Nou­veau­tés livres

Après cinq an­nées pas­sées à éplu­cher des do­cu­ments his­to­riques et à écrire, l’écri­vain fran­çais Romain Sar­dou pro­pose le pre­mier tome de la tri­lo­gie Ame­ri­ca, une sé­rie qui donne à la fois dans le thril­ler his­to­rique, le ro­man d’aven­ture et la sa­ga fa­mi­lia

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Marie-France Bor­nais Le Jour­nal de Québec

Un pas­sage écrit par l’ab­bé Pré­vost, en 1784, lui a ser­vi de trem­plin pour se lan­cer dans l’écri­ture de cette sa­ga pleine de re­bon­dis­se­ments qui dé­bute en 1688 et se ter­mi­ne­ra à l’époque contem­po­raine, sous forme d’en­quête po­li­cière, dans le troi­sième tome.

Romain Sar­dou – le fils de Mi­chel - était en vi­site chez des amis et re­gar­dait ce qu’ils avaient dans leur bi­blio­thèque lors­qu’il est tom­bé sur une vieille édi­tion bon mar­ché des an­nées 30 des Voyages du Ca­pi­taine de Robert Lade.

« Il y a une pe­tite di­zaine de pages seule­ment qui est consa­crée à la Géor­gie, que le per­son­nage ne fait que tra­ver­ser, mais il ra­conte ses pré­mices », in­dique le ro­man­cier en en­tre­vue de­puis sa ré­si- dence, en Suisse. Sous le pa­tro­nage de James Ogle­thorpe, ces gens ont es­sayé de don­ner une se­conde chance aux né­ces­si­teux d’An­gle­terre en les en­voyant en Amé­rique où ils sou­hai­taient créer un monde plus ou moins par­fait. »

La lec­ture, d’ap­pa­rence ano­dine, l’in­trigue. « De l’ab­bé Pré­vost, je n’avais lu que Manon Les­cault. Je me suis dit, tiens, qu’est-ce que c’est que cette his­toire? Je n’au­rais pas lu ce livre et il n’y au­rait rien de tout ça au­jourd’hui », re­con­naît-il.

DEUX FA­MILLES VEN­GE­RESSES

Romain Sar­dou avait bien l’idée d’écrire une sa­ga op­po­sant deux fa­milles, mais ne sa­vait pas dans quelle époque ni dans quel pays la pla­cer. Voi­là qu’il trou­vait ma­tière à écrire. Et à as­sou­vir sa soif de connais­sances.

« En France, on ne connaît pas du tout cette his­toire. J’avais la convic­tion, comme, je pense, beau­coup de Fran­çais, de connaître l’his­toire de l’Amé­rique parce que j’avais les grandes dates, les grands évé­ne­ments en tête. En creu­sant, toute cette époque-là m’est ap­pa­rue beau­coup plus riche qu’on l’ima­gine. »

Le pre­mier tome de la sé­rie, La trei­zième co­lo­nie, montre le ton et s’ouvre sur l’as­sas­si­nat d’un jeune amé­rin­dien tan­dis qu’à Du­blin, deux Ir­lan­dais nou­veaux ma­riés fuient les per­sé­cu­tions. Avec son style ima­gé et fluide, très agréable à lire, Romain Sar­dou mêle vé­ri­té his­to­rique et fic­tion en op­po­sant deux grandes fa­milles, les Ba­te­man, des Ir­lan­dais, et les Muir, des An­glais, qui vont se ven­ger l’une sur l’autre pen­dant des siècles, sur deux conti­nents.

À tra­vers des bons, at­ta­chants, et des mé­chants, très dé­tes­tables, et une in­trigue bien me­née, le lec­teur dé­couvre les us et cou­tumes des Amé­rin­diens qui peu­plaient le Sud, les condi­tions de vie dif­fi­ciles des pre­miers co­lons, les op­po­si­tions re­li­gieuses, la vie quo­ti­dienne dans la pri­son de la Fleet à Londres, les tra­fics illi­cites. Néan­moins, l’ob­jec­tif de l’au­teur n’est pas de faire un livre d’his­toire. « Je ne fais pas un cours. Ça reste le ro­ma­nesque qui me guide dans le livre », ex­plique l’écri­vain qui a tra­vaillé deux ans comme scé­na­riste à Los An­geles.

UN LIVRE DIF­FÉ­RENT

À son avis, La trei­zième co­lo­nie dif­fère de ses ro­mans pré­cé­dents car il prend des per­son­nages, de leur nais­sance à leur mort, et les fait pro­gres­ser. « Le lec­teur et moi, on entre dans toutes les étapes de la vie de ces gens. Ça les a ren­dus beau­coup plus proches, beau­coup plus vi­vants, beau­coup plus tou­chants d’une cer­taine ma­nière. Au­tant avant, je pre­nais une cer­taine dis­tance par rap­port à mes per­son­nages, au­tant là, je vis avec eux. J’ai beau­coup de peine quand ils meurent, quand je m’en sé­pare. J’ai en­vie de leur faire vivre plein de choses. C’est vrai­ment un livre très à part, pour moi. »

Par ailleurs, le fait d’être le fils de la su­per­star de la chan­son fran­çaise Mi­chel Sar­dou n’ajoute au­cune pres­sion sur ses épaules, as­sure-t-il. « Si j’avais été chan­teur, je sais que la com­pa­rai­son au­rait été im­mé­diate. C’est as­sez dif­fé­rent, ce qu’on fait. Il aime bien ce que je fais et me sou­tient beau­coup, donc ça se passe très bien. » Romain Sar­dou écrit sans re­lâche et sou­haite ter­mi­ner bien­tôt La main rouge, le tome 2 de la tri­lo­gie, qui sor­ti­ra en France au prin­temps 2011. Il écri­ra en­suite le troi­sième tome, dont la sor­tie, il l’es­père, se fe­ra au dé­but 2012.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.