Des PAGES de ré­con­fort pour NOËL

La lec­ture, dans le temps de Noël, a son pe­tit cô­té fes­tif et son cô­té ré­con­for­tant. Les lecteurs se tournent vers les clas­siques ou vers les ou­vrages plus contem­po­rains. Mais ils sa­vourent les ou­vrages qui leur ap­portent cha­leur et ré­con­fort, comme un ch

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Marie-France Bor­nais Le Jour­nal de Québec

Les livres de Noël, bon an mal an, sont des livres qui se vendent bien. « Ils faut qu’ils soient beaux et qu’ils aient une fac­ture as­sez contem­po­raine. S’ils ont une fac­ture un peu vieillotte, ça ne passe pas. Chaque an­née, il faut en quelque sorte ré­in­ven­ter la roue. Aux Édi­tions des 400 coups, l’an pas­sé, L’an­ni­ver­sai

re du Père Noël a connu un suc­cès fou. Cette an­née, il ya L’es­ca­pade du bon­homme de neige. C’est un bel al­bum qui re­pré­sente tout à fait ce qu’on at­tend d’un livre de Noël », ex­plique Pauline Ga­gnon, dé­lé­guée du sec­teur jeu­nesse chez Di­me­dia.

L’in­at­ten­du est donc bien ac­cueilli, même s’il y a en­core de la place pour les al­bums tra­di­tion­nels et les his­toires clas­siques de pe­tit Jé­sus et de Père Noël.

Les illus­tra­tions comptent beau­coup dans ces livres. « Il y a deux écoles là aus­si, mais celle qui pré­do­mine pré­sente des illus­tra­tions plus tra­di­tion­nelles. On re­trouve beau­coup de des­sins en ron­deurs, des cou­leurs do­mi­nantes de rouge, de vert, des pay­sages sous la neige. Ça a tou­jours un cô­té très ré­con­for­tant, des pe­tits bouts de joues rouges, des gros ca­pu­chons. C’est comme du cho­co­lat chaud! »

Spon­ta­né­ment, les en­fants choi­si­ront des livres de Noël s’ils ont des paillettes, des brillants et quelque chose d’at­trayant en page cou­ver­ture. « Les livres de Noël sont sou­vent très at­trac­tifs : les cou­ver­tures sont belles, il y a du rouge, du vert. C’est très joyeux, c’est l’es­prit de la fête qu’ils re­pré­sentent. Ce sont ceux-là que les pa­rents, comme les en­fants, vont choi­sir. »

Noël est aus­si une fête de la nos­tal­gie. « Quand on est plus vieux, Charles Di­ckens, ça sonne quelque chose. Pour moi, c’est vrai­ment Noël, avec les traî­neaux, la mi­sère, Scrooge. Quand on a des en­fants, c’est vers ça qu’on se tourne et ça ex­plique aus­si pour­quoi les tra­di­tions de Noël per­durent », dit-elle. La spé­cia­liste en lit­té­ra­ture jeu­nesse sug­gère d’ailleurs de lire Di­ckens en fa­mille, pen­dant les jours de congé, ce qui peut être une fa­çon d’ame­ner les jeunes aux clas­siques. « Di­ckens, ça ne se dé­mode pas. Ça n’a pas pris une ride! C’est ça, la lit­té­ra­ture! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.