Der­nières touches à la res­tau­ra­tion de la Tour de Pise

PISE | (AFP) Il a fal­lu plus de huit ans pour ve­nir à bout de la res­tau­ra­tion de la tour de Pise, la tour pen­chée la plus cé­lèbre du monde qui avait dé­jà connu d’im­por­tants tra­vaux dans les an­nées 90, alors qu’elle me­na­çait de s’ef­fon­drer.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME -

La nou­velle phase des ré­no­va­tions a dé­bu­té en 2002 : en­core une longue pé­riode, mais cette fois, la tour est res­tée ou­verte aux vi­si­teurs, des cen­taines de mil­liers chaque an­née.

En tout, 7 mil­lions d’eu­ros (9,3 M$) ont été dé­pen­sés dans cette phase, après 30 mil­lions (40,2 M$) lors d’une vague pré­cé­dente de tra­vaux de 1990 à 2001.

Les dif­fi­cul­tés ont été consi­dé­rables : l’in­cli­nai­son de la tour a no­tam­ment contraint les in­gé­nieurs à créer des écha­fau­dages eux aus­si pen­chés.

Il a fal­lu al­lé­ger leurs struc­tures mé­tal­liques pour ne pas pe­ser sur la tour et ris­quer de la faire pen­cher un peu plus, alors que l’angle d’in­cli­nai­son est dé­jà d’un peu plus de 4 de­grés.

Pe­tit à pe­tit, près de 8000 m2 de fa­çade, pla­fonds et murs ont été res­tau­rés.

« Il ne s’agis­sait pas seule­ment de net­toyer la tour, mais d’in­ter­ve­nir sur la ma­tière même de la tour, c’est-à-dire la pierre, les co­lonnes no­tam­ment qui, dans cer­tains cas, étaient vrai­ment dans un état de dé­gra­da­tion très avan­cée », a dit Giu­seppe Ben­ti­vo­glio, di­rec­teur tech­nique des opé­ra­tions.

« Nous avons en­le­vé le bé­ton uti­li­sé lors de pré­cé­dentes res­tau­ra­tions et ôté les fientes des pi­geons, les graf­fi­tis et les em­preintes lais­sés par les tou­ristes lors­qu’ils es­saient de res­ter en équi­libre en mon­tant les es­ca­liers », pré­cise An­ton Sut­ter, chef des res­tau­ra­teurs.

Se­lon la lé­gende, un riche noble de Pise avaient lais­sé en hé­ri­tage 60 pièces de mon­naie pour construire un ma­gni­fique clo­cher, mais la tour com­men­ça à pen­cher alors que seuls trois ni­veaux avaient été édi­fiés. De­puis, au fil des siècles, ar­chi­tectes et in­gé­nieurs se sont in­gé­niés à sta­bi­li­ser son fra­gile équi­libre. Les res­tau­ra­teurs doivent en­core tra­vailler sur le chan­tier jus­qu’en fé­vrier, date à la­quelle la tour de­vrait être dé­bar­ras­sée de ses der­niers écha­fau­dages.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.