BEAU TOUR DE MANÈGE DE YVES SI­MO­NEAU

MON­TRÉAL | Le réa­li­sa­teur Yves Si­mo­neau, qui signe son re­tour au Québec avec «L’Appât », une comédie po­li­cière lé­gère, com­pare son film à un beau tour de manège. Et il a rai­son.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Mi­chelle Coudé-Lord Le Jour­nal de Mon­tréal

L’Appât ★★★

Film de Yves Si­mo­neau : met­tant en ve­dette Ra­chid Ba­dou­ri, Guy A. Le­page et Maxim Roy. À l’af­fiche pré­sen­te­ment.

L’Appât n’est pas un grand film, mais avec 5,6 mil­lions de dol­lars, à peine 26 jours de tour­nage cet été et l’ar­ri­vée dans les salles trois mois plus tard, le tour de manège est aus­si un tour de force.

C’est pour­quoi je dis sans hé­si­ter que l’une des ve­dettes de ce film est sans contre­dit la si­gna­ture de Yves Si­mo­neau, qui avoue avec jus­tesse avoir uti­li­sé tous les se­crets conte­nus dans sa be­sace pour réa­li­ser L’Appât.

Images ex­trê­me­ment bien lé­chées, cas­cades tour­nées à la hol­ly­woo­dienne, ef­fets vi­suels im­pres­sion­nants grâce à l’ex­pé­ri­men­tée équipe d’Hy­bride, sû­re­ment bien conseillée par son réa­li­sa­teur, sur ce point, L’Appât est un film réus­si qui sau­ra plaire à la pe­tite fa­mille du­rant le temps des Fêtes.

La fai­blesse est dans le scé­na­rio tout à fait pré­vi­sible de William Rey­mond et Yves Si­mo­neau. On se de­mande ce qu’ils au­raient pu en faire avec plus d’ar­gent et de temps.

DES AC­TEURS BIEN DI­RI­GÉS

Mais en­core là, le réa­li­sa­teur a su ré­cu­pé­rer la mise en al­lant cher­cher le meilleur de ses deux ac­teurs, son duo de po­li­ciers : Ven­tu­ra, joué par un Ra­chid Ba­dou­ri sur­pre­nant, ex­pert des ser­vices spé­ciaux, et Poi­rier, in­ter­pré­té par un Guy A. Le­page, qui livre la mar­chan­dise en lieu­te­nant de po­lice mé­tro­po­li­taine, non sans nous rap­pe­ler ses mi­miques co­miques de RBO aux­quels il a ha­bi­tué ses fans.

Maxim Roy, en chef de po­lice mys­té­rieuse, est cré­dible et joue, ma foi, la comédie avec jus­tesse. Beau re­tour éga­le­ment de Serge Du­pire, qui montre une très belle com­pli­ci­té dans son jeu avec Maxim Roy.

Mais le coeur de cette comédie est sans l’ombre d’un doute Ra­chid Ba­dou­ri. Comme le dit si bien Yves Si­mo­neau, ce gars-là est dé­fi­ni­ti­ve­ment un ac­teur-né.

On croit en son per­son­nage de Ven­tu­ra. Sa pré­sence à l’écran est très forte. On sent qu’il n’est pas juste de pas­sage au ci­né­ma. Et bon signe, on ou­blie l’hu­mo­riste.

Autre belle dé­cou­verte de ce film, l’ac­trice Ayi­sha Is­sa, ex­trê­me­ment ef­fi­cace en tueuse à gages.

UN SCÉ­NA­RIO TROP PRÉ­VI­SIBLE

La dé­cep­tion de cette comédie est la fai­blesse de l’his­toire. Deux po­li­ciers for­cés de tra­vailler en­semble, un ex­pert, l’autre sim­plet, ba­nal, en­ne­mis au dé­part et amis à la fin, qui ont vain­cu les mé­chants et doivent se ré­fu­gier à la fin pour évi­ter qu’on les tue.

On es­pé­rait plus. C’est ain­si que Yves Si­mo­neau, qui a tra­vaillé avec son di­rec­teur photo ex­pé­ri­men­té, Guy Du­faux, est pas­sé à l’ac­tion et sau­ra sé­duire les ci­né­philes.

C’est pour­quoi je dis que sa forte réa­li­sa­tion est dé­fi­ni­ti­ve­ment une des ve­dettes de ce film.

Ra­chid Ba­dou­ri peut se ras­su­rer... il fait sé­rieu­se­ment du ci­né­ma.

L’Appât fe­ra rire certes. Ce se­ra comme un tour de manège agréable qui vous fe­ra pas­ser un beau mo­ment. Et le ci­né­ma sert aus­si à of­frir un bon di­ver­tis­se­ment. L’Appât, de Yves Si­mo­neau, rem­plit ce man­dat.

Et si, un jour, Yves Si­mo­neau tra­vaillait sur un scé­na­rio d’Émile Gau­dreault… ce­lui qui a don­né au ci­né­ma De père en flic. Ça pour­rait don­ner de bien belles choses.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.