La crème de la crème

La se­maine der­nière, j’ai en­tre­pris une tri­lo­gie de Noël en vous pro­po­sant un suc­cu­lent rô­ti de veau aux pommes poê­lées. Cette se­maine, j’ai dé­ci­dé de sau­ter le deuxième plat prin­ci­pal et de pour­suivre avec un des­sert par­fait pour les re­pas fes­tifs.

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS - Ste­fa­no Fai­ta Col­la­bo­ra­tion spé­ciale Photos Jo­ce­lyn Malette

C’est un truc tout simple, qui plai­ra à tout le monde ou à peu près, et qui peut être pré­pa­ré d’avance pour vous lais­ser tout le temps né­ces­saire de di­ver­tir vos in­vi­tés. On trouve sou­vent ce des­sert au me­nu des res­tau­rants ita­liens, mais au fait, d’où vient réel­le­ment la pan­na cot­ta? Al­lons-y donc d’un pe­tit sur­vol his­to­rique...

En ita­lien, pan­na cot­ta si­gni­fie lit­té­ra­le­ment « crème cuite ». On la pré­pare en fai­sant mi­jo­ter de la crème, du lait et du sucre, aux­quels on ajoute de la gé­la­tine qui fait fi­ger le mé­lange en re­froi­dis­sant. Même si on la dé­vore joyeu­se­ment par­tout en Italie, on re­trace gé­né­ra­le­ment les ori­gines de la pan­na cot­ta dans la ré­gion sep­ten­trio­nale du Pié­mont, où on la sert sou­vent froide et gar­nie de fruits sau­vages, de ca­ra­mel, de cho­co­lat ou de cou­lis de fruits.

On ne sait pas exac­te­ment à quel mo­ment ce des­sert a fait son ap­pa­ri­tion, mais on croit que dans les ré­gions mon­ta­gneuses du nord de l’Italie, où la sa­veur des pro­duits lai­tiers est re­con­nue, on avait l’ha­bi­tude de man­ger la crème na­ture ou gar­nie de fruits ou de noi­settes.

Dans les ver­sions les plus an­ciennes de la re­cette, on fai­sait bouillir des arêtes de pois­son pour en ex­traire la gé­la­tine ser­vant à faire fi­ger la crème cuite. Un pe­tit goût de mer dans le des­sert! Il fut un temps aus­si où le sucre était une den­rée rare et coû­teuse qui de­vait être im­por­tée de contrées loin­taines. Les temps ont chan­gé et, au­jourd’hui, la gé­la­tine et le sucre sont à la por­tée de tous, ce qui nous rend heu­reux.

Vous en sa­vez main­te­nant au­tant que moi sur ce dé­lice ve­nu (comme moi!) d’Italie. Il faut donc pas­ser de la pa­role aux actes, mais ras­su­rez-vous, la re­cette que je vous pro­pose au­jourd’hui est à peu près im­pos­sible à ra­ter. En fait, si vous éprou­vez de la dif­fi­cul­té à la réa­li­ser, il se peut que la cui­sine ne soit pas pour vous un ter­reau fer­tile! Sé­rieu­se­ment, vous de­vriez beau­coup ai­mer le ra­tio plai­sir/fa­ci­li­té que pro­cure ce suc­cu­lent des­sert. Amu­sez-vous bien. Ciao!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.