for­mé Brad Pitt en vieillard ri­dé, puis en jeune homme à la peau lisse dans L’étrange his­toire de Ben­ja­min But­ton.

Et pour les be­soins du scé­na­rio, Bridges a dû don­ner la ré­plique à Clu, un pro­gramme in­for­ma­tique conçu pour per­mettre à l’ac­teur de res­sem­bler à ce­lui qu’il était dans les an­nées 1980.

Bridges avait 52 mar­queurs po­si­tion­nés sur le vi­sage pen­dant qu’il jouait son per­son­nage. Ses mou­ve­ments ont été en­re­gis­trés et uti­li­sés pour contrô­ler une tête nu­mé­rique bâ­tie de ma­nière à res­sem­bler à l’ac­teur au dé­but des an­nées 1980, soit dans le pre­mier film sor­ti en 1982.

Avec cette tech­no­lo­gie, on peut tout ima­gi­ner. Un jour Sean Con­ne­ry pour­rait-il rem­pla­cer Da­niel Craig dans le rôle de James Bond ? Har­ri­son Ford pour­rait-il ra­jeu­nir et ain­si ne plus res­sem­bler à une mo­mie dans le pro­chain In­dia­na Jones ?

TRÈS COÛ­TEUX

Pas si vite, pré­vient le réa­li­sa­teur Jo- seph Ko­sins­ki.

« Vous ne pou­vez ja­mais rem­pla­cer la per­for­mance d’un ac­teur. Les gens se de­mandent si leurs ve­dettes pré­fé­rées se­ront un jour rem­pla­cées. Mais ce­la n’ar­ri­ve­ra ja­mais parce que la per­for­mance gé­né­rée par Clu est com­plè­te­ment or­ga­nique et re­prend celle de Jeff. Ce que la tech­no­lo­gie per­met, si vous avez les bonnes per­sonnes qui tra­vaillent des­sus, c’est d’ou­vrir la voie à de nou­velles oc­ca­sions de jeu pour les ac­teurs, qu’il s’agisse d’Ava­tar ou de Ben­ja

min But­ton. Si les gens conti­nuent d’in­ven­ter des his­toires re­qué­rant cette tech­no­lo­gie, nous ver­rons plus de films qui s’ap­puient sur elle. Mais c’est seule­ment trop dif­fi­cile et trop coû­teux de l’uti­li­ser pour le simple plai­sir de le faire. »

Le film au­rait d’ailleurs coû­té en­vi­ron 200 mil­lions $ en rai­son de tous les ef­fets spé­ciaux.

Et Clu pro­fite du fait que le per­son­nage de Flynn existe dans une arène fan­tas­tique gé­né­rée par or­di­na­teur, qui éloigne le pu­blic du monde réel.

Peu im­porte, Bridges semble sa­tis­fait des ré­sul­tats.

« J’ai été im­pres­sion­né par la pre­mière ver­sion que j’ai vue, a-t-il dit. Mais ce n’est pas si in­ha­bi­tuel pour moi. Je suis ha­bi­tué de me voir dans les dif­fé­rentes étapes de ma vie. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.