Re­vivre le pas­sé de la Ste-Cath

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Sophie Du­ro­cher Col­la­bo­ra­tion spé­ciale sdu­ro­cher@jour­nalmtl.com

La Ste-Cath, notre cé­lèbre rue Ste-Ca­the­rine, me­sure 11 km et existe de­puis 250 ans. Elle a abri­té les fou­founes de l’ef­feuilleuse Li­li St-Cyr et les Fou­founes élec­triques. Un livre pas­sion­nant, bour­ré de photos d’archives, nous ra­conte l’his­toire mou­ve­men­tée de cette rue qui a com­men­cé comme un che­min de cam­pagne.

Dans La rue Ste-Ca­the­rine, au coeur de la vie mont­réa­laise, de Paul-An­dré Lin­teau (éd. De l’homme), j’ai ap­pris que les ruelles ty­pi­que­ment mont­réa­laises ne sont ap­pa­rues qu’au mi­lieu du XIXe siècle et qu’elles sont en fait écos­saises, co­piées sur les back lane d’Édim­bourg. J’ai dé­cou­vert que le ma­ga­sin La Baie a été construit en 1891 avec du grès im­por­té d’Écosse, un bâ­ti­ment qui a coû­té 400000 $ et qu’un jour­na­liste a com­pa­ré au Louvre de Paris. On y re­vit la belle époque du club le Gaye­ty, où se pro­dui­sait Li­li St-Cyr, qui at­ti­rait des hommes d’af­faires de To­ron­to ou de Win­ni­peg qui pla­ni­fiaient leurs voyages d’af­faires en fonc­tion de sa pré­sence sur scène. Mais ce qui m’a fait le plus mal au coeur est de voir des photos en noir et blanc, sur les­quelles tous les com­merces de la rue Ste-Cath af­fi­chaient en an­glais et de me dire que toutes ces an­nées plus tard, la Ste-Cath est en­core en train de s’an­gli­ci­ser. À quoi bon avoir fait la Ré­vo­lu­tion Tran­quille, si c’est pour re­ve­nir en ar­rière 50 ans plus tard?

La Baie, sur la rue Ste-Ca­the­rine, a été construit en 1891.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.